Non classé

Vaovao mafàna (source 97.6 FM)

Avy any Toamasina: Tanteraka ny famoriam-bahoaka nomanin’ny CRN tany an-toerana. Nisy ny fisamborana. Voasambotra tamin’izany i Tabera R..manatsoa. Raha naka sary izany rehetra izany ny mpanao gazety avy amin’ny TV Plus dia sady niharan’ny daroky ny mpitandro filaminana no nalain’izy ireo koa ny camera fitaovam-piasany Nosamborina sy nalaina am-bavany tany niaraka tamin’ny namany iray ity mpanao gazety ity ary navoaka rehefa tamin’ny 16h 30. Nogiazana ny findain’izy ireo nandritra izany rehetra izany.

Avy eto Antananarivo: Nifamotoana teny an-kianja indray ny mpomba ny TGV. Nanao antokony telo izy ireo rehefa nihazo an’Anosy handeha haka Ministera. … Latsaka afovoany ny miaramila ary ireo vadina mpitandro filaminana nitondra sora-baventy no nialoha làlana ny mpilahatra. Tsy nisy ny poa-basy… Niala mora ireto mpitandro filaminana rehefa voahodidin’ny vahoaka. Sadaikatra ihany koa ireo milice nanao ankanjo fluo teny amin’ny ministera teny nanoloana ny hamaroan’ny olona…Vaky ny barrages roa voalohany ary eo am-panaovana negociation amin’ny barage farany ankehitriny (15h 25) ireo andaniny sy ankilany. Ny delegasiona dia nomena alalana hiditra any anaty ministera hijery izay ao, fa ny vahoaka kosa tsy maintsy mijanona aty ivelany. Nangataka moa ireto delegasiona ireto ny hisian’ny mpitandro filaminana hiaraka amin’izy ireo any, saingy tsy nety ireto farany fa nilaza hoe « Efa any aminareo ny baolina…. Malalaka ny làlana… Afaka miroso ianareo »

Ireo milices moa araka ny tatitry ny fampielezam-peo hatrany dia misy ny nanary lamba.

Asa raha noho ny fisian’ireto vadina mpitandro filaminana tao anaty laharana tokoa no nampiahotra iretsy farany tsy hampiasa hery.

Nalana izao hariva izao tsy ho minisitry ny atitany ao amin’ny governemanta Charles Rabemanjara ingahy Gervais Rakotonirina.

Tsy any an-kianja moa ny tena izao manoratra izao, noho ny asa aman-draharaha, ka mazava ho azy fa tsy hisy ny sary ho anareo. Ny radio 97.6 FM no source henoina mivantana avy eny amin’izao.

Amin’ny 15h30 izao. Miandry ny tohiny isika

…Miandry ny vadintany alohan’ny hidiran’ireo delegasiona ao amin’ny biraon’ny Ministeran’ny Filaminana anatiny, ny rehetra. Eo am-bavahady izany izy ireo no miandry ilay vadintany izay mbola any anaty vahoaka no nantsoina. Controleur General (minisitry ny filaminana avy amin’ny HAT) samy Controleur Général (avy amin’ny fitondrana) no nifampiraharaha teo anoloan’ny Ministera talohan’izao.

Ny teny amin’ny Ministeran’ny jono moa dia tsy mbola nidirana satria tsy mbola niaraka tamin’ireo delagasiona, hono, ny minisitra tokony ho ao. Ka rehefa nandalo teo ireo delegasiona dia niondrika nampiditra saron-tava ireo milices ary nihodina nanome lamosina.

(hafatra hitanao ihany koa ao anatin’ny tranonkalan-tserasera http://gazetyavylavitra.wordpress.com )

19h 44 izao aty Magadasikara. Fanampin’izay efa voalaza ery ambony ireto ampitaiko ireto:

Ireto avy ny ministera azon’ny Transition hatramin’ny anio tamin’ny 6 ora hariva teo:

Ministeran’ny Filaminana Anatiny
Ministeran’ny Atitany
Ministeran’ny Fanabeazam-pirenena izay samy eo Anosy avokoa.

Voasambotra tany Toamasina ihany koa ingahy Betiana Bruno avy amin’ny CRN

Teo anelanelam-potoana teo anefa dia nisy koa ny Filan-kevitry ny Ministry ny Governemanta Rabemananjra,
ka nanendrena ho Minisitry ny Atitay an’ingahy Rabenja-tseheno-arisoa (anarana nosoratako araka ny nahenoako azy, ary hahitsy araka ny fahazoana ny tena fanoratra azy)

Niandry teny akaikin »ny Hotely Carlton sy ny manodidina an’Anosy iny ireo vahoaka marobe ireo hatramin’ny 6 ora mahery nanoratana ity hafatra ity.

