• La veillée funéraire ou le savoir vivre des (grandes) familles malgaches

    Dans les faire-part des gens d’Antananarivo, il est devenu fréquent d’y lire « tsy misy ny fiaretan-tory » qui signifie « il n’y a pas de veillée ».  Il était d’usage (et il l’est encore dans certaines familles) de rester chez la famille du défunt pour leur tenir compagnie et chanter (des cantiques ou autres). Pour des raisons économiques pour d’uns et pratiques pour d’autres, beaucoup de familles ont laissé cette coutume. Les gens viennent La famille des défunts qui ont encore la possibilité ou bien l’obligation sociale d’organiser, durant deux à quatre nuits avant l’enterrement, des soirées de veillée funéraire, doit s’organiser pour mieux recevoir les personnes qui vont venir la nuit. En…

  • Le terrestre éphémère

    Où vas-tu, ô homme? Le passage sur la terre ne doit pas sûrement être la fin du voyage de l’homme. C’est si court et pas toujours reposant. Ce serait du gâchis si tel est vraiment le cas. Dans beaucoup de civilisations anciennes, comme celle des égyptiens par exemple, on préparait le passage vers une autre vie (cf. livre des morts). Pour nous les malgaches, on parle de « fiainana any ankoatra » ou la vie dans l’au-delà. Et pour les chrétiens, il est question de la vie éternelle. Mais malheureusement, beaucoup de personnes, malgaches y compris, pensent et croient qu’il n’y a plus de vie après celle que l’on est en train…

  • pour une Solidarité Nationale

    Depuis avant-hier, nous avons constaté dans les quotidiens de la capitale malgache une campagne signée par la Primature. Il s’agit d’une campagne qui incite la population malgache à se respecter, à respecter son prochain, à s’unir et à marquer l’amour pour la patrie par cette solidarité nationale. Nous avons voulu faire un poste à ce sujet car il est temps d’arrêter les guéguerre politique, la recherche de l’intérêt personnel et le pillage des richesses nationales. Il faut bâtir une Nation qui adhère à des valeurs communes, une image et des pensées positives. Il faut qu tout un chacun à Madagascar puisse vivre dans la paix, la sécurité et la sérénité.…

  • A Madagascar, la « Bonne année » c’est jusqu’à fin mars

    « Gong Xhi Fai Cai » disent les chinois, nous les malagasy, nous disons le plus souvent « Bonne année » ou encore « Tratry ny taona » (traduit littéralement par « L’année vous a rejoint ». Mais depuis quelques années maintenant, il y a eu un effort pour corriger cette phrase et la remplacer par : « Arahabaina nahatratra ny taom-baovao », traduit littéralement par « Félicitations, vous avez franchi cette nouvelle année »). Dans les Hauts Plateaux, les vœux sont prononcés comme suit : « Sambasamba Andriamanitra Andriananahary, tratry ny taona vaovao, dia ho samy tratry ny arivo taona mitsingeringerina e! » (Je n’ai jamais compris le sens du mot « sambasamba » utilisé ici car en language courante « sambasamba » signifie que ce n’est…

  • Pétrole, l’Etat malagasy joue-t-il franc-jeu?

    Aujourd’hui vendredi 20 février 2015 a eu lieu à la Chambre de Commerce et de l’Industrie d’Antananarivo la première d’une série de tables rondes que le Collège Industrie de la CCIA compte organiser régulièrement pour faire avancer les industries à Madagascar. Table-ronde du Collège Industrie à la CCIA Pour cette première édition, le Collège Industrie évoque, d’une part, la problématique de l’autonomie en terme d’énergie pour l’industrie, le transport et les ménages et d’autre part celle de l’exploration pétrolière à Madagascar. Ce genre d’initiative est louable et opportun car la finalisation du code pétrolier est prévue d’ici le mois de mai 2015 (tiens quelle coïncidence, le code de communication aussi…

  • Quels sont les règles de jeu? #BAD14

    Se conformer à l’administration pourrait être comparé à un jeu de hasard dans le sens où l’on connait les règles théoriques tandis que la pratique semble être différent. Des inégalités subsistent et les non-initiés ont souvent du mal à se retrouver dans le dédale des  procédures administratives malgaches. Ah oui hein! Il faut le vivre pour le croire! Les inégalités face à la Douane : En premier lieu, parlons des procédures de dédouanement. comme nous venons de le mentionner ci-dessus, théoriquement, les règles sont claires et il y a déjà un processus bien rôdé. D’autant plus que tout un ensemble de nouveaux moyens techniques et technologiques sont utilisés pour amoindrir…