Non classé

« Mea Culpa ! »

Toute coïncidence ou ressemblance avec des personnages réels n’est ni fortuite ni involontaire.

Un artiste vivant à l’étranger désire rentrer dans son pays pour y effectuer une tournée | Un proche du président de la république de son pays, qui occupait le poste de ministre le lui interdit, invoquant pour raison un « calendrier inappropriés » | Le délai étant trop court, l’artiste insiste et fini par tenir ses concerts … il a dû malgré tout concéder un léger aménagement de son calendrier initial | Quant au ministre, il a depuis été suspendu de ses fonctions.

Imaginons un instant que j’étais un de ceux qui avais donné raison à ce ministre en défendant le bien fondé de la mesure d’interdiction qu’il a prononcé. J’imagine que voici le genre de « mea culpa » que je serais tenté de publier :

Les concerts de cet artiste ont eu lieu dans la joie et la bonne humeur « et dans le calme. A ma surprise, cet artiste n’était pas le facteur de déstabilisation et de désordre public que j’avais craint. En tout cas j’étais de bonne foi en préconisant le principe de précaution car les arguments de ce ministre m’avaient convaincu. Je ne saurais dire si c’est ma crainte des débordements qui en ai été le levier. Nul ne peut prédire l’avenir et finalement comme mes craintes étaient infondées, je dois maintenant le reconnaitre, que les faits m’ont donné torts et je n’ai d’ailleurs aucune raison de continuer à railler mes contradicteurs.

Vous pouvez maintenant la comparer avec cette autre version >>

Pour suivre une affaire étrangement similaire le début et la suite.

5 commentaires

  • news2dago

    Aleo anao ahita e!
    ny tantara mitohy ihany dia ny vahoaka no aoka hitsara! ny sasany mitombo harena izay tsy izy ny vahoaka mitrongy vao homana ny sakafo anio tadiavina rahampitso.

  • Vola

    Oh comme il est taquin le Tomavana 🙂
    Je ne jette pas la pierre, je suis la première à refuser de reconnaître que je me suis trompée et je suis plutôt de mauvaise foi quand quelque chose me met en cause 🙂

  • ioanay

    laissez les gens monter …
    laissez les faire ce qu’ ils veulent …

    en fait … je crois qu’ il y a quelque chose que cet artiste a mais que nous n’avons pas … alors laissons-le nous sauver de cette amerete que nous avons en nous … cherchons ce qu’ il y a de meilleur en nous … c’est ce que l’ artiste a fait et lui au moins il l’a trouve … n’est-ce pas ?

    BIG RESPECT FOR ALL MALAGASY CULTURE PROTECTORS …
    Hirian’ olo fa tsy maniry olo iyoh …

  • ioanay

    SAIKA HADINOKO …

    nareo hono efa sola be … banga sy coco rase … ?
    riato ny daka fa mpandainga manala=baraka …
    oh … aza itako fa ataoko malala ny ditrako …

    MBOLA HOAVY IZY eh … MBOLA HOAVY IZY EHAH …
    AZA KIVY ANAO oh mbola hoavy izy yeah …

    he he encore une fois de plus, nous revolutionaries nous avons triomphe, nous peuples opprimes, nous avons eu raison … he he he …
    Gloire a Zanahary …

  • Fanilo

    Helloooo !

    >>> oh « aza itako fa ataoko malala ny ditrako «

    Les « enfants mladic » le sont à l’origine dans leur propre famille.
    C’est le seul espace où ils survivraient, on ne leur donne que des baffes et on reconnait que c’est des êtres humains. mPfrrrr …

    Pour continuer l’anecdote, j’ai vu un reportage sur mai 68, en septembre 68 la rentrée s’est faite comme si de rien, en 69 tout le monde était sur le cul, bouche bée devant la Lune, posée là, offerte par un establishment censé n’avoir aucune imagination.
    Chassez papa-maman, ils reviennent au galop(in).

    Bref, c’est comme la hause et la baisse des ventes de Hard … Rock.

    Fanilo the rocker. (Rocking the chair ?)
    10 ans de hard sans voir le jour (a-ha)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.