Actualités,  Langue (Fr)

2 octobre | Journée mondiale de la non-violence | International Day of Non-Violence [IDNV 07]



Bien avant la reconnaissance formelle de l’ONU, certains irréductibles avaient déjà choisi le 2 octobre pour célébrer la non-violence au travers la figure emblématique de Gandhi.

A l’occasion du 138ème anniversaire de la naissance du « grande âme » Mahtma Gandhi [2.10.1869 – 30.01.1948 | Mahatma signifie grande âme en langue sanskrit], pour la toute première fois, la non-violence sera célébrée le 2 octobre 2007 au travers d’une journée internationale [International Day of Non-Violence >>].

Par cette résolution du 15 juin 2007 [ONU – A/RES/61/271], l’Assemblée Générale de l’Organisation des Nations Unies déclare vouloir réaffirmer « la pertinence universelle du principe de non-violence .» Au travers de cette célébration de la non-violence, l’ONU désire « diffuser le message de la non-violence, notamment par des actions d’éducation et de sensibilisation .» Ses objectifs sont de « favoriser une culture de paix, de tolérance, de compréhension et de non-violence .»

Bio express : né le 2 octobre 1869 à Porbandar, dans l’actuel État du Gujarat, en Inde, Mohandas Karamchand Gandhi est une personnalité qui a marquée de son empreinte le XXème siècle. De nombreux combatants pour la liberté se sont inspiré et appliqué ses théories de résistance à l’oppression à l’aide de la désobéissance civile de masse [satyagraha] toujours dans le respect de la « la totale non-violence » [ahimsa] qui a mené à l’indépendance de l’Inde; Albert Schweitzer, Martin Luther King, Steve Biko, le Dalaï lama et Aung San Suu Kyi pour ne citer que les plus célèbres. Reconnu comme le « Père de la Nation », la mémoire de Gandhi est célébrée le jour de son anniversaire, le 2 octobre par un jour férié en Inde. Comme de nombreux combatants de la liberté, Gandhi meurt assassiné près de Birla House, à New Delhi le 30 janvier 1948 alors qu’il était en chemin vers une réunion de prière.

[Andro iraisam-pirenenana ho fandavana ny herisetra >>]

[Communiqué de presse – un.org/News/fr-press >>]

[« Mahtma » Mohandas Karamchand Gandhi
chez wiki.org – en FR >> | in ENG >>]

7 commentaires

  • Jogany

    après on zoome sur la Birmanie et ses moines
    on va s’affoler sur le Black-out du pays et ensuite la répression et se demander 35 ans de junte militaire ça fait quoi comme dégâts
    enfin on va filer en douce dans les souvenirs de 2002 comment ct jolis les ombrelles et enfin se dire que Mada…ça va quoi

  • Tomavana

    Bien que toutes violences, fussent-elles étatique doivent-être condamnées et combattues, d’accord avec toi pour dire qu’il y a pire que les régimes successifs à Mada [1972, 1991, 2002 etc …]

    Du peu que j’ai vu des mouvements de 1991 et 2002, ceux qui désiraient encore travailler étaient contraint de participer à la grève pour « afficher » leur soutient à « la cause ». Un vent de manichéïsme faisait qu’on ne pouvait être que « pour ou contre », « ami ou ennemi », « bon ou méchant » ce qui est à mille lieux de la pensée de Gandhi.

    De même que l’objectif de son mouvement de non-violence et de non-contrainte était de « vaincre sans humilier » et de « composer avec son adversaire » aucun des mouvements à Mada, ni 1991, ni 2002 ne doivent, à mon sens être véritablement considérés comme véritablement « non-violents ».

    P.S: les plus chanceux étaient encore les fonctionnaires, eux ils arrêtaient la grève à la fin de mois pour toucher leur bons de caisse, avant de directement se remettre en grève derrière 😉

  • Jogany

    oui mais To….on est aussi super loin des tumultes sanglantes tant africains, latinains qu’asiatiques…à Mada on baigne pas dans l’acide ni dans le soufre

    après évidemment on peut toujours broder….

  • Tomavana

    Chuis tout à fait d’accord avec 😉

    Mais ce qui m’interpelle vois tu, c’est parfois une certaine « autosatisfaction » qui découle du fait qu’« on » considère comme acquis que grâce au « fihavanana » quoi qu’il puisse se passer comme « crasse » … Mada est immunisé contre la « violence .»

    Or je viens d’assister à une séance de sensibilisation des ados contre la violence et l’accent à été mis sur le fait qu’il suffit d’une faute d’inattention … il s’uffit d’une seconde pour tout faire basculer. Avant les tristes évenements qu’on connaît, personne n’aurait jamais cru le Rwanda comme étant le possible foyer d’une telle barbarie et de violence.

    Personnellement je crois qu’ils ne sont pas plus « mauvais » que nous. D’où peut-être mon besoin de broder pour rappeler à chacun de demeurer vigilant.

  • Jogany

    Il y a aussi le fait que l’Afrique a été découpée à la règle et l’équerre , des espèces de tracés qui forcent les tensions, la région des grands lacs est la plus belle du continent mais malheureusement elle a aussi toujours été source de convoitises
    Ce qui est à craindre c’est des facteurs externes qui pourraient attiser l’inimité entre classes sociales, tribu ou wtvr (entre hommes et femmes aussi tiens)
    Une grande compagnie débarque soit disans elle pompe le pétrole pour notre bien, demain elle propose à une région de se séparer des autres soit disant pour son bien ainsi de suite, on va finir par broder un patchwork…
    Pour ce qui est de la violence des jeunes, c’est vrai que la pauvreté annihile et frustre surtout que la méga tana commence à gonfler avec le ventre vide. Là encore les taux d’alphabétisation ds les centres urbains sont assez édifiants mais ne suivent pas ceux de l’emploi (si on compte pas le secteur informel), les taux d’HIV (mm si on mutliplie par 60 les chiffres officiels) imposent la prudence mais ne sont pas alarmants, …, oui, le stock est là bien prêt pour une prochaine petiote minimi révolution , sans avoir besoin d’idéologie, ni de de cause….juste assez de riz pour remplir les ventres

    Il faut occuper ces jeunes…par le travail serait idéal mais aussi en les mettant aux premiers rangs de la société et non pas les reléguer au statut de « petites mains, petites frappes ». À leur marteler le conditionnel et l’imparfait ils vont finir par oublier de conjuguer au futur…

    je tue dans les jeux de mots, je tue je tue..

  • Tomavana

    > À leur marteler le conditionnel et l’imparfait ils vont finir par oublier de conjuguer au futur…

    ça-l’fait en effet … tu déchires un MAX … mortelle la demoizelle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.