Comme vous savez, en France les enfants sont en vacances d’hiver. J’ai un pré-ado qui suit de près l’évolution du climat ou plus précisément, du cyclone, à Madagascar. Au journal TV de ce midi, il regarde les « infos d’outre-mer ». Soudain, je l’entends hurler, scandalisé: « maman, écoute çà ! Il y a un gros cyclone qui est juste sur toute la moitié nord de Madagascar: et ils disent « Mayotte court un grand danger ! »

Et je réponds: « Et c’est tout ?

– C’est tout !  Mais tu sais maman, c’est grave parce qu’ils sont au courant de ce qui se passe et ils ne le disent pas. A quoi rime leur travail alors ? »

Et j’ai senti dans la naïveté et l’air scandalisé affiché de mon fils, une déception bien tranchée vis-à-vis de la société et surtout des adultes.

Je me suis alors empressée de lui dire:

« Tu sais, tu dois te dire qu’ils sont dans une émission réservée à une région du globe et ils doivent s’en tenir !

– Mais, le climat, maman n’est pas limité à une région. Il concerne tout le monde. Et un cyclone représente un grave danger pour tous. Un grand cyclone était sur Madagascar, une petite phrase ne leur coûte rien ! »

Et vlan ! Voilà ! La vérité sort de la bouche d’un petit !

Une petite phrase comme « Tiens, un cyclone est juste sur la partie nord de Madagascar ! Nous avons une pensée pour eux tous la-bàs, Courage ! » aurait été mieux acceptée par queqlues spectateurs et serait un geste de solidarité nettement apprécié et bienvenue pour tous ceux qui habitent l’Océan Indien qui n’est pas exclusivement occupé par « les pays d’outre-mer » !

Voilà l’image de la mondialisation et de la solidarité internationale que l’on montre indirectement et quotidiennement à nos enfants ! Qu’apprenons-nous à nos enfants ? Où sont les notions de solidarité ? d’humanité ?…

A chacun pour sa pomme ! A chacun pour son bol d’air !

L’être humain n’a pas encore compris que la terre est devenue de plus en plus petite; que les cataclismes deviennent alors affaire de tous « outre-mer ou pas ! », que la terre ne peut plus être subdiviée en petits territoires privilégiés pour certains et délaissés « indirectement » par d’autres qui affichent de « l’indifférence » pour les affaires d’autrui !

Une pensée affectueuse et disons « courage ! » à tous ceux qui sont dans cette partie du monde !