Crise financière dans le monde, changement climatique généralisé, crise alimentaire, guerres, crise socio-politique à Madagascar…

Les différents groupes de pression internationaux veulent contrôler le monde et c’est le bouleversement mondial.

Le pouvoir d’achat de la classe moyenne baisse et les pauvres restent pauvres. Le tableau est loin d’être rassurant. Mais restons optimistes. Cherchons le côté positif des choses et exprimons notre joie là où s’y attend le moins.

Comme on dit, le sommeil est le bonheur commun des hommes. Signalons ici que la recherche du bien-être et non pas forcément du bonheur, une notion trop philosophique, est notre principal objectif.

Première chose à faire : éliminer tout ce qui est superflu et ne retenir que ce qui est primordial.

Donc, ne plus penser au désir, aux loisirs aux luxes et à l’argent mais penser aux besoins nécessaires, le strictement nécessaire. Rechercher la joie dans l’élémentaire.

Deuxième chose à faire : limiter l’envie et cesser de se comparer aux autres.

Ne pas regarder le train de vie de son voisin ou ce qui se passe dans les films, sur Internet dans les journaux à scandale. Ici, il s’agit de ne faire que ce qu’on doit faire, penser à le bien faire et ne se soucier des objectifs contraignant mais plutôt des réalisations personnelles.

Si vous maîtriser ces deux premiers points, je vous conseille la troisième chose à faire : limiter les dépenses sans se soucier des privations.

Vous êtes vous déjà posés la question devant quelque chose : ai-je vraiment besoin de cet objet? Est-ce que ce que je possède ne me suffit-il pas? serai-je vraiment satisfait si je l’obtiens ou est-ce que cela va me pousser vers un autre achat une autre envie?

La solution : vivre sainement, vivre pleinement.

Pas de choses trop tendance ou à la mode mais rester classique et simple.

… Bref, vivre comme un sage.