• Misandrata ry Malagasy (ampahany voalohany)

    Faly miaraka antsika izay mamaky ity takelaka ity indray. Elaela tsy nanoratra saingy mbola eto foana ihany. Tsetsatsetsa tsy aritra no indro ho resahiko indray androany dia zavatra efa hitan’ny malagasy maro kanefa tsy dia resahina matetika na tsy resahina mihitsy. Madagasikara dia nosy, ary amin’ny maha-nosy azy izay dia tsy misy firenena mifampikasoka sisin-tany aminy. Manana ny kolotsainy ny Malagasy ary manana ihany koa ny mampiavaka azy amin’ireo firenena maro. Na dia nosy aza i Madagasiakra dia tsy maintsy mifanerasera sy mifandray amin’ireo firenena hafa, na ara-barotra izany, na ara-toe-karena na noho ny antony hafa izay tsy iaraha-mahalala noho izao fivoaran’ny teknolojia sy ny fanatontoloana izao. Misy ny zanaka…

  • La veillée funéraire ou le savoir vivre des (grandes) familles malgaches

    Dans les faire-part des gens d’Antananarivo, il est devenu fréquent d’y lire « tsy misy ny fiaretan-tory » qui signifie « il n’y a pas de veillée ».  Il était d’usage (et il l’est encore dans certaines familles) de rester chez la famille du défunt pour leur tenir compagnie et chanter (des cantiques ou autres). Pour des raisons économiques pour d’uns et pratiques pour d’autres, beaucoup de familles ont laissé cette coutume. Les gens viennent La famille des défunts qui ont encore la possibilité ou bien l’obligation sociale d’organiser, durant deux à quatre nuits avant l’enterrement, des soirées de veillée funéraire, doit s’organiser pour mieux recevoir les personnes qui vont venir la nuit. En…

  • Le terrestre éphémère

    Où vas-tu, ô homme? Le passage sur la terre ne doit pas sûrement être la fin du voyage de l’homme. C’est si court et pas toujours reposant. Ce serait du gâchis si tel est vraiment le cas. Dans beaucoup de civilisations anciennes, comme celle des égyptiens par exemple, on préparait le passage vers une autre vie (cf. livre des morts). Pour nous les malgaches, on parle de « fiainana any ankoatra » ou la vie dans l’au-delà. Et pour les chrétiens, il est question de la vie éternelle. Mais malheureusement, beaucoup de personnes, malgaches y compris, pensent et croient qu’il n’y a plus de vie après celle que l’on est en train…

  • pour une Solidarité Nationale

    Depuis avant-hier, nous avons constaté dans les quotidiens de la capitale malgache une campagne signée par la Primature. Il s’agit d’une campagne qui incite la population malgache à se respecter, à respecter son prochain, à s’unir et à marquer l’amour pour la patrie par cette solidarité nationale. Nous avons voulu faire un poste à ce sujet car il est temps d’arrêter les guéguerre politique, la recherche de l’intérêt personnel et le pillage des richesses nationales. Il faut bâtir une Nation qui adhère à des valeurs communes, une image et des pensées positives. Il faut qu tout un chacun à Madagascar puisse vivre dans la paix, la sécurité et la sérénité.…

  • Namatsy boky sy fitaovana teny Vontovorona ny orinasa BENCHMARK

    Petroleum engineering eny Vontorona : Efa an-taonany maromaro izao no nisian’ny sampam-pampianarana manokana mampianatra sy mampiofana momba ny solika eny amin’ny Oniversite eny Vontovorona. Izany no naorina dia noho ny fisian’ireo karazana angovo maro samihafa azo trandrahina eto Madagasikara, toy ny entona, ny solika ary ny arina.  Antony hafa nanokafana sy nampivoarana izany sampam-pampianarana izany koa ny tsy fahampian’ny teknisiana sy injeniera mahafehy io sehatra voalaza io. Rehefa nahazo fankatoavana avy amin’ny ministera tompon’andraikitra ary izany tetik’asa fananganana sampam-pampianarana momba ny harena an-kibon’ny tany izany dia nosokafana ara-dalàna ary efa andiany fahadimy amin’ireo injeniera mahafehy ny momba ny solika no hivoaka ato ho ato araka ny vaovao izay voarainay. Samy…

  • A Madagascar, la « Bonne année » c’est jusqu’à fin mars

    « Gong Xhi Fai Cai » disent les chinois, nous les malagasy, nous disons le plus souvent « Bonne année » ou encore « Tratry ny taona » (traduit littéralement par « L’année vous a rejoint ». Mais depuis quelques années maintenant, il y a eu un effort pour corriger cette phrase et la remplacer par : « Arahabaina nahatratra ny taom-baovao », traduit littéralement par « Félicitations, vous avez franchi cette nouvelle année »). Dans les Hauts Plateaux, les vœux sont prononcés comme suit : « Sambasamba Andriamanitra Andriananahary, tratry ny taona vaovao, dia ho samy tratry ny arivo taona mitsingeringerina e! » (Je n’ai jamais compris le sens du mot « sambasamba » utilisé ici car en language courante « sambasamba » signifie que ce n’est…