Actualités,  Langue (Fr)

La famine frappe le nord-ouest | Le PAM lance un appel

déchargement de nouritture
Le Programme alimentaire mondial [PAM] a lancé un nouvel appel en faveur des 190’000 Malagasy victimes des récentes intempéries et cyclones qui ont frappé Madagascar . Le PAM a aussi communiqué l’envoi d’urgence de 100 tonnes de nourriture et de matériel de secours par hélicoptère au cours des quatre prochaines semaines depuis une base dans la ville d’Antsohihy.

« Depuis plusieurs semaines, les habitants de ces régions reculées survivent grâce à leurs réserves de nourriture qui sont désormais vides » Krystyna Bednarska, directrice du PAM à Madagascar.

La famine ou « kere » touche plus souvent la région du sud de l’île à cause de la sécheresse. Cette fois-ci le nord n’est pas épargné par l’isolement du aux destructions des voies de communications.

[communiqué du PAM – françaisanglais >>]

 

19 commentaires

  • Tattum

    Ton post me permet de replonger un peu dans les (tristes) actualités malagasy. J’étais justement en train de me dire qu’on ira voir le documentaire We feed the world tout juste sorti ici…

    Et de me décider à accorder un peu de temps à un article qui me tient à coeur, sur un moyen simple, bio dans tous les sens du terme, viable dans le temps de participer à combattre la faim.

  • tomavana

    Merci pour le lien, je ne connaissais pas 😉
    Au risque de me répéter, je trouve qu’il est du devoir du pouvoir d’accorder une plus grande priorité aux régions périphériques. Le by-pass pour fluidifier la circulation de Tana c’est bien mais finalement bien peu de chose face à la famine et les villages détruits 🙁

  • lova

    Je viens juste de revenir d’une presentation ou le speaker mettait l’accent sur le manque flagrant de services prennant en compte les regions rurales sur la gestion des problemes de santes primaires (tuberculose, Palu, VIH…) Des progres technologiques enormes ont ete effectues dans ces domaines mais helas compatibles qu’avec une structure urbaine minime (surtout pour le VIH). Le changement de perspective se fait petit a petit mais une sensibilisation a une technologie adaptee aux regions peripheriques est plus que necessaire. Helas, convaincre les decideurs est tjrs aussi ardu.

  • Lamako

    C’ était à prévoir même si les médias malgaches n’en parlent qu’avec parcimonie voire pas du tout.
    Ce qui est triste, c’est le manque de solidarité des malgaches de la diaspora envers ces milliers de de sinistrés.
    Les sites web malgaches parlent de tout sauf de ces risques de famine. Les reportages vidéos et photos se concentrent sur des sujets « people ». Il faut aller sur le site de l’UNICEF pour en voir. Pas d’appel à la solidarité non plus.
    C’est comme si la réalité du cyclone est niée. Et c’est cette même diaspora malgache qui hurle au loup contre un reportage de FR3 un tant soit peu critique (?) envers le pays.
    On croit rêver !!!

  • tomavana

    @ Lova >Helas, convaincre les decideurs est tjrs aussi ardu.
    Or à Madagascar il ne s’agit pas encore d’un problème complexe comme le traitement du VIH, mais tout simplement de nourriture. C’est une des tares du centralisme à la française, il est urgent de donner plus de pouvoir décisionnel et des moyens aux régions, qui sont en contacts direct avec la base.

    @ Lamako >Pas d’appel à la solidarité non plus.
    J’abonde en ton sens 🙁 je suis tout aussi inquiet que toi. Mais évitons de jetter le bébé avec l’eau du bain, car je suis certain que la diaspora en Suisse au travers de la communauté oecuménique chrétienne Malagasy en Suisse >> va se pencher sur ce problème comme à leur habitude. Pour mémoire ils ont été l’un des seuls à soutenir la reconstruction du village d’Ambohitranala >> 😀 Il serait souhaitable que d’autres se réveillent de leur torpeur car ce qui arrive n’est pas la fatalité si nous restons solidaire.

  • elodieriana

    ahoana lé plan antsika hanao humanitaire é? Je fais que cela dans ma vie maintenant mais aucunement pour Mada!!! Ahoana ihany lé plan?

