Toute coïncidence ou ressemblance avec des personnages réels n’est ni fortuite ni involontaire.

Un artiste vivant à l’étranger désire rentrer dans son pays pour y effectuer une tournée | Un proche du président de la république de son pays, qui occupait le poste de ministre le lui interdit, invoquant pour raison un « calendrier inappropriés » | Le délai étant trop court, l’artiste insiste et fini par tenir ses concerts … il a dû malgré tout concéder un léger aménagement de son calendrier initial | Quant au ministre, il a depuis été suspendu de ses fonctions.

Imaginons un instant que j’étais un de ceux qui avais donné raison à ce ministre en défendant le bien fondé de la mesure d’interdiction qu’il a prononcé. J’imagine que voici le genre de « mea culpa » que je serais tenté de publier :

Les concerts de cet artiste ont eu lieu dans la joie et la bonne humeur … et dans le calme. A ma surprise, cet artiste n’était pas le facteur de déstabilisation et de désordre public que j’avais craint. En tout cas j’étais de bonne foi en préconisant le principe de précaution car les arguments de ce ministre m’avaient convaincu. Je ne saurais dire si c’est ma crainte des débordements qui en ai été le levier. Nul ne peut prédire l’avenir et finalement comme mes craintes étaient infondées, je dois maintenant le reconnaitre, que les faits m’ont donné torts et je n’ai d’ailleurs aucune raison de continuer à railler mes contradicteurs.

Vous pouvez maintenant la comparer avec cette autre version >>

Pour suivre une affaire étrangement similaire le début et la suite.