Actualités,  Langue (Fr),  Société

Bébé malgache découvert dans un train en Suisse



Franziska aka Vasana © DR

[Lahatsoratra amin’ny teny Malagasy : Zazamenavava Malagasy hita tao anaty fiarandalamby taty Soisa | Franziska >>]

Un bébé d’a peine un mois a été découvert dans le train le vendredi 19 décembre 2008 à Bâle [Nord-Ouest de la Suisse]. Un appel à témoin a tété largement diffusé tandis que la petite fille a été provisoirement appelée Vasana par la Police Bâloise, puis Leila Noëlle par l’autorité de tutelle de Bâle-Ville qui a placé l’enfant dans une famille d’accueil à Bâle.

Une jeune malgache de 23 ans qui travaille comme jeune fille au pair en Allemagne, à Erlangen [une ville de 100’000 habitants située au nord de Nuremberg, en Bavière en Allemagne] s’est présenté comme étant la mère. Franziska est le prénom qu’elle a donné à l’enfant qu’elle a accouché le 8 Décembre 2008.

«La jeune femme appartient à une famille modeste de Madagascar. Son père est chauffeur de bus, sa mère souffre d’une maladie cardiaque […]
elle envoie la majeure partie des 525 francs qu’elle gagne par mois à sa famille […]
avoir un enfant illégitime, c’est une catastrophe […]
sa famille d’accueil est persuadée que son employée souffre d’une maladie intestinale.»

[Mère de Franziska, alias Vasana: «je ne veux plus la revoir» – le matin.ch – 11.01.2009 >>]

Le père biologique de l’enfant, rencontré dans une disco, viendrait aussi de Madagascar, mais La jeune mère n’est plus en contact avec lui et n’envisage pour l’instant pas de « reprendre » son enfant :

«Je ne veux plus revoir ma fille, Franziska. Le mieux pour elle, ce serait d’être adoptée par une famille aimante. Je le lui souhaite de tout mon cœur.»

[Bébé abandonné dans un train: la mère travaillait au pair en Bavière – 24 heures.ch – 12.01.2009 >>]

Les autorités suisses comme allemandes déclarent ne pas vouloir engager de poursuite envers cette jeune maman malgache constatant qu’ «il n’y a pas eu de délit» :

«la vie de l’enfant n’a jamais été en danger, car elle n’a passé que dix minutes seule dans un train chauffé.»

[Zazamenavava Malagasy hita tao anaty fiarandalamby taty Soisa | Franziska >>]

[Das Basler Findelkind heisst Franziska – blick.ch – 09.01.2009 >>]

[Mère de Franziska, alias Vasana: «je ne veux plus la revoir» – le matin.ch – 11.01.2009 >>]

[Bébé abandonné dans un train: la mère travaillait au pair en Bavière – 24 heures.ch – 12.01.2009 >>]

[ICE-Baby hält Behörden auf Trab – blick.ch – 12.01.2009 >>]

[Un bébé abandonné dans un train – lexpressmada.com – 13.01.2009 >>]

[Bekommt das ICE-Baby Schweizer Eltern – blick.ch – 16.01.2009 >>]

7 commentaires

  • Tomavana

    Update: La Radio suisse Romande rapporte que l’Office de la Jeunesse d’Erlangen, Allemagne [domicile de la mère] a transmis à l’autorité de tutelle de Bâle-Ville que le désir de la mère est que sa fille Franziska se fasse adopter par une famille qui réside en Suisse.

    En lien l’article du jour du blick.ch :«Bekommt das ICE-Baby Schweizer Eltern ?» [Est-ce que le bébé de l’ICE va avoir des parents suisses ?]

  • Tattum

    « Il n’y a pas eu de délit ».
    Certes, les Suisses sont d’une grande tolérance face aux libertés individuelles, mais dire qu’il n’y a pas eu délit, ça relève du laxisme…
    L’irresponsabilité est un délit à mon avis. D’autres solutions existent pour remettre un enfant dans des structures adaptées, et non un abandon, même calculé, comme un vulgaire sac de sport…
    Juste que dans l’histoire, autant qu’elle ait été abandonnée en Suisse qu’en Allemagne en effet…

  • Tomavana

    >dire qu’il n’y a pas eu délit, ça relève du laxisme…

    Par l’absence du père, la mère est l’unique détentrice de l’autorité parentale. L’inculper [l’arrêter ou l’emprisonner] n’aurait pas aidé à trouver une solution durable. Sachant que l’adoption ne peut se faire sans son «renoncement volontaire.»

    En écartant l’épée de Damoclès qui menaçait la mère, les autorités judiciaires de Bâle-Ville l’ont mit dans de disposition favorable pour que Franziska puisse recevoir sa bénédiction en vue d’une adoption.

    De mon expérience, on peut dire beaucoup de choses sur les autorités judiciaires suisses mais pas qu’elles sont laxistes … au contraire ils ont dû considérer, à juste titre à mon avis, que la mère bénéficie de nombreuses circonstance atténuante … l’abandon de son compagnon … l’absence de soutien … le désarroi … le poids de la tradition … Même soutenu par leur maris et familles, nombreuses sont les nouvelles mamans victimes de «baby-blues» !

  • Tattum

    Je ne juge pas tant son acte ni son état d’esprit mais plutôt le mode opératoire choisi. Certes les émotions n’ont pas dû aider, m’enfin on reste toujours responsable de ses actes en toutes circonstances au regard de la loi (sauf aliénation je suppose).

    Je comprends la volonté de la mère à aspirer à un meilleur avenir pour sa fille dans des familles d’accueil davantage prêtes pour cela. Tout comme ça doit être terrible de devoir abandonner son enfant.
    Mais elle vit tout de même dans des pays où il existe des dispositifs d’aide et d’accompagnement…

    En France par exemple, je dirai qu’abandonner un bébé dans un train serait passible de poursuite pour mise en danger d’autrui, qui stipule:
    « (…) violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement.

    La caractéristique principale de cette infraction est que la réalisation d’un dommage n’est pas exigée pour mettre en jeu la responsabilité de l’individu. »

    Bon, le bébé n’est pas resté longtemps seule dans le train, mais bon…
    Ca me rappelle le cas de l’euthanasie toujours illégale en France, pour le droit des familles de la demander. Ceux qui pratiquent l’euthanasie active sont poursuivis, même si le cas désespéré est avéré, et ça reste des peines pénales symboliques.

    En conclusion, je ne souhaite absolument pas à cette mère plus de peine qu’elle n’en a, mais ne pas cautionner les abandons est une manière de ne pas inciter, d’autres solutions existent sûrement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.