Fa ankoatra izay dia na eo aza ny hafanàna politika, dia tsy tokony hanadino ny teotr’andro isika. Misy andro ratsy miforona any Atsinanana any. Ao amin’ny ranomasimbe indiana. Mananontanona an’Analanjirofo. Mitondra orana betsaka.
Araka ny vinavina dia hiditra ny faritr’i SAVA izy io afaka 24 ora any.

Technicien réseau

2 commentaires

  • Aiky

    Ahoana re no mety iafaran’ity firenena malagasy ity ary ahoana ihany koa no mety iafaran’ny krizy?

    Ny tena mahamaika koa dia ny hoe rahoviana no hifarana izy ity?

    Sanatria ve dia mbola hiverina indray izao afaka taona vitsivitsy?

  • Dinika

    Chers Malagasy,

    Il est difficile de reprocher quoi que ce soit aux gens qui soutiennent encore ra8 actuellement (meme s’il a tire de sang froid sur ses citoyens le 07-02-2009), car ils ne font que leur travail pour gagner ou pour pouvoir continuer de gagner leur pain (en sachant que (1) le niveau du salaire minimum actuel ne suffit meme pas a pourvoir aux besoins d’une seule personne pour un mois, que (2) le marche du travail actuel n’offre pas tellement de choix, et (3) le taux d’inflation exorbitant des dernieres annees ne permet pas d’ameliorer le pouvoir d’achat des citoyens en general).

    Il est d’autant plus difficile de reprocher quoi que ce soit aux gens qui soutiennent le mouvement TGV, car il est evident que ce sont des personnes qui estiment qu’ils n’ont plus rien a perdre dans l’etat actuel de leurs situations, ils n’ont tellement plus rien a perdre qu’ils mettent leurs propres vies a la merci de ra8, dans l’espoir d’un avenir meilleur, dans l’espoir que leurs droits soient au moins reconnus, dans l’espoir qu’ils puissent enfin s’exprimer et etre ecoutes dans leur desarroi…

    On ne peut pas reprocher aux gens d’etre vandalistes: leur comportement est le resultat de l’accumulation de nos indifferences a tous a leurs besoins (de par nos silences, de par nos peurs, de par nos orgueils mal places, de par notre propre sentiment d’impuissance a faire face a la situation…).

    J’entends par-ci par-la que les gens qui font des sit-in sont des desoeuvres: peut-etre mais leur presence manifeste quelque chose, et leur desoeuvrement est du aux carences de la politique de l’emploi de l’Etat.
    On leur reproche d’etre paresseux et de ne pas travailler, mais encore faut-il qu’il y ait du travail digne de ce nom sur le marche: le marche du travail est vide.
    On ne peut pas reprocher aux jeunes filles et a nos enfants mineurs de se prostituer, car ce n’est qu’une des tristes consequences d’une mauvaise politique de l’Etat qui a neglige depuis trop longtemps toutes les autres dimensions politiques comme le social, le juridique, l’education etc.
    La plupart des gens ne desertent pas l’ecole et les etudes pour le business par choix, mais tres souvent due a la trop grande pression economique, en plus du manque d’infrastructure et de budget pour l’education.

    Oui, la triste situation des dernieres semaines n’est que l’expression de toutes nos frustrations reprimees depuis des generations, de toutes nos peurs, de toutes nos avarices, de toute notre impuissance, etc.

    Il est tellement facile et tellement pas cher de notre part de juger un tel ou une telle, mais la societe qui nous entoure est un miroir a travers lequel nous nous refletons tous. Nous devons commencer par admettre que nous sommes tous responsables les uns les autres de tout ce qui se passe actuellement, et arreter de nous jeter des pierres a la grande risee des spectateurs (qui au lieu de nous remunerer du beau spectacle, vont peut-etre nous le faire payer en plus de ce que nous avons deja a payer pour nos propres betises- qui sait?).
    Et tant que ce genre de reproches continue de fuser, le fahendrena et le fihavanana ne sont que de vains mots.
    (A bon entendeur.)

    Le peuple malgache ne doit pas oublier que son unite est basee sur le Fihavanana. C’est comme dans une famille ou chaque membre est libre d’avoir son propre avis politique, c’est un droit comme un autre, mais au bout, c’est la famille qui prime avant tout, sinon elle n’a plus lieu d’etre. Cad que chacun doit continuer de se sentir responsable et d’assumer ses responsabilites vis-a-vis des autres membres de la famille: c’est une loi fondamentale qui doit primer au-dela de la Constitution.
    Je remercie et je loue a propos la decision de l’Armee de manifester sa position et sa decision de prendre ses responsabilites (cad maintenir l’ordre et assurer la securite du peuple) face a l’etat actuel de la situation politique.
    Mais l’Armee n’est qu’une partie du Corps du peuple malagasy. J’exhorte le reste de ce Corps du peuple, cad chaque citoyen sans exception, de suivre l’exemple de l’armee pour assurer la mise en place d’une solution a cette crise politique, pour guarantir que cette solution incarne les Droits et les interets communs.

