Identité,  Langue (Fr),  Témoignages

Qu’est-ce qui fait de vous un gasy ?

Encore un post sur l’identité gasy…
Mais que voulez-vous, c’est bien une des préoccupations d’un expatrié de n’importe quelle nation, non ?

Mon présent propos a été inspiré d’un fait passé mais réel. Il y a quelques années, une de mes amies quand j’étais au pays me fait part de nouveaux choix dans sa vie, quand on s’est revues. Habitant entre la France et les Etats-Unis, elle se retrouve finalement après moult péripéties, avec son meilleur ami, en fait l’homme de sa vie. De leur vie, l’expérience et les échecs, ils ont en déduit.

Elle, est malgache. De parents, de naissance, de citoyenneté… Il n’y a pas de doute.
Lui est d’origine chinoise, né à Tana, langue première malgache. Écoute la musique malgache, rit et rêve en malgache. D’ailleurs le pays lui manque plus que tout.

Moi, Mada ne me manque pas. Je n’ai plus de repère là-bas. Pourtant, j’explique certaines de mes réactions et aspirations uniquement par mon ascendance et mes racines.

Je sais bien que chacun vit son identité gasy à sa manière et il n’y a pas de règle en la matière.
Pour vous, être gasy, c’est quoi ??

36 commentaires

  • lova

    « Qu’est-ce qui fait de vous un gasy ? »:
    Le fait que je ne laisserai personne dire que je ne le suis pas 🙂

    OT: les emoticons, comment ca marche ? ( demande le neuneu..:) )

  • tomavana

    >Pour vous, être gasy, c’est quoi ??
    Pour moi c’est être tout simplement … J’ai longtemps cru que rien ne me différenciait des autres, or ce sont les autres [lire non-gasy] qui m’ont signalé ma différence, ma singularité 😉 … pour les autres cela se trahit par des signes visibles comme l’amour immoderé pour le riz ou les parties de belote interminables

  • Rajiosy

    je trouve ce post bien et pourtant on dirait qu’il y a des manques logiques. Par exemple cette phrase : « De leur vie, l’expérience et les échecs, ils ont en déduit. » quoi au juste ? par rapport à leurs identités respectives ? Puis plus loin, je relève « j’explique certaines de mes réactions et aspirations uniquement par mon ascendance et mes racines ». Ce sont les réactions et les aspirations qui font la malgache ?

    Bref, ce sont des histoires incomplètes. A compléter par chaque lecteur/trice?
    Ce sont ces ambiguïtés qui font sans doute l’attrait du post selon moi.

  • Malagasy aty California

    Well, very good question!! My American family thinks that Malagasy people always have a big SMILE. I guess I also noticed that Malagasy people usually SMILE a lot. Another thing, is the way Malagasy handles hard/difficult situation or work: calmly! . May be it’s our « oriental » way of doing things but it’s rare to hear a « Malagasy complaint » .
    In conclusion, why am I a Malagasy?
    Because I smile a lot, I am a calm hard worker and I rarely complain!
    And of course, I eat rice three time per day.

  • elsifaka

    qu’est ce qui fait de moi un gasy ?

    Araky ny hevitro izaho samirery sy ny saiko somary adaladala.

    Ce n’est pas parce que je mange du riz tous les jours (les vietnamiens font pareil…) et pas parce que je peux manger des frites avec du riz (les frites se mangent avec n’importe quoi, les vietnamiens les mangent avec du sucre et du beurre… je n’ai jamais goûté, peut-être que c’est bon…)

    Les pâtes [jaunes] avec du totonkena et du riz, peut-être qu’il n’y a que nous qui le faisons… mais je n’en suis pas sûr. Les vietnamiens il ont une diversité de manger assez impressionnante !

    Pour moi, un malgache sourit tout le temps (Je suis d’accord avec Malagasy aty California), le sourire fait partie du personnage.

    J’ajoute un niveau assez élevé de tolérance et d’adaptabilité. Le malgache est un caméléon, il peut s’adapter à n’importe quel environnement. Il réfléchit de la même façon que le caméléon, il tâtonne, il avance, il recule, et la langue malgache elle-même facilite cette façon d’être. Bien sûr, il a les défauts de ses qualités…

    Il n’est ni vraiment asiatique, ni vraiment africain, il est assez proche culturellement des occidentaux et c’est le plus occidental des austronésiens. Ce qui fait de lui un vrai citoyen du monde.

