Environnement,  Langue (Fr)

L’île noire

Le héros de Hergé Tintin n’avait pas froid aux yeux lorsqu’il a fallu découvrir les mystères de l’île Noire. Cette fois, il ne s’agit pas de fiction mais de réalité et le compagnon du Capitaine Haddock n’a rien à voir dans l’histoire.

Madagascar était autrefois appelée : l’île Verte. Verte grâce à ses fôrets primaires sa flore endémique et toute la richesse végétale que possédait le pays. Le besoin de l’homme a transformé ce paradis floral en une île rouge. Rouge à cause de la couleur de la terre vu du ciel, rouge car il ne reste plus rien de cette végétation luxuriante que des soupçons de broussailles que même les zébus peinent à se les approprier.

Cette fois, je pense qu’il serait temps de qualifier la Grande île d’île Noire. Noire de par la couleur des cendres qui restent à cause des feux de brousse.

Cette année, ce phénomène, ou plutôt devra-t-on dire ce malheur est alarmant. Pour avoir une certaine idée des surfaces touchées il suffit d’observer sur plus d’une centaine de kilomètres les traces laissées par les feux de brousse du côté de Tampoketsa, vers la route de Majunga; ou encore dans la région d’Amoron’i Mania. 

C’est désolant comme spectacle et c’est triste que la conscience collective puisse trouver cela normal.

On a pu avancer trois principales raisons :

1 – la plus classique : pour la culture sur brûlis pour ne pas avoir à travailler, à labourer la terre : donc par paresse.

2 – la plus improbable : incendie criminelle, juste pour le plaisir des yeux ou encore pour passer le temps ou finalement dans l’espoir de voir la pluie tomber.

3 – la plus curieuse : par accident. Car il se pourrait qu’avec le réchauffement climatique, la chaleur et la sécheresse, des conditions incroyables puissent créer l’incendie.

Bref, dans les trois cas il s’agit toujours d’irresponsabilité. D’un des responsables et de l’autorité locale. De deux de la population locale. De trois de la conscience collective générale qui admet qu’une telle situation puisse exister sans qu’on puisse rien y faire. Fatalité quand tu nous tiens.

In fine, laissez-moi rêver d’une île multicolore et zen. Multicolore par la variété de sa végétation luxuriante et par la diversité de son écotourisme qui sera étendu sur une plus grande échelle. Imaginez un seul instant qu’à la sortie de la ville vous tomber directement dans un parc ou une réserve naturelle proche de l’image du paradis terrestre qu’on se donne.

Aaaaaaaaahhhhhhhhh!!!!

10 commentaires

  • jogany

    Aiky!!
    Ta fan toujours la 1ère à venir commenter hein torp fan man trop fan
    Bon déjà je t’envois ici http://www.foko-madagascar.org
    Un trip entre 4 potes, juste pour faire du bien et se faire du bien.
    C’est sujet tourné dans tous les sens sur la blogosphère et on s’était dit…Allons transformer nos belles paroles en actions…
    je ne sais pas…ça fait du bien

    bon j’arrête je ressemble à Miss Univers (sans l’esthétique) avec mes speechs…Aujourd’hui sauver la forêt, demain sauver le monde! Allez ons e rend utile!

  • Aiky

    Salut Jogany,

    J’adore l’initiative que vous avez prise. Il y a beuacoup de choses à faire et faut les faire mais la question qui se pose toujours est : qui est-ce qui va le faire? 😉

  • Crjo

    Très bon post qui nous touche tous par son sujet. Cependant, j’en ai discuté avec mon père récemment. Ayant pris sa retraite à la campagne (pour ne pas dire dans la brousse :)), il bénéficie d’un endroit privilégié pour observer l’évolution des mentalités des paysans. Selon lui, le phénomène de feux de brousse a beaucoup regressé ces derniers temps dans sa région. Alors, est ce juste une exception ou est ce que vraiment les Malgaches commencent à imprimer tout ce que les différentes campagnes anti feux de brousse essayent de leur transmettre ?

  • jogany

    Mais oui c’est vrai que ça fait 20 ans qu on leur rabâche ça…
    Ont-ils trouvé d’autres alternatives dans ta région?
    Mon rêve la retraite à la campagne……snif c loin la retraite..

  • Aiky

    Jogany> n’y pense pas encore, le chemin est loin lol ben je pense que cela fait même un peu plus de 20ans car je me souviens quand j’étais gamin on chantonnait tout le temps la chansonnette de sensibilisation : « ‘zay mandoro tanety e, mandoro ny firenena » (comme je suis plus proche de la retraite que toi je pense que cela fait plus:-D )

  • jogany

    Aiky>J’ai adoré moi la BD du villageois qui sensibilise et personne ne veut l’écouter pis il meurt dans les feux de brousse et tout le monde se réveille….j’ai tropppp pleuré! pas pire qu’avec Liza, la fille trop jolie qui est touchée par le Sida et après ils ont fait un téléfilm…trop pleuréé!!(bis)

    pis po si vieux, on est jeune ici !!

  • Crjo

    Jogany > Quand je dis à la campagne, j’exagère un peu. En fait, ma famille est originaire d’Ambatolampy Tsimahafotsy, ce qui se trouve à 20 km au nord de la capitale et à …allez 2 km d’Ivato.
    Ce n’est pas qu’ils y ont trouvé une alternative, c’est juste qu’ ils labourent le sol maintenant au lieu de le brûler comme avant.

  • Jogany

    ouahh…c’est l’âge de pierre après l’âge de feu …je sais pas….c’était censé être un jeu de mot mais bizarrement ça prend tout son sens…
    Déjà viens pas dire que c’est la campagne tout ce qui est dans une périphérie d’ivato, c’est vrai…des gens peuvent se vexer …(genre moi, mon grand-père, mes voisins, mes amis d’enfance….)
    bonne semaine à tous!!

  • aiky

    tiens, ça me rappelle qu’il y avait des amis qui se vexaient lorsqu’on disait qu’ils habitent à la campagne alors qu’en réalité c’était du côté de Talatamaty mais entouré de rizière et « tanin’anan-drano » (cressons ») lol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.