    Soyons conscients qu’il ne suffit plus aujourd’hui de mettre le pouvoir entre les mains d’une personne ou d’un groupe de personnes, pour ensuite s’en mordre les doigts de plus belle quand cette personne ou ce groupe de personnes en abuse. C’est de l’irresponsabilite. Il est grand temps, plus que jamais que chacun de nous, chacun a son niveau, prenne conscience de ses responsabilites en tant que citoyen, ou en tant qu’individu qui aime Madagascar et son peuple.
    Nous avons vecu l’histoire mais il est temps de l’assumer.
    Si nous voulons vivre notre futur, ne serait-il pas mieux de commencer a l’assumer aujourd’hui?
    Car quelque soit les decisions et les actions qui vont etre mises en place a partir de maintenant, nous allons demain devoir vivre et assumer leurs consequences ensemble, en plus des consequences de notre histoire.

    Vers quoi allons-nous nous diriger ou laisser diriger notre futur?
    Pour y repondre, nous devons arreter de polemiquer et commencer a AGIR ENSEMBLE, mais NOUS DEPLOYER car le pays est malade a tous les niveaux: (1) legislatif, (2) executif, (3) judiciaire.

    Afin de pouvoir reparler de justice, d’economie, d’education, de sante publique, de recherche, etc., il faut reviser notre SYSTEME de COMMUNICATION et notre systeme d’INFORMATION, car tant que le maximum de citoyens ne puisse pas participer a cette solution, cette derniere n’incarnera jamais les Droits et les Interets communs, et nous serons tres probablement alors condamnes a repeter le passe (coup d’etats, bain de sang et vandalisme etc. ad infinitum) et je pense que ENSEMBLE, il nous est toujours possible d’offrir a la future generation malagasy un meilleur heritage.

    Pour que le maximum de citoyens puisse participer a cette solution, il faut favoriser l’echange, la discussion et le debat a tous les niveaux: du fokontany, aux firaisana, fivondronana, regions, provinces etc. (Oui, apparemment le peuple a crie mais personne n’a pris la peine d’ecouter)
    Alors il est l’heure de faire appel a toutes les personnes de bonnes volontes, a toutes les personnes riches de potentiels et/ou de competences, issues de tout Madagascar, sans discrimination, pour s’exprimer et pour reparer et remettre notre systeme en marche.

    Ceci est une question de TRANSMISSION et de DISCUSSION d’idees, de sensibilisation sur le theme de la citoyennete et du civisme et enfin de mise en place de SOLUTIONS a la crise et au systeme etatique actuels.

    Ceci implique du travail (beaucoup de travail), de la responsabilite et une bonne organisation (repartition des taches), qui ne va peut-etre pas etre remunere en terme d’argent comptant, cad immediatement en cash, mais c’est pour l’instant le meilleur investissement que je puisse proposer pour un futur avec des bases plus ou moins saines qui guarantit le respect des Droits communs et une economie plus ou moins solide sur le long-terme.

    Notre systeme est pourri et malade a la base, a la racine, ce qui l’empeche de porter des fruits. Nous devons alors le soigner a la base, mais ce n’est pas l’affaire d’une poignee d’hommes, c’est NOTRE AFFAIRE A TOUS.
    Ensemble, chacun de nous peut contribuer a decider et a faconner l’avenir dans un interet commun.

    Que sera-t-il de notre avenir? Le choix a toujours ete et sera toujours le notre. Encore faut-il qu’une majorite de nous, peuple malagasy, en soyons conscients.
    Il ne s’agit pas ici de ra8 ni de tgv, mais de chacun de nous, de NOUS, LE PEUPLE, posons-nous chacun la question: puisqu’il faut de toute facon aller de l’avant, que puis-je faire de constructif pour contribuer a une solution qui incarne les Droits et les interets commun? (ca n’a pas forcement besoin d’etre grandiose: ca peut etre vehicule dans mon comportement et mon attitude face a la situation, ex. en analysant mieux l’information, en encourageant le debat en societe, en informant et en eduquant mieux mon entourage, etc).

    Maintenant, nous ne pourrons pas nous plaindre qu’il n’y a pas de travail car c’est beaucoup de travail qui nous attend, mais le voulons-nous vraiment? Car il y a pleins de spectateurs qui n’attendent que notre demission totale pour tout faire a notre place… et adieu Droits et Interets communs.
    Accordons-nous (1) d’aller de l’avant avec de l’espoir et beaucoup de courage peut-etre vers un lendemain meilleur, ou (2) d’aller de l’avant en continuant de se tirer les uns sur les autres et ne revivre alors que de sombres passes?