    D’ailleurs mon rêve ce serait qu’avec un passeport malgache on puisse entrer sans visa dans tous les pays du village planétaire…

  • jentilisa

    Anisan’ny nahita ity lahatsoratra ity voalohany aho fa mbola tsy manankevitra mihitsy. Ekeko ny hevitra efa miposaka etsy ambony. Heveriko fa ny fahatsapana hoe malagasy aho dia efa ampy…

  • Mirana

    I am going to reply with Rotsy’s post (found here under Malgachoscopie) : « You know you are Malagasy when… » because I idenfy myself in every single one of those points 😉

  • Tattum

    Je ne sais pas je rêve en quelle langue! 😀 Je crois que je parle rarement dans mes rêves, c’est surtout très visuel..
    Etre gasy, c’est une identité culturelle, ses us et coutumes qui la caractérisent, sa langue (la comprendre, la aprler, l’écrire, si fait que quiconque qui l’apprend a sa place), ce qui le démarque des autres. Je rejoins tout le monde pour le sourire, mais ça fait longtemps que je n’ai pas mangé du riz trois fois par jour! 😀 En fait, c’est uniquement chez ma grand-mère que ça m’est arrivé. En fait, dans un couple mixte, on se place dans un juste milieu de nos habitudes..
    Etre gasy, c’est bien connaître son pays (avis perso), et hors des sentiers touristiques également, et bien que je sois loin de tout avoir parcouru, j’aime avoir matière à discuter quand on m’évoque un lieu. 🙂

  • Su

    Mirana> Holy, it’s the wee hours, and you’re awake as well!

    Ho an’ny rehetra. Betsaka ny zavatra azo tononina amin’y maha-Malagasy ahy fa ireto misy vitsivitsy.
    Voalohany aloha dia ny fiteny malagasy. Rehefa mahita ny namako variana sy mivanaka rehefa mamaky gazety gasy aho dia mahatsiaro fa misy tsy itoviana eo aminay.
    Manaraka izany ny fomba amam-panao ny fihinanam-bary ohatra. Hoy i elsifaka hoe ny Viets koa mihinam-bary, fa ny fahandro azy kosa aloha sy izay hohanina miaraka aminy tsy mitovy. Eo amin’ny fifandraisana amin’ny olona, ny fahalalam-pomba agamba no marimarina kokoa. Marihiko fa eto Kanada dia mifanao « ise », « indry », « indroky », « ielahy » sy ny sisa (tutoiement) ny Kanadiana miteny frantsay na tsy mifankahalala. Araka ny fifandraisa sy ny fifanajana malagasy ary ny fitaizana malagasy namolavolana ahy dia manda ny saiko ary manakana ahy tsy indrindria na isese olona tsy fantatro miresaka amiko amin’ny telefaonina na olona zokiko lavitra, ary tsy mankasitraka ny fahitana tanora vantony miresaka toy izany amina anti-dahy na antibavy. Tsy ho kanadianina mihitsy aho amin’io fa Gasy petaka.

    Araka ny voalazako tery aloha moa dia tsy ary ho voatanisa eto daholo.

  • lilia

    @ Vola & les autres. Mince, je peux me passer de riz pendant un mois (voire plus) sans même m’en rendre compte !

    @ Lova. Hey here is the most completed emoticons list i’ve found for wp:
    http://faq.wordpress.com/2006/06/04/what-smilies-can-i-use/

    @ Tomavana. Tu sais, je crois que c’est maintenant seulement que je me pose vraiment la question de mon identité gasy… l’âge apporterait ça aussi? Avant, on dirait que c’est l’insouciance qui prime et le fait que les hôtes des pays que j’ai connus étaient prompts à nous prendre en tant qu’individu et non ‘membre’ d’une race.

