Economie

Tanà : now and then

Les jeux ont été clôturés il y a dix jours de cela. Il s’agit de la 7ème édition des Jeux des îles de l’Océan Indien auxquels Madagascar a porté haut la main le flambeau de la réussite avec ses 101 médailles d’or.

Avec toutes ces festivités, la ville des milles a connu une grande métamorphose. En effet, l’Avenue de l’indépendance a subi une légère modification tandis que des fontaines et de nouveaux jardins ont été mis en place par la Commune Urbaine d’Antananarivo pour l’occasion.

Un rond point muni d’une fontaine à jets variables caractérise l’orient du pont d’Ampasika, tandis qu’un gros menhir, douché par les jets d’eau continus d’un bassin, marque le jardin du boulevard de l’Europe qui se trouve à Ankorondrano entre le temple Jesosy Mamonjy et la société Henri Fraise. D’ailleurs. D’ailleurs, ce dernier est devenu une attraction nocturne pour les tananariviens.

Mais ce qui a surtout attiré l’attention des citadins était sûrement le foisonnement des palmiers, des ravinala (l’arbre des voyageur) et tous les autres fleurs et arbres exotiques que l’on retrouve d’habitude dans le désert et aux bords de la mer.

En prenant un peu de recul, on pourra constater que la capitale malgache a été, le temps des jeux, parrée de cache-misère avec l’aménagement et la restauration des grands axes aux dépends des bas quartiers et des « backstreets » qui restent encore sales et peuplés de peuvres gens aux haillons récupérés des friperies venues de l’occident et des habits de dimanche achetés à un prix dérisoire aux marchands chinois de Behoririka.

Mais jouissons un moment de ces sensibles améliorations visuelles et matérielles de la ville pour oublier les turpitudes de la vie quotidienne. Le canal d’Andriantany devant le Cenam est maintenant bordé de barrière décorative en fer peinte en blanc le tout rehaussé par le nouveau pont « bleu-jaune » qui a remplacé l’ancien pont en bois redouté par les passants sauf des riverains.

Les travaux de reconstruction du « Rova » LE Palais de la Reine avancent. L’équipe du Comité National du Patrimoine a déployé tous ses efforts pour accélérer les travaux et l’état d’avancement rend optimiste. Et comme on le sait déjà, l’ange noir du lac Anosy fut peint en gris pour donner un air d’ange blanc semblant dire aux malgaches que la période noire est maintenant passée.

Maintenant il est grand temps de penser « aux ventres » des petits gens et de la classe moyenne qui, ensemble, constituent plus de 80% de la population.

8 commentaires

  • Vola

    L’avenue de l’indépendance, comme si vous y étiez ! Merci Aiky pour ce petit compte-rendu mais aussi pour ce rappel de la nécessaire solidarité avec le peuple tout entier.

  • jogany

    ULTIMATE FAN des écrits de Aiky j’attendis avec impatience son prochain post, quel plaisir!
    Jsuis hallucinée par le cas du canal Andriatany, dis-mois c’est slmt sur ampefiloha kils ont nettoyé ou carrément sur la totalité des bordures?
    Je veux vraimnet pas déplacé ma polémique ici (je garde mes idées d’implications citoyennes pour la société informelle de Tana dans mon purple corner) mais j’apprécie à fond ton ouverture sur les petits gens.
    Pour les fripes, je suis assez partagée car ici il n’y a AUCUN mal à faire un tour à l’armée du salut pour mieux s’habiller avant une entrevue d’emploi et donc de profter de cette manne.
    Il faut absolument un changement de mentalité sdans la société tananarivienne pour qu’elle s’implique dans l’avenir de sa ville. Je me demande si on parle d’élections municipales…vue que….
    Ma ville est la plus belle, mais qu’est-ce qu’elle est grasse…

  • Aiky

    Vola> pour ceux qui sont partis assez longtemps, s’ils reviennent, je pense qu’il y aurait comme un petit dépaysement. Mais cela fait toujours plaisir de voir que sa ville semble s’améliorer.

    Jogany> Je pense que les communales auront lieu après les législatives. Pour le canal d’Andriantany, l’aménagement touche les buildings de 67ha jusqu’à Andavamanba devant l’agence JIRAMA mais les murs et les maisons situés au bord de la route entre FIARO et Ampasika ont été bien nettoyés et la majorité repeints.

