© Stringer, Photo aérienne de l’épave du Gulser Ana prise le 05.09.2009 et publiée par australia.to >>

Après des mois de silence, on reparle du naufrage du Gulser Ana* au large de la réserve spéciale de Cap Sainte Marie, à la pointe sud de Madagascar. En effet, les dernières nouvelles remontent au 28 octobre 2009 lors de la publication du rapport fruit des études financées par l’ONG WWF.

D’abord, au début de cette année 2010, il y a eu ces cris d’alarmes des habitants de la région qui ont été relayés par les quotidiens lexpressmada.com et les-nouvelles.com à propos de nouvelles invasions de boulettes de goudron sur les plages notamment des communes de Marovato, Anjapaly et Faux-Cap dans la région de l’Androy. Sans doute dû à l’exceptionnelle houle marine liée à l’équinoxe.

En conséquence de quoi une nouvelle interdiction de pêche a été promulguée par le ministère de l’agriculture de l’élevage et de la pêche chef de région Androy Damy et 10 scientifiques ont été dépêché sur place, depuis la capitale, pour y mener des études d’évaluations de l’impact du naufrage du Gulser Ana sur l’environnement naturel et socioéconomique.

A leur retour, les 10 scientifiques ont tenu une conférence de presse au siège du ministère du transport et du tourisme à la capitale. On y apprend alors que les études menées 10 jours durant, allaient servir de base à l’estimation du montant de l’indemnité que l’état de Madagascar allait réclamer à titre de préjudice à l’assureur du navire Gulser Ana, en sus des 215’000 $ US déjà alloué en urgence; et que cette indemnisation concerne 4’235 pêcheurs, issus de 11 communes de Toliara.

Pour mémoire, je vous signale que d’un côté les résultats des analyses envoyées à Brest en France, issu des tous premiers prélèvements n’ont jamais été rendus publiques tandis que d’un autre côté dans ses conclusions la WWF s’est déclaré « très préoccupée par les effets du naufrage sur la biodiversité marine, en particulier les espèces côtière, les menaces sur les écosystèmes et la perte de moyens de subsistance des habitants.»

Affaire à suivre donc, mais jusqu’ici les différents responsables n’ont brillé ni par la transparence de leur action, ni par leur engagement dans la défense des intérêts à long terme de Madagascar. Car dans cette catastrophe, bien plus que de compensation financière qui risque d’ailleurs de servir à d’autres causes, c’est bien de l’équilibre d’un écosystème d’une région riche en biodiversité et espèces endémiques qui est en jeu. Et désormais seul l’avenir nous dira si le compte à rebours a commencé dans cette région, pour les familles qui vivent de la pêche.

* Le Gulser Ana c’est le nom de ce vraquier battant pavillon turc qui s’est échoué au large d’une Réserve Spéciale de Cap Sainte Marie, sur les côtes Sud de Madagascar, dans la nuit du 25 au 26 août 2009, en laissant s’échapper sa cargaison de 39′000 t de phosphate, 568 t de fuel lourd etc… Vous pouvez suivre la série de post déjà consacré à ce sujet ici Gulser Ana >>

[Ambovombe, les pêcheurs enfin dédommagés [250’000 $ US] | lexpressmada.com – 16.12.2009 >>]

[Anosy – Du goudron sur la plage de Faux-cap | lexpressmada.com – 05.01.2010 >>]

[Faux-Cap, la plage de nouveau polluée | les-nouvelles.com – 05.01.2010 >>]

[Naufrage à Faux-Cap, mystère autour d’une dernière cale | lexpressmada.com – 06.01.2010 >>]

[Le navire Gulser Ana à la merci des pilleurs ! | midi-madagasikara.mg – 19.01.2010 >>]

[Naufrage du Gulser Ana, L’indemnisation en phase de finalisation | les-nouvelles.com – 19.01.2010 >>]

(le Commandant & le Capitaine du navire retrouvent leur liberté) [Faux Cap, Naterina nody ireo tantsambo | lexpressmada.com – 26.01.2010 >>]