A un mois de la fin de cette année 2012, on se projette en 2013 et on constate que désormais les ponts ne feront plus partie de la vie économique de cette nouvelle année.

En faisant une brève rétrospective de cette année qui va bientôt se terminer, elle aura connu en tout neuf (9) jours fériés (sinon dix (10) si le gouvernement va maintenir la journée de 11 décembre prochain comme fériée, va savoir c’est quoi cette date…) sans compter le 8 mars pour les femmes et le 1er janvier qui tombait un dimanche, ainsi que les dimanches de Pâques et de Pentecôte.

Il eut aussi trois (3) « ponts » (30 mars, 25 juin, 2 novembre; le 18 mai, vendredi de l’Ascension, n’a pas été retenu, et on ne mentionne pas non plus le 24 décembre 2012). En tout, on dénombre donc une douzaine de journées chômées mais payées pour cette année.

Il ne restera plus donc que la journée du 25 décembre à traverser et l’année aura eu treize (13) journées « off » (Pour une fois, je serai d’accord de les mettre à 15 jours pour cette année car par expérience, le 24 et le 31 décembre seront des journées d’embouteillage et comme l’année a été assez rude pour la majorité des ménages, mieux vaut finir en beauté l’année en accordant quelques moments de répit. En général, je suis d’accord avec le patronat pour qu’il n’y ait pas de pont mais exceptionnellement ce sont des journées plutôt spéciales)

Donc, en 2013, on dira surement au revoir à toutes ces petites vacances autour des longs week-ends. Si je vous dis que le lundi de Pâques tombe un 1er avril, ce n’est pas une blague. Le jour de l’an tombe un mardi, la commémoration de 1947, le Toussaint et la journée de la femme tomberont un vendredi joli; la célébration du Retour de l’indépendance, Noël et le Nouvel an 2014 seront un mercredi; Et les journées de l’Ascension et l’Assomption seront jeudis. Il n’y aura donc que dix jours fériés classiques (pour les hommes) et pas de pont qui pointe le bout de son nez à l’horizon. Je pense que je n’ai rien oublié.

Les groupements et associations professionnels comme le GEM dormiront donc sur leurs deux oreilles et ne pourra pas rappeler à l’ordre le gouvernement en 2013. Car par expérience aussi, les vendredis après l’Ascension et l’Assomption ont rarement été décrétées journées chômées mais payées.

En ce qui concerne les petites escapades en dehors de la ville, on peut toujours se préparer à partir la veille du 29 mars et du 1er novembre, mais comme c’est risqué de partir la nuit, le week-end risque d’être court si l’on ne part que le vendredi. En tout cas, comme le titre l’indique, le ton pour 2013 est donné avec le mois de janvier où le mois semble avoir cinq semaines de travail. Qui vivra verra!