Jusqu’à ce jour, on a toujours considéré la capitale de Madagascar comme étant dans les normes des grandes villes en matière d’insécurité. Antananarivo était même considérée à un certain temps comme étant très sûre. Sauf que depuis quelques temps, on déconseillait systématiquement aux touristes étrangers de se promener avec des appareils électroniques  de grande valeur comme des appareils photo reflex ou encore des smartphones de moyen et haut de gamme.

Depuis cette année 2018, les cas d’attaques à main armé de grand banditisme ont augmenté de plus en plus, si on ne mentionne que les voitures de location pour les touristes ou encore les cas de taxi brousses attaqués sur les routes nationales.

En ce qui concerne la capitale, des cas de braquage et d’attaque à main armée ont été entendus et remontés auprès des Fokontany et des commissariats de police de chaque arrondissement. Pour le cas par exemple d’Antaninarenina, d’Ambatonakanga, d’Amparibe et d’Ambohidahy, c’est-à-dire le coeur même du centre ville, une bande d’une douzaine de personne se répartissant en groupe de trois à quatre personnes s’attaquent à des personnes à pieds, en scooter ou en voiture aux alentours de 17h à sans heure dans la nuit et surtout vers 4 heures du matin jusqu’à 6h trente du matin.

Les témoins racontent que ces malfaiteurs sont armés de revolver ou de pistolet ainsi que d’un sabre long qu’ils cachent dans la manche de leurs vêtements. Des étrangers et des locaux se font ainsi dépouillés quasiment chaque jour.

Que fait la force de l’ordre face à cela? Concernant les quartiers mentionnés ci-dessus, les commissariat du 5 ème et du 2 éme arrondissement qui sont concernés sont alertés de la situation mais jusqu’à présent aucun membre du gang ne s’est pas fait capturé ou tiré dessus (sauf si de telles opérations ont été tenues secrètes alors que la population souhaite plus de transparence par rapport à cela).

Que font les dirigeants de ce pays pendant ce temps? Sont-ils dépassés par les événements?