© Jakob Adolf, Manakana II

Après le passage du cyclone Jaya qui est rappelons-le est « le 14ème système dépressionnaire de la saison » [Anita, Bondo, Clovis, Dora, Enok, Favio, Gamede, Humba, Indlala, Jaya … il n’y a que dix noms car le 01, 04, 06, 13 n’ont pas été nommés], Lova a raison de relever dans son précédent commentaire que les cyclones n’ont certainement pas dû faciliter la reconstruction du village.

Malheureusement il n’y a pas que la météo comme unique facteur négatif, voyons plutôt le contexte particulier de Manakana II*,
– depuis cinq mois les habitants Malagasy survivent dans des abris de fortune aux abords des champs,
– dans de mauvaises conditions de vie et d’hygiène,
– combiné à la malnutrition chronique,
– alors se pourrait-il que le manque de motivation que les volontaires ont identifié chez les habitants soit [la] juste l’expression du traumatisme occasionné par le choc psychologique sur le moral des habitants ? [choc de la destruction du village, d’avoir tout perdu, sentiment d’abandon …].

Malgré l’ampleur des moyens mis en œuvre [transports aériens] seuls les plus motivés ont pu reconstruire leur maison et regagner ainsi le village. Il semblerait que les habitants ont besoin de beaucoup plus que des matériaux de reconstruction pour leur maison. Ils ont aussi besoin de se reconstruire eux-même … reconcquérir une estime de soi.

A ce rythme, plusieurs familles risquent de vivre encore pour un long moment au bord des rizières et champs, car le village ne sera de loin pas intégralement reconstruit pour le premier anniversaire de l’incendie. Que dire des autres villages détruits par les incendies qui ne bénéficient pas de pareils soutiens et attentions bienveillantes ?

[lire le précédent article – Solidarité pour Manakana II >>]
[le récit de l’incendie – village complètement rasé par le feu >>]
[liste non exhaustive des localités de la région
touchées par les incendies « tra-boina tsy misy mpiahy »]
[suite du récit de la famille Cox à Manakana II –
projectshalom.org [en anglais] : Partie 3 | Partie 4
traduction en français google Partie 3 | Partie 4 >>]


© Doug Cox, abris aux abords des champs de Manakana II

*Géo:
Manakana II est un village d’environs 1’500 âmes, loin des axes routiers et voies de communications elle est distante d’environ 2 jours de marche de la première liaison routière. Depuis l’ouverture de la piste d’atterrissage Sahakevo la région est désormais à 0:30 min d’avion de la capitale plus environs 04:00 de marche ou 0:50 min en hélicoptère mais avec un poids maximal utile limité à 450 kg par rotation.

Crédits photos:
– Jakob Adolf est pilote en Chef et directeur de Programme de la MAF-Madagascar [Mission Aviation Fellowship, MD],
– Doug Cox, responsable du projet Shalom [projectshalom.org] à Antananarivo est Pasteur de l’Evangelical Lutheran Church in America [elca.org].