Langue (Fr)

Tanora, leadership ary Entreprenariat

 Tato ho ato izay dia voaresaka matetika ny tanora sy ny fampandrosoana. Anisan’ny hevitry ny tanora vitsivitsy eto Madagasikara mantsy izao ny fiasana ho an’ny tena mba hiavotana.

Tsy resaka « bizina » no tiana ambara eto fa tena orinasa mijoro ara-dalàna ara-panjakàna sy ara-sosialy. Misy ireo zay tanora vao erotrerony no mandingana ny tokonan’ny fandraharahana, mpivarotra ambongadiny, mpivarotra milina teknolojika sy ireo fitaovam-pifaneraserana ary finday isan-karazany ireny, mpanafatra entana avy any Eoropa sy Azia ary mpanondrana entana toy ny makamba, vatosoa, lotsia, jirofo, sns.

Mahafinaritra ny mahita ireny tanora mitsikaraka ireny fa tsy miandry hahazo asa fotsiny. Raha tena mandeha amin’ny fahamarinana avokoa ny lahasan’izy ireny dia afaka raisina ho modely fitaratra atao ohatra.

Ny malagasy dia mbola tsy tena manana kolo-tsaim-pandraharaha (esprit entreprenarial) ka izay no mbola ahitana varotra kely etsy sy eroa : voanjo amin’ny kapoka amidy ariary zato na enta-madinika tsy ahazoana vola maty (chiffres d’affaire) sy tombom-barotra (marge bénéficiaire) akory ka tsy mahavelona fa dia mbola mitrongy vao homana eny foana ihany.

Raha tafaresaka tamin’ny mpamily fiara karetsaka (taxi) iray aho dia sadaikatra ihany raha somary mody niambozona ilay fehitratra (ceinture de sécurité ou harnais) izay tsy mipetaka amin’ny fiara akory izy raha sendra nandalo mpitandro filaminana izahay. Aleo, hoy izy apetaka ity fa masiaka ry zareo ireto. Ny marina dia tsy noho ny fitandroana ny ainy no nanaovany izany.

Inona ary noifandraisan’izany amin’ny tanora sy ny fandraharahana ary ny fitantanana hoy isika? Ny malagasy dia tanora ny ankamaroan’ny mponina, ny tsy ampy eto amintsika raha oharina amin’ny kolotsaina alemaña na japoney dia ny fanarahan-dalàna. Tsy fanarahan-dalàna satria matahotra sazy fa fanarahan-dalàna ho fiavotana. Tany roa efa potiky ny ady izy roa tonta ireo saingy tafarina ary lasa lavitra mihitsy.

Raha hiresaka ny sinoa sy ny indianina indray isika na ny etsy akaiky : ry zareo maorisianina dia itovizantsika amin’izy ireo ny samy maha-efa nozanahana antsika. Hita sy re anefa fa anisan’ny firenena mandroso izy na dia mbola misy mahantra ihany aza any.

Anisan’ny nampandroso ireny firenena ireny ny fandraharana sy ny fitantanana. Anisany ihany koa anefa no fahaiza-manararaotra tsena misokatra ary ny famokarana amin’ny hadiry(?) (volume) ahafahany mamehy ny mason-karena (coût de revient pour une économie d’échelle)

 Misy ohatra maro azo hakantsika tahaka amin’ireo firenena rehetra voalaza etsy ambony ary misy ihany koa orinasa azo solona tena eto (représentation, franchise ou filiale) na ihany koa iarahana miasa amin’ny maha mpamokatra akora (producteur de matières (premières)) antsika malagasy. Amin’izay fotoana izay dia mety afaka ampitomboana ny arin-karena fao-be noho ny fitomboan’ny orinasa sy ny fiakaran’ny fahefa-mividy (pouvoir d’achat)

J'aime ma patrie et je souhaite le bien des malagasy

4 commentaires

  • Jogany

    Wow ça publie fort cher Mitiyu!
    J’ai bien compris pour le problème de fanarahan-dalàna qui pénalise les malgaches qui finalement en n’obéissant à rien et en laissant le chaos se pénalisen eux-mêmes (j’ai mm une théorie sur le decumano et le code du bâtiment mais bon on passe )
    Aucun modèle économique ne puisse être universel et que finalement le malgache ne s’est pas avéré aussi commercial que le phénicien ou son très lointain colonisateur l’arabe.
    Il manque un aspect à ton descriptif : le fait que la Jeunesse ne soit AUCUNEMENT valorisée dans notre pays. Et je ne suis pas du tout de ceux qui vont en vouloir aux ancêtres et à toutes les moeurs médiévaux, je constate juste que dans la société malgache : le jeune passera souvent au dernier plan. On salue les prouesses des sociétés de com’ qui utilisent l’image dynamiques de jeunes, on applaudit aux efforts des régimes d’endoctriner cette manne docile à ;eur sauce mais on omet d’en faire un acteur de développement. Par acteur ou finalement pas spectateur, je pointe celui qu’on n’écoute (presque) jamais, celui à qui on ne donne pas (souvent) sa chance et finalement celle qu’on repousse au simple rôle de pion économique.
    Oui les écoles sont là pour les former mais à quoi elle sert la société alors?

  • Mitiyu

    C’est vrai qu’il n’existe aucun modèle universel et c’est une des raisons pour laquelle il faut renforcer les capacités d’apprentissage de tout un chacun mais aussi de l’ensemble de la collectivité. Si un modèle a réussi, on peut y voir quelle partie pourrait-on retenir pour être appliqué au pays et quelle autre partie doit-on adapter.

    C’était un peu le cas de la problématique de la lutte contre la corruption à Madagascar. Des spécialistes ayant fait leur preuve ailleurs se sont avérés inefficaces et il a fallu remettre à zéro les connaissances nécessaires à la lutte.

    En ce qui concerne la jeunesse, je ne suis pas entièrement d’accord avec toi parce que Madagascar n’est plus seulement une république démocratique mais surtout est en phase de devenir une société ploutocrate, c’est-à-dire, dirigée par les riches. Et si les jeunes veulent s’imposer il faut qu’ils soient riches.

  • Jogany

    Ben je pense que les places sont si confortables que même les petits nouveaux auront du mal à les quitter, il faut bien que les dinosaures se renouvellent un jour ou l’autre.
    Je parle plutôt d’une société qui prendrait sa Jeunesse comme un investissement une valeur sûre et qui arrête de la stigmatiser. Il est vrai que nos mouvements universitaires sont des plus dynamiques du continent africain et bien sûr ceux-là seront les derniers qui profiteront des révolutions qu’ils ont inités. C’est bien sympa de récompenser un gamin au Mérite scolaire mais pourquoi pas juste le congratuler pour le fait qu’il représente le futur?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.