C’est triste comment il a toujours été facile pour certaines personnalités oeuvrant dans la discrétion d’instrumentaliser la jeunesse pour des causes et des raisons politiques. Ces personnalités ne sont pas forcément à blâmer, ce sont surtout ceux qui acceptent l’instrumentalisation qui doivent être accablés.

Après un énième manifestation estudiantine à Ankatso, je reprends mes anciens posts sur l’attribution de bourses d’études à Madagascar. Qu’en est-il? Depuis au moins une dizaine d’année, les jeunes malgaches s’inscrivent à l’Université d’Ambohitsaina, à Ankatso, parce que pour certains la « bourse » de fin du mois permet d’avoir un argent de poche en plus, de faire la fête de boire de s’acheter de nouvelles chaussures, bref de tout faire. Les différentes bourses distribuées peuvent atteindre le salaire minimum à Madagascar et c’est toujours une longue file d’attente lorsqu’elle « arrive » comme on dit à Ankatso. Tout cela pour dire que beaucoup d’étudiants bénéficient de cette aide financière à Madagascar.

En général, l’aide financière comprenant les bourses d’études est une politique qui devrait rehausser la qualité de l’éducation puisqu’elle permet d’appuyer un jeune qui a du potentiel pour terminer ses études. Je dirai que ce n’est pas vraiment le cas actuellement. Je me demande s’il y a une politique de sélection objective et juste dans le système universitaire malgache, du moins à Antananarivo. Cela exige une campagne d’information et de communication de la part des responsables. Pareil pour l’attribution des cités universitaires.

D’après mon humble avis, il faut observer quatre principaux critères sur l’attribution de ces bourses d’études.

  1. L’assiduité, les résultats et les performances du candidat
  2. Son ou ses projets d’études
  3. L’adéquation de son projet par rapport à l’étude qu’il suit
  4. Sa situation personnelle (financière et familiale)

Détaillons un à un ces critères pour mieux les comprendre et les assimiler :

Les résultats et performances

  • Excellence depuis le secondaire et/ou le primaire (note et rang)
  • La mention obtenue dans le Diplôme de baccalauréat
  • L’assiduité dans les cours
  • Les résultats universitaires années par années (non redoublant ou encore moins triplant, changeant de filière à chaque année, etc.)
  • Les performances et les mérites (Major, Vice-Major, Prix spécial, trophée, etc.)

Le projet d’étude du candidat

  • Nature et objectif du projet
  • Analyse de l’apport personnel, l’apport pour la communauté et l’apport pour le pays
  • Faisabilité du projet
  • Les résultats escomptés

L’adéquation entre le projet professionnel et les études suivies

  • Les enjeux du projet suivant la vision de l’étudiant
  • L’adéquation entre le cursus universitaire et la réalisation du projet
  • Les capacités de l’étudiant par rapport à ses études puis à son projet
  • Les résultats obtenus par rapport à des projets similaires antérieures

La situation personnelle de l’étudiant

  • La situation personnelle et familiale (orphelin, sans père, parents à charge, enfants à charge, handicap, etc.)
  • La situation financière (suivant analyse des capacités financière de l’étudiant, de son tuteur, de ses parents, autres prêts ou bourses déjà obtenus)
  • Le contexte géographique (lieu d’étude par rapport à son domicile)

En entrant dans les détails des explications, nous pourrions peut-être sortir un manuel, un guide pour les futurs décideurs et responsables et les futurs boursiers. Comme ce que fait en partie le guide LAMY par exemple. Mais cela n’est pas dans notre ressort actuellement. Mais c’est la passivité d’une certaine majorité est hélas navrant au vue de la situation actuelle de l’octroi des bourses.

Il ne faut pas que les étudiants considèrent l’inscription universitaire comme étant une autre source de revenu.