Ces événements datent un peu, 1 mois c’est peu non ?

24 décembre 2007, il est 20h, la messe de « minuit » vient de se terminer, l’assistance ne bouge pas, la pluie diluvienne fait toujours chanter le toit en tôle, le groupe electrogène continue de ronronner, les jeunes installent la scène, d’autres tendent la peau du tambour…

Ce soir, dans ce petit village au nord de Moramanga, les enfants offrent un spectacle, ils sont heureux, ils chantent leur joie. Rectification, ils ne chantent pas, ils crient, vraiment ils crient ! Et non, ils n’ont jamais rencontré monsieur Clément Matthieu, et les petits chanteurs à la croix de bois, ils n’ont en jamais entendu parler… Mais ils sont heureux, ils crient leur joie, et vraiment, ils ont l’air heureux!

Et puis, ils n’ont pas interêt à montrer un visage triste, leurs parents ont fait des efforts. Pour Noël (l’événement, pas le prénom), ils leur ont acheté des nouveaux habits, des nouvelles chaussures, et puis demain, il y aura un bon repas!

Ces enfants là, ils n’ont aucune idée de qui est le père Noël, le coup marketing de Coca Cola n’est pas arrivé jusque chez eux, le vieux à la barbe blanche avec son manteau d’hiver rouge et blanc, ils connaissent pas… Et puis un manteau comme celui du père Noël ne serait pas très utile sous la pluie, il se gorgerait d’eau… le truc du traineau qui vole, les rennes, les jouets n’a aucun lien avec leur réalité : les rennes, un zébu avec un arbre sur la tête à la place des cornes, n’importe quoi, on ne pourrait rien faire des bois. La maison, elle n’a pas de cheminée. Les jouets, ils les ont toujours fabriqué eux-même: un peu d’argile, des petits bouts de bois et tu as un zébu…

Mais comme tous les enfants du monde, ils fêtent noël, et ils chantent des chansons de noël. Il y en a une que quelqu’un leur a apprise, qu’ils n’ont jamais vraiment comprise… Mais la chanson a une belle mélodie et puis dessus ils peuvent faire une super chorégraphie, et en plus la chanson est extensible, tous les enfants du village pourraient danser et chanter !

Nakaiza ingahibe Noely (la la la)
F’efa tonga ny noely (la la la)
Fetinay ankizikely (la la la)
Nakaiza ingahibe Noely (la la la)

Traduction:

Il est où le père Noël
Noël est arrivé
Notre fête à nous, les petits enfants
Il est où le père Noël

Les enfants n’ont aucune idée de qui est ce père Noël. C’est vrai, mais c’est pas grave ! l’Homme (avec un grand H) a un cerveau génial. Et le cerveau humain, il est vraiment génial, il fait toujours en sorte que rien ne paraisse incongru, il peut modifier notre perception de la réalité pour ne pas être en contradiction avec lui-même.

Comme en cette période, il pleut presque toujours, au moins dans cette région de Madagascar. Les enfants ont eu leur grand recurage annuel sous la pluie (oui, comme dans la pub de Tahiti gel douche !). D’habitude, on lave les enfants avec un seau et un broc (zinga) – il n’y a pas l’eau courante (l’eau ne court pas, il faut aller la chercher à la source) – mais pour noël, on les a lavé sous la pluie ! Noely – quelqu’un qui a un prénom tiré de l’héritage judéo-chrétien – aurait donc pris son grand broc pour laver tout le monde en même temps…

Avec toutes ces informations, le cerveau il s’est mis en route et il a changé les paroles de la chanson pour mieux coller à la réalité:

Naka zinga be Noely (la la la)
F’efa tonga anie Noely (la la la)
Fetinay ankizikely (la la la)
Naka zinga be Noely (la la la)
[…]

Traduction:

Noël a pris un grand broc.
Noël est déjà arrivé.
Ce sera notre fête, à nous, les enfants.
Noël a pris un grand broc.

La preuve dans un super clip, tourné sans effets spéciaux, avec les moyens du bord : quelques lampes à incandescence, un groupe electrogène, et un toit en tôle qui goutte (ce qui explique les passages où le danseur lève la tête vers le ciel, le bras tendu, la paume au dessus…)