Pige Média Niry Jules Watsa

Niry Jules

Allongé au bord de la mer, au soleil et sur la plage, c’est dans une profonde tristesse que j’apprends le décès d’un ami. Ma femme m’informe le samedi 16 septembre matin que « Niry » est mort en France. C’était un des espoirs de la jeunesse malgache qui est partie. Je l’ai connu durant l’élaboration des photo-reportages de l’ancien site communautaire malgache Sobika.com, un siteweb qui a su rassembler les malagasy du pays et ceux d’andafy mais aussi les pros et les contres des différents régimes successifs.

J’ai eu l’occasion de travailler avec Niry lorsque j’étais un de ses correspondants photo-reporters événementiels à Madagascar (Leader’s Cup à l’ACSA, 30 ans de NJILA, THB 30 et presque songes à Ankorondrano, Sniper à Madagascar, Torajofo, Smile Party, Classiko Tournament, Alley Hoop, Soirée Caravane Maki et Orange, Kitra Fety Be de MBS, les rallyes, Friday Night avec Baobab, Remember LFT, 18 30 Unity, Takoda & Ngah B à Analamaitso, etc.)  mais aussi occasionnellement à l’étranger comme en Portugal lors du Sommet Afrique-Union Européenne en décembre 2007.

Par la suite,  il est devenu l’un des principaux fournisseurs de la société que je dirige, pour ses achats de bannières publicitaires pour le compte de ses annonceurs. Puis finalement, WATSA, son magazine people était sponsor de deux principaux événements que j’avais organisés avec amis à savoir la soirée REMEMBER 80-90-2000 avec Big Jo, Gothlieb et Dzama Event mais plus tard les deux concerts de Maggie Blanchard à Madagascar. (photo : pige.mg / pigemedia.mg)

Ce que je retiens de Niry Jules c’était sa passion dans l’entrepreneuriat, sa volonté de contribuer au développement de Madagascar mais aussi sa gestion de réseau. Il avait toujours une porte d’entrée partout et était très dynamique. Depuis la suspension de la publication du magazine WATSA, on s’inquiétait beaucoup de sa santé, il y a quelques semaines, on m’a dit qu’il est reparti en France pour suivre un traitement.

Repose en paix mon ami.