Le retour de l’été tropical à Madagascar marque aussi le retour des saisons de feux de brousse et les incendies de maisons. Le quotidien malgache « Les Nouvelles » rapporte ainsi l’incendie qui a détruit le village d’Ambohibory située dans la zone limitrophe des régions Diana et Sava au Nord de Madagascar:

« […] le fokontany d’Ambohibory, une petite localité se trouvant dans les zones limitrophes d’Antsiranana II et de Vohémar, a été entièrement ravagée par le feu. Le bilan, encore provisoire, fait état de 164 sinistrés et d’une fillette atteinte d’une brûlure superficielle. Ont été dévorés par le feu, 114 maisons, une vingtaine de greniers et des manguiers. »

Encore une fois, il semblerait que les causes de cet incendie sont d’origine humaine.

« Selon les témoins, une personne d’un fokontany environnant qui a allumé un feu dans le but de nettoyer le bord d’un canal est la cause de ce drame. Dans un premier temps, des hectares de forêts ont été brûlés. L’embrasement a, par la suite, atteint le village d’Ambohibory. »

Comme à l’occasion d’autre incendie d’envergure similaire, les responsables politiques de la région se sont rendue sur place afin de constater les dégâts et apporter leur soutient sous forme d’

« une aide d’urgence comprenant des couvertures, des sacs de riz, des moustiquaires, des savons et des fournitures scolaires. »

Pour rappel la destruction d’un quartier entier de la ville de Foulpointe à la mi-août à été à l’origine d’un élan de solidarité sans précédent de la part des plus grandes entreprises à Madagascar : THB, Zaïn, Orange. Or Ambohibory n’est pas une destination touristique et ses habitants devront s’attendre à ne compter que sur leur propre force pour la reconstruction du leurs habitations car les politiques caritatives des entreprises répondent aux règles qui lui sont propres et on ne peut que regretter l’absence à Madagascar d’une organisation similaire à « la chaine du bonheur » en Suisse qui organise une sorte de téléthon afin de récolter des fonds, chaque fois qu’une catastrophe appelle à la solidarité de tous. L’existence de cette forme de solidarité organisée permettrait d’atténuer les effets de la défaillance d’un état trop centralisé qui par manque de moyen… finit toujours par négliger la périphérie :(

[Antsiranana, 114 foyers anéantis par le feu – les-nouvelles >>]