Lu ce matin :

Madagascar a manifesté sa solidarité en faveur des victimes du violent séisme qui a frappé le district de Wenchuan, province de Sichuan le 12 mai dernier. Le président de la République Marc Ravalomanana a déjà adressé un message de réconfort à l’endroit du président et du peuple de la République populaire de Chine […] Hier [mardi 20.05.2008], ce fut au tour du gouvernement, représenté par le ministre des Affaires étrangères, Marcel Ranjeva de présenter ses condoléances à la résidence de l’ambassadeur de la Chine Wo Ruidi à Nanisana. Ce fut également une occasion pour les autorités malgaches et au nom de la population de remettre un don d’un montant de 100’000 dollars [$ USD] pour aider les victimes du séisme.

[tiré de la rubrique « société » du journal les-nouvelles.com – 21.05.2008 >>]

Je ne suis sans doute pas ce qu’on pourrait considérer comme étant un « digne représentant de la population malgache » au nom duquel notre gouvernement a témoigné sa généreuse solidarité au peuple chinois. Malgré tout, j’ai du mal à imaginer croiser dans les rues d’un quelconque village ou ville de Madagascar un Rakoto ou une Rasoa qui partagerait l’avis de notre cher ministre des Affaires étrangères pour l’affectation de ces 100’000 USD sachant que Madagascar fait toujours partie des pays les plus pauvres du monde.

Car c’est de façon quotidienne que la majorité de la population malgache affronte les difficultés de la cherté de la vie, augmentation du prix de l’huile alimentaire, de celui du carburant, des coupures « chroniques » de courants et autre cyclone de façon annuel. Or quel contraste entre le manque de fonds, excuse immanquablement invoquées par le gouvernement face à l’absence d’efficacité des réponses apportées à tous ces problèmes nationaux et cette solidarité internationale. A ce que je sache, ce don ne provient ni de l’argent de Ranjeva ni de celui du président Ra8, mais bien des caisses de l’état, donc du contribuable ?

Vous me trouvez « sans cœur » envers les victimes chinoises du séisme ? Vous avez sans doute raison, malgré tout je me demande parfois jusqu’à quelle point un gouvernement peut se tromper en croyant répondre favorablement à la volonté de la population. « Population malgache je vous ais entendu ! » oui mais quelle population ?