Rien n’arrive par hasard, c’est écrit! On prévoit dans quelques mois, c’est-à-dire pour 2013 la tenue des élections. Les membres du CENI-T sont à l’oeuvres pour son organisation.

Je partage avec vous ici deux versets de Siracide, anciennement appelé Ecclésiastique, qui pourront nous aider dans nos choix mais qui pourront aussi expliquer beaucoup de choses dans ce qui arrive à Madagascar (et dans le monde, cela va sans dire) :

Si 10:3-4 : « Un roi sans instruction est la ruine de son peuple, une ville doit sa prospérité à l’intelligence des chefs. Aux mains du Seigneur est le gouvernement du monde; il suscite au bon moment le chef qui convient »

Lorsqu’on parle d’instruction, doit-on parler de diplômes, d’expériences, de savoir, de connaissances, de savoir-faire ou de la sagesse?

Être instruit signifie le plus souvent dans la société malgache, faire partie de l’élite, avoir suivi de longues études, avoir une bonne élocution  voire même déballer ses connaissances et connaissances générales. Souvent un bon érudit est considéré comme instruit.

L’instruction désigne le plus souvent chez quelques sociétés secrètes dites « discrètes », un encadrement « théorique » du surveillant, une transmission des mythes et des symboles.

Selon Wikipédia, l’instruction du droit canon est l’explication d’une loi de l’église Catholique Romaine, ou des modalités de mise en œuvre d’une loi.

Le Roi symbolise celui qui gouverne un royaume, un état ou un pays. Le Roi (quand je dis roi j’embrasse la reine), à Madagascar, est remplacé par le Président, le Gouverneur, le Premier Ministre etc. depuis le retour de l’Indépendance.

« Un roi sans instruction est la ruine de son peuple »

Depuis la fin de la colonisation visible jusqu’à ce jour, Madagascar a eu sept à huit dirigeants, si on compte les périodes de transition. Actuellement, la population et plus particulièrement la classe moyenne grogne sur la qualité de vie, le coût de la vie, l’inflation etc. Elle grogne en particulier car en terme de revenu aucune évolution n’est perceptible en rapport avec la dureté perceptible de la vie.

Mais si on se fie aux statistiques, l’IDH ou l’Indicateur de Développement Humain, peut-être un des principaux indicateurs de succès ou de ruine d’un peuple, semble prouver le contraire car tous les chiffres restent optimistes et ont connu une sensible croissance depuis 2006. Il a juste sensiblement baissé depuis 2010 si on se réfère toujours aux données de PNUD.

« Une ville doit sa prospérité à l’intelligence des chefs »

De quelle prospérité doit-on constater dans les grandes villes de Madagascar? Est-ce :

  • l’état des routes et l’entretien qu’on y accorde?
  • l’insécurité grandissante et le nombre par habitant insuffisant de force de l’ordre?
  • l’indiscipline des citadins en terme de propreté, de circulation, d’organisation en générale, etc.?
  • l’insalubrité de certains bas quartiers et des quartiers populaires qui abritent pas moins de 73% de la population urbaine si on se réfère aux taux de pauvreté?
  • les signes extérieurs de richesses d’un groupe de personnes qui rassemblent à eux seuls presque 80% de la richesse de la ville?
  • l’exode rural massif et incontrôlé?
  • la nécessité de l’immigration étrangère pour stimuler la consommation locale?
  • le manque de courtoisie et de respect de chaque citoyens envers son prochain?
  • la perception croissante de la corruption, principalement au niveau de l’administration publique?

Si on se réfère à cette partie du verset, on peut dire que les chefs n’ont pas toujours été intelligents. D’ailleurs, les plus intelligents doivent penser que le long terme et le global pourra les enrichir plus que le court terme avec les différents abus que l’on ne présente plus.

« Aux mains du Seigneur est le gouvernement du monde; il suscite au bon moment le chef qui convient »

Il est dit que peuple a le dirigeant qu’il mérite et que le dirigeant aussi a le peuple qu’il mérite. Un des récents dirigeant de ce pays a sorti cette phrase comme quoi la raison pour laquelle il dirige toujours ce pays c’est que tel est la volonté Divine. Mais ne dit-on pas « Vox populi, vox Dei »? Oui, on peut croire que Dieu puisse exprime sa volonté par le biais du peuple comme par d’autres moyens possibles aussi certes.

Alors, pour ceux qui veulent influencer l’avenir de ce pays, je vous demande de prendre quelques minutes et de méditer à partir de ces deux versets et pourquoi pas, demander à l’Esprit Saint de nous souffler la meilleure décision et le meilleur sort que ce pays, ce monde, méritent. Il vous dictera s’il est nécessaire d’aller voter et pour qui ou qui devrez-vous voter. Ou tout simplement de ne pas aller voter si jamais on pressent que les élections seront, hélas, truqués.

In fine, Un roi qui veut être instruits doit prendre le manuel et maîtriser le mode d’emploi. Mais de quoi? S’il est intelligent, il découvrira et le malgache sera prospère.