  • Tattum

    Lamako> Je dois faire partie de ces Malagasy de la diaspora pointés du doigt manquant de solidarité.
    Ce n’est pas tant le sens de la solidarité qui me manque, c’est la confiance. Ne plus arriver à croire aux belles paroles, ne plus m’emballer devant des projets miroitants voire évidents. Tout ça parce que j’ai pu voir certains dessous de table, ces mêmes tables où l’on vend de la générosité, de l’altruisme, de l’humanitaire et que sais-je…

    Finalement, le meilleur moyen de me convaincre que je peux apporter à mon échelle reste de ne plus côtiser pour tel ou tel projet, tel ou tel organisme où il reste toujours aussi facile d’encaisser l’argent, mais l’action tarde toujours à être aussi réactive sous forme de milliers d’excuses, tandis que pendant ce temps, des gens n’ont pas de toit, crèvent de faim, se font tuer, etc… En agissant seule, avec le peu qu’on peut partager, c’est sûr, l’opinion publique ne voit rien, il n’y a que la conscience pour témoigner… Mais je préfère ainsi, au moins là je sais et je ne suis pas déçue.

  • Tattum

    Elodieriana> On n’oublie pas, t’inquiète pas. Le temps de finir de stabiliser Malag@sy Miray dont ouvrir de nouveau les adhésions pour de nouveaux membres, et mettre en place un outil pour la rédaction et planification d’un projet commun, et on sera ok pour y penser collectivement.

    Le but sera d’aller au bout de nos convictions et engagements, sans excuse admissible et vénalité opportune. 🙂
    Ca sonne bien beau, mais je ne doute guère qu’ensemble, on y arrivera.

  • tomavana

    @ Elodieriana disons que cela commence concrètement par l’information et la transmission des infos qui nous est communiqué … tout commence par l’info et à ce jour, le communiqué du PAM a été finalement repris ci et là 😉 je crois que mieux vaut un, deux ou trois qui s’entendent pour agir plutôt que plusieurs qui se contredisent et finalement … rien 😉

    @ Tattum je suis de ceux qui croient qu’il y a mille et une façon de bien faire, pourvu qu’on ne cède pas au découragement face à l’ampleur de la tache et le côté perfectible de nos semblables.

  • Tattum

    Tomavana> Sages paroles. Ouf! Découragement ne fait pas partie de mon lexique.
    En fait, je pousse le vice jusqu’à témoigner d’après ce que j’ai vu de mes yeux vu et de mes ouïes entendu, que le meilleur business qui soit, et bien… c’est l’humanitaire, pardi! Bon, je ne mets pas tout le monde dans le même panier non plus, mais c’est bien la réalité qui m’a sautée aux yeux…

    Ca a juste peut-être exacerbé le fait que, certes je ne supporte pas la hiérarchie car à fond pour l’organisation transversale, mais que l’histoire de ma vie ne me voue pas au « bizinesy » décidément!

  • Tomavana

    Update: octroi de 1,5 million d’euros de l’Union européenne en aide aux sinistrés de la region du Nord de l’île. Cette somme est destinée à couvrir sur le moyen terme [6 mois] les besoins humanitaires des victimes du cyclone [la santé, l’accès à l’eau potable et l’alimentation] – lu dans « les Nouvelles » du 28.04.07 >>

  • Lamako

    Il ne s’agit pas de pointer du doigt qui que ce soit. C’est seulement un constat qui chacun peut vérifier : sur le websphère malgache, il ya très peu d’informations sur ces cyclones qui ont ravagé le pays et je n’ai vu, lu ou entendu aucun appel à la solidarité.
    Les effets pervers du charity business ne peuvent pas justifier un tel immobilisme.
    Quand bien même, à titre individuel, les sites web ou autres blogs auraient pu faire preuvent de compassion, susciter l’intérêt en publiant des témoignages, des vidéos, mettre en relation les uns et les autres.
    A l’image de ce qui s’est passé lors du tsunami ou de l’ ouragan Katrina où les blogs ont constitué une vraie force de communication et d’entreaide.

