Actualités,  Economie,  Langue (Fr)

Grève et développement durable


Dans le précédent post, Dotmg a témoigné de son expérience d’abstentioniste de grève tiré de ses mémoires des « années Vontovorona ». De légitimes revendications étaient instrumentalisées par un petit nombre d’étudiants appellé « les meneurs » pour leur propre intérêt [ici des voitures neuves].

Le lendemain VANF rencherissait dans sa chronique en relatant s’être faire huer par un amphi rempli de « candidats grévistes » dans ses années estudiantines avant de conclure en ces mots « Il va falloir le faire savoir : c’est au Tiers-Monde, et ses misères collatérales, que les grévistes devraient s’en prendre ».

Hier à Genève, mardi 10 juillet 2007, des jeunes expulsés du squat de la Tour ont manifesté bruyamment suite aux grenades lacrymogènes lancé par la Police sur eux alors qu’à quelques kilomètre de là, au jardin Botanique se tient l’exposition Ré-agir sur le développement durable.

Pour ma part je n’ai pas manifesté hier à Genève et je n’ai jamais mis les pieds à Vontovorona, à l’école supérieure polytechnique d’Antananarivo [ESPA], mais grâce à la couverture du sujet par Fanja Saholiarisoa, de l’Express de Madagascar voilà ce que j’apprends:

– jeudi 03.08.06, la grève de étudiants continue mais « des électriciens se rendront sur le campus, ce jour, pour mesurer la longueur des fils nécessaires à de nouvelles installations » lexpressmada.com 03.08.06 >>

– jeudi 05.10.06, Vontovorona recevra bientôt de nouvelles installations car « un transformateur de 500 KWA y sera installé par la CIMELTA et la JIRAMA » lexpressmada.com 05.10.06 >>

– mardi 11.10.06, « la Banque mondiale lui [ndlr. le campus de Vontovorona] a alloué une enveloppe de 44 000 dollars, soit Ar 90 millions. Cette somme pourra servir à l’amélioration des conditions dans lesquelles vivent les futurs ingénieurs » lexpressmada.com 11.10.06 >>

– samedi 16.06.07, profitant de la couverture médiatique du Rallye Dzama prévu passer à proximité, les étudiants refont la grève en bloquant la RN1 car malgré les promesses d’améliorations « le problème du délestage persiste » lexpressmada.com 16.06.07 >>

– mardi 19.06.07, malgré la promesse de paiement des bourses d’études du mois de mai 2007 la grogne persiste au sein des étudiants lexpressmada.com 19.06.07 >>

– vendredi 22.06.07, suite à la décision de certains étudiants de 5me année qui se sont « désolidarisé » en acceptant de percevoir leur bourse de mai 2007 le mouvement estudiantin est divisé lexpressmada.com 22.06.07 >>

– jeudi 28.06.07, « les manifestations reprennent « ils [ndlr. les étudiants de Vontovorona] ont bloqué la route nationale 1 [RN1] durant la matinée pour contester le délestage au campus » lexpressmada.com 28.06.07 >>

– vendredi 29.06.07, après avoir investit l’esplanade d’Ankatso pour organiser leur grève, les étudiants arrachent une promesse des responsables ministerielles de « résoudre le problème » dans les dix jours lexpressmada.com 29.06.07 >>

– jeudi 05.07.07, les étudiants suspendent toutes manifestations en attendant l’échéance demandé par les responsables ministerielles lexpressmada.com 05.07.07 >>

– samedi 07.07.07, « les étudiants lancent un appel aux généreux donateurs pour assister le ministère de l’Education nationale et de la recherche scientifique » lexpressmada.com 07.07.07 >>

– mardi 10.07.07, « Fin de la grève des étudiants à Vontovorona. Les travaux de réhabilitation des nouvelles installations éléctriques commenceront d’ici peu. » lexpressmada.com 10.07.07 >>

L’annonce des travaux ne signifie pas forcément la fin des problèmes. N’oublions pas que l’année dernière des travaux ont aussi été annoncés. Alors est-ce vraiment la fin des grèves à vontovorona ou simplement une emplâtre sur une jambe de bois en attendant la prochaine grève ?

Les revendications des étudiants de cette année semblent tourner autour des problèmes d’approvisionnement en énergie, comme dans tous les campus dont Antsiranana et Toliary. Or j’ai écrit un post déplorant l’absence du thème du développement durable lors du remplacement des centrales thermiques du JIRAMA. Rêvons un peu en appliquant cette thématique au cas de Vontovorona.

Car la surenchère du plus gros transformateur n’est qu’une solution à très court terme, la pénurie n’éparganant aucune localité du pays tout entier. Demander aux étudiants de se taire et seulement étudier est une utopie si les conditions ne cessent de se dégrader. Il faudrait proposer une alternative raisonnable et les deux parties doivent y mettre des leurs.

