Dans les faire-part des gens d’Antananarivo, il est devenu fréquent d’y lire « tsy misy ny fiaretan-tory » qui signifie « il n’y a pas de veillée ».  Il était d’usage (et il...
Continue Reading »