Les plus intelligents des politiciens de Madagascar ont sûrement déjà voulu entrer dans la tête des malgaches et connaître ses besoins ses attentes. Les moins intelligents veulent seulement accéder au pouvoir et s’enrichir. Il faut se dire que le premier groupe pourra plus facilement, en ayant accès aux informations voulues, accéder au pouvoir, enrichir son peuple mais logiquement s’enrichir aussi légalement sans voler ni détourner les biens publics.

Aujourd’hui, l’association Liberty32 a sorti officiellement grâce à la collaboration de la société Kentia SàRL, Madagascar Initiative, le Centre de Presse à Antsakaviro, la Commune Urbaine d’Antananarivo et l’Ambassade des Etats-Unis, le résultat d’une semaine d’enquête sur plus de 5000 malgaches interviewés dans la rue et quelques centaines de personnes qui ont pu remplir un questionnaire comprenant des questions fermées dans quelques arrondissements de la capitale. Il s’agit donc des résultats du projet BOX initié par l’association depuis quelques temps.

Alors qu’est-ce que le malgache veut?

Suivant les résultats de cette enquête, les trois principales réponses sont : « Attentifs aux besoins du peuple, altruiste, soucieux du bien commun ». Ces réponses reflètent la réalité actuelle qui fait que ce sont ces choses qui manquent cruellement et dont le malgache a besoin pour améliorer son quotidien. Sa perception le pousse à se dire que les dirigeants n’écoutent pas le peuple, et quand on parle de peuple ce n’est pas 50 000 personnes mais au moins les 20 millions de malgaches vivant à Madagascar. Il pense aussi que l’égoïsme ou plutôt l’égocentrisme marque le caractère de chaque dirigeant. Pour faire court son « ego » en dit long. Finalement, « soucieux du bien commun car à priori chacun se souci de sa personne et rarement des autres. Ceci est vrai autant pour les dirigeants que pour le malgache lambda. Le « fihavanana » est remplacé par le chacun pour soi et le « samy mandeha, samy mitady ».

(à suivre)