De leur côté le rectorat réintroduirait les restaurants universitaires avec une gestion améliorée et transparente, avec des modes de cuisson respectant la nature tel que les fours solaires. De plus le rectorat effectuerait les travaux de rénovation des logements des étudiants en améliorant leur isolation tout en instalant des chauffes-eau solaires. Pour leur part les étudiants renonceraient à l’utilisation des résistances électriques dans leur chambre et remplacerait leur ampoule à filament par ceux à faible consommation …

Est-ce seulement une nouvelle utopie chassant une ancienne ? Utopie pour utopie, ne serait-ce plutôt une grande opportunité d’appliquer les solutions d’énergies renouvelable et de développement durable au campus de Vontovorona, censé former les futurs ingénieurs du pays. N’est-il pas temps de mettre en pratique les discours sans oublier qu’utiliser les campus comme des laboratoires fonctionnerait comme de véritables caisses de résonance pour promouvoir ces solutions au travers de tout le pays … qui en a grand besoin.

[Grève – Dotmg chez malagasymiray.net >>]

[CHRONIQUE DE VANF, NASOLO-VALIAVO Andriamihaja, lexpressmada.com 05.07.07 >>]

[Noroahin’ny polisy ny « squat de la Tour » >>]

[le choix des centrales electriques thermiques en question >>]

6 commentaires

  • Tattum

    Je dois dire que ton titre a attisé la curiosité, de par une association de terme inattendue. 🙂

    Ces prises de conscience méritent d’être en effet relevées. Perso, c’est le manque de vision ne serait-ce qu’à court terme de la Jirama qui me dépite. J’ai assez entendu de désagréments subis ne serait-ce que par ma famille (donc témoignages directs) à cause des délestages..

    Bonnes nouvelles toutefois, en espérant juste qu’on n’aura pas la mauvaise idée d’importer le nucléaire dans notre île.. A lire:
    Création d’un village solaire
    Premier village électrifié grâce à l’énergie éolienne grâce à l’excellente initiative de MadEole.

    Sans parler des actions de ADES, dont j’ai été ravie de découvrir leur stand et le conséquent classeur de photos relatant les réalisations lors de la soirée de clôture de la Semaine de Madagascar en Suisse. 😉

    Chic, j’aurai le temps de visiter l’expo RéAgir alors. Trop bien cette ville, trop bien. 🙂 Je me demandais juste ce qu’on entend par « cybercafé environnemental »?

  • Tomavana

    Tu sais Ré-agir est une expo évolutive, pour ma part j’étais au vernissage de l’expo et le cybercafé environnemental n’était pas encore ouvert. Le temps était pluvieux et froid ces derniers temps, je te donnerais bientôt des nouvelles vu que dès ce jour on annonce les 30°C pour une période assez longue.

    Question « discours » je crois que notre pays a toujours tenu le bon bout, cette année 2007 ait été annoncé par le gouvernement malgache comme étant l’année des Energies Alternatives >> [conseil des ministres du 19.03.2007]. Mais vois-tu, je suis impatient de voir des réalisations concrètes. Les réalisations de l’ADES et MadEole ne peuvent-à-elle seules masquer le vide en matière d’Energies Alternatives à Madagascar.

    D’ailleurs on peut regretter que Madagascar ait perdu son statut de « pays prioritaire » auprès du Département fédéral des affaires étrangères suisse ce qui a pour conséquence la réduction de moitié du budget qui lui est alloué [eda.admin.ch >>], l’ADES et MadEole, qui sont tous deux des organismes issu de la société civile suisse auraient eu plus de moyens à leur disposition 🙁

  • Tattum

    Oui j’ai vu pour les cas de Ades et MadEole (plus d’autres peut-être encore?).
    Le financement pour lancer et mettre en place des concepts nouveaux aux habitudes et cultures est nécessaire. Cependant, il relève de la responsabilité de la politique de développement du pays et référents que de permettre aux fours solaires par exemple de remplacer les fata-pera. De l’énergie lumineuse, on en a autant qu’on veut, au plus grand bonheur des photographes.

    Allez, avec une réelle volonté, un bon sens de l’organisation, critique et de communication, en incitant l’implication des habitants pour construire eux-mêmes le four de leur famille, allez, 6 mois suffiront. Je dis: chiche que c’est au-delà du possible. En récupérant ne serait-ce qu’une fraction des détournements d’argent divers pour prendre le relai du financement, avant qu’une échelle d’économie s’installe. 🙂
    Une fraction… Un four solaire est étonnament facile à construire…

  • Tomavana

    > Un four solaire est étonnament facile à construire…

    J’ai été convaincu de l’energie solaire lors d’une visite chez des amis à Berlin [1’000 km plus au nord de Genève] ils se chauffaient exclusivement grâce à des capteurs sur le toit, d’accord les douches étaient limité à 3 min/personne 😉 Dire que l’eau chaude reste un luxe sur tout le territoire à Mada 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.