  • Tattum

    Super contente de te lire Aiky!
    Merci pour ce post.
    Perso, je n’ai pas eu le temps d’écrire sur les Jeux des Iles, mais j’aurais des commentaires à faire, ici ou en post pourquoi pas, suite à des discussions (par chat) avec ma famille sur place ou encore des lecteurs du blog.

    Une phrase qui m’a marquée: Antananarivo est transformée pour l’occasion, on est fier d’être tananarivien!
    Tant mieux si ces aménagements redonnent du souffle au quotidien.
    Les palmiers, c’est imparable et hyper efficace pr donner du cachet à une ville, et que dire des ravinala! 🙂

    Mais il y a eu d’autres phrases, qui rejoignent ta dernière phrase ainsi que cette notion de cache-misère que personne n’ignore et ne pourrait ignorer:

    Maintenant il est grand temps de penser “aux ventres” des petits gens et de la classe moyenne qui, ensemble, constituent plus de 80% de la population.

    Bon allez, un nouveau sujet de post en plus à venir…

  • Jiaby

    Il eut pour cette période des gens de la campagne et des côtes qui sont venus exprès à Antananarivo pour voir les changements.

    Hay moa hisy fifidianana Ben’ny tanàna ato ho ato dia mety izay koa no mahatonga io fihetsiketsehana rehetra io.

    Tsara aloha e! tsara koa raha tohizana.

  • Jogany

    PEOPLE I AM DUMB!!
    Je retire ce que j’ai dit totalement sur les friperies. J’ai totalement été contagionné par l’occident et ses enjeux et a totalement oublié la réalité du pays et le meurtre en direct de l’industrie textile par ce type d,exploitation. Pour ne pas reprendre le fait qu’il s’agit d’une pratique dégrandante et encore je ne vais pas étendre jusqu’à la vente des produts périmés occidentaux dans nos pays (svp aux tarifs EURO plizz)
    So MEA CULPA AU CENTIÈME DEGRÉ
    Je me relirai 50 x dans mes commentaires et réfléchirai 50x avant d’écrire ces salades

    jiaby>Il faut aussi se dire que des villes côtières font autant de progrès que Tana dans la réhabilitation des infrastructures et l’embellissement. Il y a évidemment ce phénomène centralisateur qui veuille que Tana soit un modèle (pfff…) mais l’autre sens est possible et d’ailleurs comme la population est moins importante il est plus facile d’y expérimenter des projets d’amélioration et aussi de promouvoir le civisme…On se développe c’est le principal!

    Bizz y,all

    ps: ce qui est génial avec la franchise c’est que des fois on peut admettre qu’on est aussi bête…moi ça me gêne pas,….on apprend tous les jours, non?

  • Tattum

    Jogany> 😀 la pêche?! Rien de mieux que la franchise, que ce qu’on ait à dire plaise ou pas, au moins on reste juste envers soi-même.

    Quant à apprendre tous les jours, lors de mon premier travail, la directrice adjointe m’a regardée d’un air désolé en sortant d’une réunion, avec mes 21 ans, car j’ai fait une remarque sur la conception de la gestion des ressources humaines lors de cette réunion:
     » Tu es jeune, tu as encore beaucoup de choses à apprendre »
    Moi, vexée comme un pou: « J’espère bien que même la veille de ma mort, je serai encore en train d’apprendre, je me sentirai moins… vide. »

    Jiaby> tonga soa. Tant mieux que cela a suscité la curiosité. Toutes les autres villes, quelque soit leur taille méritent une telle valorisation, et celles qui sont au bord de l’eau ont un atout naturel: le littoral!
    Reste cette (grosse) pointe de dépit que cela ne serait jamais sans doute arrivé de sitôt sans les Jeux des Iles. Ou comme lors des Jeux de la Francophonie, sitôt après les Jeux, les feux tricolores et autres aménagements ont tout bonnement disparu…

    Ah il y a encore du chemin pour le développement durable! 😀

  • Nivo

    J’ai l’impression qu’effectivement les aménagements sont en train de disparaître petit à petit… du moins, la fontaine du rond point d’Ampasika a été « barricadée ». Mais bon, j’ose croire (dans ma grande naïveté peut-être) qu’il puisse s’agir de simple réfection…

    En tout cas, c’est clair que ça met du baume au coeur de voir Tana se transformer, ne serait-ce que pour un temps. Mais je rejoins Tattum dans son dépit en me disant que tout cela ne serait jamais arrivé sans les jeux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.