• A Madagascar, la « Bonne année » c’est jusqu’à fin mars

    « Gong Xhi Fai Cai » disent les chinois, nous les malagasy, nous disons le plus souvent « Bonne année » ou encore « Tratry ny taona » (traduit littéralement par « L’année vous a rejoint ». Mais depuis quelques années maintenant, il y a eu un effort pour corriger cette phrase et la remplacer par : « Arahabaina nahatratra ny taom-baovao », traduit littéralement par « Félicitations, vous avez franchi cette nouvelle année »). Dans les Hauts Plateaux, les vœux sont prononcés comme suit : « Sambasamba Andriamanitra Andriananahary, tratry ny taona vaovao, dia ho samy tratry ny arivo taona mitsingeringerina e! » (Je n’ai jamais compris le sens du mot « sambasamba » utilisé ici car en language courante « sambasamba » signifie que ce n’est…

  • Quels sont les règles de jeu? #BAD14

    Se conformer à l’administration pourrait être comparé à un jeu de hasard dans le sens où l’on connait les règles théoriques tandis que la pratique semble être différent. Des inégalités subsistent et les non-initiés ont souvent du mal à se retrouver dans le dédale des  procédures administratives malgaches. Ah oui hein! Il faut le vivre pour le croire! Les inégalités face à la Douane : En premier lieu, parlons des procédures de dédouanement. comme nous venons de le mentionner ci-dessus, théoriquement, les règles sont claires et il y a déjà un processus bien rôdé. D’autant plus que tout un ensemble de nouveaux moyens techniques et technologiques sont utilisés pour amoindrir…

  • Hommages à Père Tiersonnier

    Père Jacques Tiersonnier célèbre cette année ses 100ans. Rares sont ceux qui arrivent à vivre jusqu’à cet âge, ce qui explique en partie l’hommage que je tiens à lui rendre dans ce billet. Beaucoup se souvient de lui comme étant le prêtre « vazaha » qui a rappelé à l’ordre le Président Didier Ratsiraka lors des mouvements populaires de 1991 ou encore le prêtre qui a écrit au Président Chirac et qui demandait à la communeauté internationale de reconnaitre la victoire de Marc Ravalomanana. Tandis que d’autres se souviennent de lui comme étant un écrivain ou un témoin de l’histoire. J’ai eu l’opportunité de connaître et de côtoyer le père Tiersonnier chez…

  • 2 avril, herintaona izay no nahalasa azy ho andron’ny zandary

    2 avril 1969, andro manan-tantara eo amin’ny zandarimariam-pirenena. Andro tsiahivina satria tamin’io andro io, hono, no nanendrena an’i kolonely Richard Ratsimandrava hiadidy ny zandarimariam-pirenena ary izy no malagasy voalohany nahazo izany hoe « Commandant en chef  » izany. Vao herintaona monja no nanombohana nanamarihana izany andro izany fa nandritry ny telo amby efapolo taona dia tsy nisy izany fanamaihana izany. Amin’ity taona ity izany dia afaka hametraka fanontaniana malalaka amin’ireo zandary ny vahoaka malagasy. Ny ahy dia tsotra ny fanontaniako. Ahoana ny fomba ahafahana manafoana ireny tsolotra sy kolikoly samihafa ataon’ny sasantsasany amin’ireo zandary? eny amin’ny lalam-pirenena ohatra, eny fitiliana ara-teknika ny fiarakodia na ny « visite technique » koa ohatra na koa…

  • Ka ‘lé problèm anie…

    Ny fiaraha-monina eto andrenivohitra ankehitriny dia miaina ao anaty fahasarotana tanteraka. Loto, vaky trano, fahaverezana asa, sakatsakana ara-panjakàna, sns. Dia lasa heno amin’ny voambolan’ny olona tao anatin’ny taona vitsivitsy izay ny hoe « Ny problème ». Izay lazaina rehetra dia misy « problème », izay avoakan’ny vava dia ialohavan’ny teny hoe « ny olana anie » sns. Mikarakara taratasy eny amin’ny biraom-panjakàna ianao diatsy hita ny varavarana tokony hidirana hikarakarana izay taratasy ilaina, hita indray izany avy eo dia mila mifindra birao hafa fa mbola misy taratasy hafa ilaina mialohan’ny ahafahana mangataka io taratasy ilaina io, vita daholo izany rehetra izany dia mila miandry elaela fa tsy ao ny mpanao sonia : problème! Misy asa tokony…

  • Mamiko ny tenin-drazako

    Fony aho vao nianatra niteny, dia ny malagasy no fitenin’i dada sy neny. Dia malagasy ihany koa no nianarana satria io aloha no nifandraisana. Nibadabada fony fahazaza ary nanomboka naheno fiteny hafa. Toa hafa saingy efa fandre satria ny naman’i dada sy neny dia niteny ireny fiteny ireny. Anglisy, frantsay nisy sinoa aza indraindray. Nony tany an-tsekoly, nohalalinina ny tenin-drazana, dia ny malagasy izany. Nianarana ny abidia, noezahina nofehezina ny firafitry ny teny, ary nofantarina ny hevitr’ireo voambolana tsy dia faheno mahazatra. Norantovina ihany koa ireo vanim-potoana nisy teo amin’ny tantara sy ny teny, ireo fotoana niverenana « nitady ny very » fa toa mbola tsy hita ihany izany hatramin’izao. Tsy mbola…

  • Pas de nouvelles… bonnes nouvelles

    A Antananarivo, il existe au moins une quinzaine de quotidiens, une quinzaine de périodiques et de magazine, neuf chaînes de télévision et pas moins d’une trentaine de radio émettant sur la bande FM. Chaque support tente de se frayer une place pour se faire entendre. Par expérience, les journaux édités en langue malgache sont les plus lus, même si leurs lecteurs ne constituent pas toujours des consommateurs cibles des annonceurs. Avec ce nombre de vecteurs, une personne reçoit tous les jours une multitude de message, un grand nombre d’informations. Les lecteurs et le téléspectateurs tananariviens ont été habitués à du sensationnalisme. Il faut faire peur pour vendre, il faut indigner…