Les pannes des centrales électriques se multiplient à Madagascar, et « un appel d’offres international sur 40 groupes électrogènes vient d’être lancé pour remplacer les centrales [ndlr. électriques thermiques] défaillantes », déclare Patrick Ramiaramanana, ministre de l’énergie et des mines dans l’édition n° 3691 du 28-04-2007 du journal l’Express de Madagascar.

Bien que nul n’oserait remettre en cause les impératifs liés à l’urgence de régler les pannes majeures des villes d’Antsiranana, de Mahajanga et de Toliary, on ne peut s’empêcher de formuler des regrets pour cette occasion manquée, de ne pas avoir mené une reflexion globale sur la question des futures sources d’approvisionnement en énergie à Madagascar ni de son mode de consommation.

Pourtant les débats autour de l’énergie font rage autour du globe, des pistes existent. Sans aller vers les énergies éoliennes ou solaires qui restent encore hors de prix, pourquoi ne pas commencer à explorer d’autres voies telles que les centrales hydroélectriques ? Ou encore réfléchir au remplacement des ampoules à filament contre des ampoules à faible consommation offrant de surcroit un meilleur rendement ?

Ignorer les indicateurs macroéconomiques avertissant de la raréfaction de l’énergie fossile et l’augmentation de son coût sur le long terme, en misant exclusivement sur les centrales électriques thermiques à Madagascar est-il vraiment opportun ?

[L’affermage de la JIRAMA dans l’incertitude – lexpressmada.com>>]

[Délestage, Pas de solutions durables avant le mois de juillet – midi-madagasikara.mg>>]

[vakio koa Ho maizina ny ririnina amin’ny tanàna maro >>]