Jacques TiersonnierPère Jacques Tiersonnier célèbre cette année ses 100ans. Rares sont ceux qui arrivent à vivre jusqu’à cet âge, ce qui explique en partie l’hommage que je tiens à lui rendre dans ce billet.

Beaucoup se souvient de lui comme étant le prêtre « vazaha » qui a rappelé à l’ordre le Président Didier Ratsiraka lors des mouvements populaires de 1991 ou encore le prêtre qui a écrit au Président Chirac et qui demandait à la communeauté internationale de reconnaitre la victoire de Marc Ravalomanana. Tandis que d’autres se souviennent de lui comme étant un écrivain ou un témoin de l’histoire.

J’ai eu l’opportunité de connaître et de côtoyer le père Tiersonnier chez les Jésuites à partir de 1987. Dans le temps, c’était un homme dynamique, débordant d’énergie et qui aimait bien expliquer les choses. Il avait un bureau au 1er étage aile sud du « Fokontany Anketsa », derrière les classes de sixième. Un bureau qui nous rappelle quelques souvenirs que seuls les rares passionnés de bandes dessinés du Collège Saint Michel Amparibe avaient eu le privilège de connaître.

En effet, Père Tiersonnier avait une collection privée de livres et de bandes dessinées « comme neuves » comme si aucune main ne les a encore touchée et qu’aucun élève n’a jamais lu. On y a lu pour la première fois les aventures de Scrameustache, cet extra-terrestre qui avait le corps d’une bête rappelant vaguement un chat. Comme les livres ne pouvaient pas être emportés, ils nous arrivaient de rentrer tard pour terminer un volume en entier. Que de souvenirs!

Bref, je me souviens moins des messes qu’il célébrait…

Quoiqu’il en soit, Joyeux anniversaire père Tiersonnier!

(photo: Œuvres des Missions Catholiques Françaises d’Asie et d’Afrique)