  • Tattum

    Lamako> Le plus concerné de tous les bloggers malagasy en matière d’information pour qu’on n’oublie pas, reste Tomavana. 🙂
    Mais tu as raison, juste dommage, un grand dommage que la blaogasfera était assez occupé à ce moment là…
    Perso en tout cas, ce n’était pas aussi dévastateur intrinsèquement, mais j’ai aussi été prise dans un cyclone professionnel également, à la limite extérieure de l’oeil. Faute de disponibilité, mon seul moyen de prendre des nouvelles restait le téléphone. Mais aucune excuse pour autant.

    Allez, derniers efforts de concentration (et de hacking) pour réouvrir ce blog à la participation collective. 🙂

  • Vola

    @lamako:
    > Quand bien même, à titre individuel, les sites web ou autres blogs auraient pu faire preuvent de compassion, susciter l’intérêt en publiant des témoignages, des vidéos, mettre en relation les uns et les autres.

    Chaque blogguer reste maître de son espace perso et l’utilise comme bon lui semble. Perso, ça m’aurait intéressé mais je n’ai aucun témoignage, ni vidéos, ni infos du nord-ouest de Mada. J’assume totalement la futilité des sujets que j’aborde.

  • Lamako

    Il n’ y a aucune prétention totalitaire de ma part. Bien sûr, chacun est libre de ses choix. Mais quand on a dit cela, il n’ y a plus rien à dire, la discussion est close. Malgré tout , entre futilité et utilité, il n’ y qu’un « f » de différence.

  • Vola, la fille inutile sur la blogasysphera

    Ce qui me gêne, c’est le jugement moral un peu hâtif de ton commentaire.

    C’est le boulot des journalistes de relayer des évènements. Les bloggueurs n’ont aucun devoir moral ou impératif économique à honorer, si ?
    Si par bonheur ils se trouvent là où il y a l’actualité, évidemment ça aide à rendre compte de l’évènement.
    Si quelqu’un leur file une info de première main, ils peuvent la partager plus facilement.
    Mais je ne prend pas ce passe-temps comme une obligation patriotique à rendre compte de tous les drames qui se passent à Mada.

    Je réagissais parce que contrairement à Global Voices etc, je ne me sens pas du tout investie d’une mission de changer le monde ni de sauver Mada.

    Peut-être que je devrais …
    Peut-être que je ne suis qu’une fille égocentrique, ingrate envers sa tanindrazana …
    Peut-être que je suis résignée …
    Peut-être que je suis cynique…
    Est-on obligé de justifier pourquoi on n’évoque pas un sujet ?

    OK, j’essaierai d’enlever le ‘f’ la prochaine fois 😉

  • lova

    La beaute de la websphere, a mon humble avis c’est que 1) tout le monde peut participer a tout moment. Si je pense qu’un sujet est delaisse par les medias ou les blogeurs, je peux rectifier le tir moi-meme et changer l’etat des choses 2) Elle couvre un grand nombre de sujets, les uns aussi importants que les autres. Je serai triste de voir une toile ou on se limiterait a des sujets d’importances generales aussi graves soient-ils. Je dirai meme qu’un des plaisirs de la toile, c’est de decouvrir Paolo Nutini 🙂 et 10 min apres, voir la mobilisation contre le paludisme au pays sur un autre site. Mais ce n’est bien sur que mon humble avis….

    PS: on a quand meme pas ete totalement muet sur les cyclones ;)…..

  • Tomavana

    @ Lamako sache que je partage ton constat et ta préoccupation pour cet « apparent » désintérêt. Disons que la leçon que j’en ai tiré pour moi-même c’est de communiquer … telle une bouteille qu’on jette à la mer. Alors imagine ma joie en entendant de ton écho 🙂

    @ Tattum c’est un simple concours de circonstances si quelques institutions internationales sont basées à Genève et si quelques personnes m’ont identifié comme étant originaire de Mada 😉

    @ Vola je revendique moi aussi la futilité d’une bonne soirée autour d’un concert … par exemple de Ladysmith Black Mambazo.

    @ Lova t’à-fait d’accord avec toi … chacun aborde les sujets de son choix, selon son humeur, selon son style, ses sensibilités … richesse dans la diversité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.