30 novembre 2007, journée de clôture du premier dialogue présidentiel…

Le dialogue présidentiel a duré 1 mois, 8 objectifs du MAP ont été traités. Presque tout Madagascar a été représenté : la société civile, les 18 tribus, les jeunes, les bailleurs de fonds… Le but a été d’identifier les obstacles qui empêchent la réalisation du MAP puis de définir les priorités des actions du gouvernement.

L’explication du contenu du MAP faisait aussi partie du dialogue présidentiel, parce qu’un MAP incompris n’est pas un map.

Le huitième et dernier thème abordé – « l’identité nationale » – est un thème assez récurrent sur la bilaogasyfera. Du coup, comme c’est un sujet que la blogosphère affectionne, en tant que membre de Malag@sy Miray, le blog collectif malagasy, j’ai été invité à Iavoloha pour la cérémonie de clôture de ce dialogue présidentiel. N’ayant ni assisté au débat ni participé aux ateliers, je ne peux pas trop m’étaler sur le sujet. Je vais donc juste raconter le déroulement de la cérémonie.

15h27, j’arrive au rond point d’Iavoloha, il y a une file de voitures qui monte vers l’entrée… un monsieur en costume nous fait signe de mettre les invitations en évidence pour accélérer le mouvement. Le matin, il y avait une petite fouille comme devant l’ambassade des états-unis, passage du miroir sous la voiture et tout… et là rien, j’ai été un peu déçu, j’avais bien lavé dessous…

Passage de la barrière, un militaire montre le chemin : il suffit de suivre le panneau « National Leadership Institute of Madagascar ». et puis il y a une file de voiture devant… comme la voiture est intelligente, j’en profite pour regarder autour de moi, tout en me mettant en mode recherche de place.

Le palais présidentiel d’Iavoloha est situé dans un cadre super sympa, sur une petite colline, un plan d’eau, de la verdure, j’aime beaucoup, mais je ne vais pas commenter l’architecture des bâtiments.

Arrivée dans la salle, devant à gauche, des femmes déguisés en paysannes de je ne sais quelle ethnie jouent la vie quotidienne : vanner le riz, piler le riz, se chercher des poux, se faire tresser. Pileuses de riz

À droite, un groupe joue du hira gasy, et divers chants et danses traditionnels de tout Madagascar, je crois même qu’il y avait Tinondia, et j’ai même cru voir un grosminet…
Et en même temps, des gens nettoyaient au milieu, là où il y avait les tribunes et les fauteuils de notables… (je ne sais pas si ça faisait partie du spectacle…)

C’était bien sympa mais, être dans une salle contenant plus de 3000 personnes (chiffre officiel), sous une température de au moins 30 degrés à l’ombre, sans climatisation, ni ventilateur, et en costume cravate c’était pas facile, j’avais hâte d’être au cocktail et de me prendre une petite THB bien FRESH…la salle

Les gens continuaient à arriver, et en même temps, les responsables de la salle nous demandaient de bouger pour remplir les chaises vides parce qu’apparemment le chef, il n’aime pas les chaises vides…

17h, une personne annonce l’arrivée du président, et demande à tout le monde d’éteindre mobile et tout autre gadget pouvant déranger, et là on entend tout plein de sonneries de mobiles en train de s’éteindre…

Puis on se lève tous pour Danone pour l’entrée du chef, et on entonne l’hymne national…

Annonce : La cérémonie comportera deux parties, la remise d’un certificat aux gens qui ont été formés au National Leadership Institute of Madagascar, puis la clôture du premier dialogue présidentiel. 

Le National Leadership Institute of Madagascar ou NLIM est l’intitut national du leadership de Madagascar qui se situe à Iavoloha. Je n’en ai jamais entendu parler, et la première promotion est sortie hier… Si quelqu’un a des infos sur comment faire pour y entrer je suis preneur. D’après le président, les sortants de l’institut n’ont rien à envier à ceux qui ont fait leurs études de leadership à l’étranger ! Mais il leur promet quand même une petite sortie hors du pays…

Kabary en malagasy de Dean (le président l’appelle comme ça), celui qui a formé les formés au NLIM. L’assistance a applaudi chaque phrase, c’était lourd ! à sa place j’aurais pas apprécié, j’aurais continué le discours en anglais (et il aurait du parce qu’au bout d’un moment, c’était lourd !)

Ce qui n’a pas empêché un des étudiants en prenant la parole de dire que le malagasy de Dean était wonderful ! je n’ai pas trouvé… ça faisait texte écrit par quelqu’un d’autre et lu pour la première fois enfin tout ça pour dire que j’ai décroché au bout de 2 phrase, et je me suis raccroché au wagon quand il a dit « etoo ampamarananà dià misiiobloon : vavoolombelonpiasànbaingà », applaudissements de la salle… Son répétiteur aurait vraiment dû lui dire de mettre les accents à la bonne place (au moins)

Après ça il y a eu une chanson puis la clôture du dialogue pésidentiel. Je ne vais pas tout raconter, parce que ça va faire aussi long que si vous y aviez été… en résumé, tout le monde a remercié le président de la république pour ce dialogue présidentiel qui a été une réussite. La société civile a été représentée par une femme membre de l’association de mpikabary. Même si elle a dit la même chose que tout le monde, elle l’a bien dite, cela était bon ! même le président, il a souri. Puis il y a aussi le tangalamena de Toamasina qui a une façon bien à lui de discourir, il en a fait rire plus d’un…

Et pendant tout ce temps là, j’avais faim et soif, je pensais au chapiteau qui était dans la cour et qui nous attendait. et à la fin de la cérémonie, grosse déception, pas de cocktail, moi qui n’y suis allé que pour LE cocktail ! (pour le cadre…) et pire on pensait s’éclipser pendant le cocktail pour éviter les bouchons à la sortie du palais…

Petite remarque, pour une fois, j’étais content de voir des policiers arrêter la circulation pour laisser passer des gens (j’en faisais partie de ces gens), mais en même temps je me dis que si j’avais été de l’autre côté, je crois que j’aurais beaucoup râlé !

Petite précision, je n’ai pas été invité en tant que blogueur, j’y suis allé parce qu’il y avait une invitation qui ne savait pas trop quoi faire de lui même…

Le titre a été soufflé par Marc.

Encore un truc, le président a terminé son discours en anglais par : I’m proud to be malagasy, et en français par Je suis fier d’être malagasy, et je ne me souviens pas s’il l’a dit en malagasy… je crois que oui, mais le discours du président en malagasy est mené en freestyle du coup, ça dû être noyé dans la masse…