    En cette periode sombre pour Madagascar, je me permets de faire encore appel a notre solidarite.
    – S’il s’est avere apparemment possible que des groupes de personnes puissent s’organiser pour un raid de pillages et d’assaults le 26-01-09 (car il semble tres probable que c’etait organise sinon ca ne serait pas parti aussi vite comme une etincelle, sinon ca ne se serait pas etendue si vite dans l’ile),
    – S’il s’est avere possible que la population arrive systematiquement a s’organiser pour assurer leur propre securite en des moments vraiment critiques via la mise en place des andrimasompokonolona,
    Alors il doit etre possible que la population arrive a s’organiser pour mettre en place un RESEAU de communication et un reseau interactif de transmission et d’echange d’information a travers toute l’ile afin de devancer la situation et de s’offrir un MOYEN D’EXPRESSION et un moyen de CONTROLE sur l’evolution de la situation qui semble etre bloquee et determinee par les 2 protagonistes en place (ra8 et tgv).
    Si on veut vraiment s’assurer que la situation evolue vers une solution capable d’incarner les Droits et les interets communs, il est necessaire que cette solution parte du peuple meme, du peuple conscient de ses responsabilites civiques, du peuple conscient de la valeur de ses droits, conscient que ces Droits ne sont pas des jouets.

    Pour cela, il est necessaire que le peuple s’organise, se debrouille et s’offre les moyens d’exprimer et d’imposer ses droits et ses interets, sans avoir a dependre des eventuelles strategies de ra8 ni de tgv.
    Dans la periode de crise actuelle, la constitution et les institutions comme le parlement et le senat ne semblent apparemment pas operationnelles, alors il faut que le peuple trouve un ersatz et organise d’autres moyens d’expression plus appropries a la situation.
    La credibilite de cette solution repose sur l’etendue du reseau sur Madagascar: si le reseau prend en compte une majorite des fokontany, des firaisana, des fivondronana, des regions, des provinces, alors l’Armee, de par son role meme pour la nation malagasy ne peut que s’unir pour appuyer ce mouvement du peuple issu de toutes les horizons.

    C’est seulement a ce moment-la que la population peut vraiment avoir un minimum d’influence et peut-etre accelerer le denouement de la situation sans martyrs supplementaires, car la situation dependra alors moins de ra8 et de tgv.

    C’est un peu comme un systeme d’anti-propagande: au lieu que les candidats au pouvoir font leur propagande et leurs promesses au peuple, c’est plutot la masse populaire critique, consciente de leurs Droits et de leurs interets qui dicte sa volonte, representes par des porte-paroles issues des olo-kendry et des vrais ray aman-dreny de tout horizon (pas forcement des representants religieux, ni des elites) pour imposer: respectez nos Droits, respectez l’ordre publique, allons de l’avant ensemble pour etablir une base solide et digne des razana et du peuple malagasy…

    J’admet que ce n’est pas facile a mettre en place car, nous peuple malagasy, nous ne nous organisons et ne sommes vraiment solidaires que dans les situations critiques extremes (ex. lors du carnage du 07-02-09).
    Mais sommes-nous alors condamnes a REAGIR aux situations politiques? Non, nous pouvons decider aussi d’AGIR mais il faut le vouloir. Ensuite comme on dit: vouloir, c’est pouvoir. Soyons conscients de nos Droits, soyons solidaire et defendons-les et faisons-les asseoir de maniere a guarantir une base solide a l’avenir de notre peuple.
    Sinon, nous pouvons toujours attendre et voir se qui va se passer (wait and see) et se resigner a accepter que les lois et les droits de l’homme sont tout compte fait, encore vides de sens a Madagascar et que la seule loi qui prevaut et qui marche, c’est la loi de la jungle: la loi du plus fort.

    J’avoue que ce que je propose implique beaucoup de travail car on parle ici de la mise en place d’un reseau de communication et d’echange, un reseau d’information interactif pour assurer un minimum de participation du peuple dans l’amelioration du systeme etatique, et tout cela dans un pays en crise politique et pauvre en terme d’infrastructure et de moyens financiers quand meme.

    Et je ne pense pas que ce soit impossible, on est les specialistes du systeme D, c’est pour ca que je lance quand meme l’ID dans l’espoir que ca va atterir quelque part, dans l’espoir que ca inspire quelques personnes de bonne volonte qui ont les moyens et le pouvoir de l’adopter et de la mettre en place, au nom de tous les Malagasy, au nom de leurs Droits fondamentaux, au nom de nos interets communs a tous.
    Mais ce n’est qu’une idee. Apres, les idees ne vivent pas et ne servent a rien si elles ne sont pas transmises, pour etre eventuellement ameliorees et realisees… dans le respect du Fahendrena et du Fihavanana Malagasy.
    on sait jamais…

    (open source 🙂 sans restriction de diffusion, de traduction ni d’amelioration du texte)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.