Actualités,  Communauté,  Environnement

Pourquoi Les vikings du Groenland n’ont pas survécu:

 

En écoutant un professeur d’archéologie faire le discours de fin d’année à l’Université de Chicago, j’ai été étonné par la forte teneur politique du discours, notamment par son ton résolument anti-Bush. Son discours était centré sur la nécessité des sociétés et civilisations de prendre en compte les facteurs environnementaux qui évoluent en permanence et de ne pa se figer dans un schéma établi sous prêtexte que l’on detient une vérité absolue. Dans ce discours, basé sur le livre de Jared Diamond : « Collapse of civilizations » que Rajiosy a aussi déjà mentionné il y a quelque mois, ce professeur attaque ouvertement les leaders politiques « de ce pays (US) et du moyen-orient » qui s’obstinent dans une démarche destructrice en croyant détenir une vérité absolue.

En résumé, le livre explique que bien que plus riches et mieux equipés que leurs voisins esquimaux, les nordiques d’origine scandinaves ne se resolvaient pas a modifier un style de vie basée sur l’élevage, l’utilisation du bois et une alimentation centrée sur le boeuf et évitant le poisson. Le problème, c’est que le Groenland comme son nom ne l’indique pas n’est pas vraiment vert, l’hiver rude ne favorise pas l’entretien du patûrage et l’utilisation du bois masisvement entraina donc déboisement rapide et perte du sol fertile favorable à la culture. (Vaguement familier, n’est ce pas ? Doro-tanety, en vikings, se dit comment ?). Hélas, les vikings s’obstinaient dans un mode de vie suicidaire, alors l’élevage se fit rare; et pourtant ils refusaient encore de s’adapter, préferant manger leurs animaux domestiques ( comme les fossiles le prouvent) plutôt qu’ apprendre à pêcher et manger les lions des mers comme les esquimaux qu’ils consideraient « inférieurs ». La communauté vikings disparut alors alors que les esquimaux sont toujours présents jusqu’ à ce jour. La leçon à tirer selon J. Diamond : il n’y a pas de vérité absolue en ce qui concerne la survie des civilisations. Si le contexte (par ex : global warming) demande un changement d’attitude, au diable la culture 4X4, et bonjour le vélo.
Si le contexte demande plus de sécurité dans les cités, au lieu de s’obnubiler sur le problème des djeuns pas trés gaulois, pourquoi ne pas doubler l’effectif policier, et montrer clairement que tout le monde sera contrôlé régulièrement, du patron en costume cravate au petit jeune qui joue au basket. Un peu d’impartialité ne fait de mal à personne, n’est-ce pas ?  En effet, une etude sur la baisse de criminalité drastique à New-York pendant les années 90 montre que ce ne sont pas les arrestations multiples qui diminuent le taux de criminalités, ni le « racial profiling » des soi-disant criminels mais la présence bien visible des policiers, leurs rapports avec les citoyens lambdas et le ravalement de la facade des immeubles délaissées (!). La diversité est une realité de ce monde, partout. L’ignorer, ou affirmer que le vol des voitures a la tire est commis a 80% par des blacks  ne fait pas avancer le schmilblick.  Emprunter les principes d’exclusions du Front national pour se faire élire ou croire résoudre le problème de l’insécurité est un manque de créativité criard et une incapacité à s’adapter  qui n’est pas sans rappeller l’attitude des Vikings au Groenland. Quand on croit détenir la vérité absolue et croire que certains principes sont infaillibles car gravées dans le marbre,  on se retrouve parfois à se ruer dans un mur à répetition qu’on a dressé soi-même.

6 commentaires

  • Tattum

    Excellent article (comme d ‘habitude 🙂 ) . En tout cas, j’aime beaucoup les idées véhiculées car elles y trouvent leur part de vérité, sans vouloir faire de jeu de mots. 🙂

    En ce moment, là où je me trouve, je suis lasse et écoeurée d’une certaine culture et culture certaine de l’immobilisme…
    Il est une phrase ou une remarque qui … qui.. qui m’horripile au plus haut point, surtout dans un contexte professionnel:

    On a toujours fait comme ça.

    Et Dieu sait si je l’entends souvent par ici…
    Mais je l’eus également pensé lors d’une occasion unique de travailler avec des Malagasy venant de partout de Madagascar. La situation était un peu tendue au début, au carrefour des cultures finalement, car il n’était pas toujours évident pour tous de projeter dans le futur en tenant compte des paramètres actuels. Certes la force des traditions est omniprésente, mais nous ne devons notre survie déjà comme tu le dis, et notre évolution, pas seulement à la sélection naturelle 🙂 , mais aussi à notre capacité à anticiper.
    Bref, je ne vais pas paraphraser tout ce que tu as déjà si bien dit, mais je rejoins!

  • vola sista

    Capacité à anticiper, à s’adapter!et y a-t-il un soupçon d’humilité aussi dans le fait de resister et survivre à celui qui se croit fort et qui est paresseux!Finalement la loi de ce qui se croit fort n’est pas toujours la meilleure!
    Abandonner le luxe sans pour autant laisser le confort!(difficile!)
    Accepter d’aller pécher le poisson!(pour moi, très difficile vu que je déteste ça!je ne survivrai pas longtemps alors!lol!)
    Bon, tout ce que je dis est un peu du bric à brac mais ton article pousse à la réflexion sur les conséquences de nos actes et de nos décisions sur notre survie, grands sujets du moment. Gageons que ce ne soit pas seulement pour l’utilité des élections mais que les politiques, et aussi les gens, s’ attachent vraiment à faire évoluer les choses…
    Sinon, à propos des policiers partout, c’est vrai que ça peut baisser le taux de criminalité, mais il y a toujours l’équilibre à tenir entre Etat policier dont on connait tous l’issue et Liberté individuelle, respect de la vie privée.

  • lova

    > hey Tattum,
    en ce qui concerne l’immobilisme et le statu-quo, la strategie d’un certain candidat de faire peur aux electeurs juste avant les elections rappelle une facon de faire vieille de 30 ans….bef….je ne dirai pas de nom mais on se comprend 🙂
    > Vola,
    Tu as raison que le risque de la creation d’un etat policier existe bel et bien. Helas la peur de l’insecurite a pris de telles proportions (justifiees ou non ) qu’une baisse consequente de la criminalite est une necessite avant de pouvoir reprendre le probleme sur des bases saines. J’espere juste que ce probleme sera tackler par quelqu’un qui comprend la totalite du probleme et qui ne le resume pas a un probleme de « qui aime la France ? » 😉

  • tomavana

    T’à fait d’accord, une voie alternative à la voie « hard power » état qui s’impose par la puissance politique, policière ou militaire existe bel et bien, il s’agit de la démarche « soft power >> » qui préconise la position résolument multi-latérale 😀 long à la détente elle peut s’aparenter à de l’immobilisme mais politique des petits pas par excelence, elle fini par s’imposer sur le long terme.

    « Les droits humains ne sont pas seulement la défense des libertés fondamentales comme la liberté d’expression ou les droits civils et politiques. Il y a également les droits sociaux, économiques, culturels, les droits à la santé et à l’éducation et à l’alimentation, l’égalité entre les sexes. La Suisse est en faveur d’une approche globale qui tienne compte de ces multiples aspirations.» Micheline Calmy-Rey, présidente de lal confédération helvétique.

  • Michel Romey

    Je pense que les paysans vikings furent tout simplement victimes
    d’un refroidissement planetaire et leur systéme basé sur l’agriculture n’a pas survécu à l’avancée des glaces

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.