    @ Rajiosy. Hello Rajiosy, tu as senti mon feeling: désir de partager ces impressions à cet instant mais ne pas vouloir trop en dire au risque de trahir ces 2 amis…

    Pour la 2è partie, oui je suis formelle: réactions face à une situation & aspirations peuvent être communes à un peuple. Elsifaka illustre une grande partie de ma pensée: grande tolérance & adaptabilité des malgaches, pourtant physiquement différents notamment en Europe & Amérique (minorités visibles on dit ça au Canada), ils se fondent néanmoins dans la société, occupent des places dans toutes les couches d’activité et même aux postes les plus élevés…

    Des fois ça va trop loin car les enfants peuvent aller jusqu’à oublier la langue maternelle (un défaut à mon sens mais je sais que tu n’es pas forcément d’accord), alors que petits italiens, portugais, algériens parlent encore leur langue! -J’ai écrit un post là-dessus ici.

    @ Malagasy any California. I definitely agree. Always smiling and taking it easy. I think my personality sticks with that one 😀

    @ Elsifaka. Faly mafatatranao !! Misaotra betsaka @ito analizy anthropologique ito. I sincerely found it interesting. Tu expliques merveilleusement la complexité de l’être malgache à travaers ses origines lointaines et sa situation géographique, à mi-chemin entre l’Afrique et l’Asie et ayant adopté une certaine vision des choses occidentale.
    Je crois que ça me satisfait et m’apporte (ou me rappelle) des éléments de réponses. Vraiment merci donc !

    @ Jentilisa. Tena feno valisoa sy voankazo betsaka kosa ilay mba manoratra kely eto! Ary faly aho mamaky ny valinareo ! Misoatra ê.

    @ Mirana. hi there, nice to read from you and having you replying to me here. Gotta read again that Rossy’s list 🙂

    @ Tattum. Un vazaha peut être tout ça et amoureux de Mada, pourtant secrètement je refuserais toujours de dire qu’il est gasy ! (mais je ne lui dirais pas en face though 😳 )
    Paradoxalement je ne connais pas les régions de mon pays, je veux dire, pas de visu. Je sais à peine citer le nom des tribus… Pourtant je sais que je suis malgache. C’est pas très rationnel tout ça !

    @ Su. Hello Su, wow great people over here today ê! I’m overwhelmed man ! 😀 😀
    Izay ange ilay resaka mampiheritreritra: misy kiala sy bandy gasy tsy mahay miteny gasy intsony satria efa ela no nandao ny tany. Tsy gasy intsony ve zany ry zareo ??
    Ary ilay resaka vary (aminana ?!) tsy ampy satria misy adaptation resahan’ i Tattum. On n’est pas moins gasy pour autant…
    Momban’ny fifandraisana, tena mazava fa somary mora loatra ny fanaovan’izareo Kanadianina ireo (tutoiement à tout va)… fa izaho aho efa zatra na miresaka amin’ny PDG ato ampiasana aza, ka ny sarotra amiko izao dia ny miverina amin’ny vouvoiement rehefa Frantsay de France !
    Eto Quebec ve i Su sa aiza ? Satria tsy misy fahasamihafana ilay tutoiement sy vouvoiement en anglais any@ provinces anglophones.

    Cheers !

  • Malagasy aty California

    Elsifaka> I am 100% Malagasy when it comes to the « chameleon theory »–> I just realize that when I read your post!

    We share the same dream about the Malagasy passport! If you can imagine it, you can do it…We just need to convince about 194 countries and I do think it’s possible.

    Mirana> I like your definition, a real chameleon! Gasy ka manja!

    Su> I guess, for you, there is a no room for the « chameleon theory » (I agree with Elsifaka!) when it comes to socializing with strangers. I had hard time at the beginning with the « tu » when I worked in a French environment here. I also had hard time with the « Japanese style » which is « too polite » in my opinion. I guess my Malagasy way now is a mix of what I think is best, I use the « tu » when I feel like it and the « vous » when I am not comfortable (of course this is all when I speak French)…I am also thankful to the English language which helps a lot in that matter (« tu & vous » are in « YOU »).

  • Malagasy aty California

    Lillia> I just finish my post and your post is already in there! you’re very fast, man…Great post by the way!
    I don’t believe that you are less Malagasy because you don’t SPEAK Malagasy, don’t EAT rice etc…But I do believe that you are less Malagasy when you don’t smile. 🙂

  • hjm

    je n ai pas eu à penser à ça en fait, puisque j ai vécu à mada la plupart du temps. peut être suis je malgache par habitude et que je suis née de mère et de père malgache. seoln mon expérience à moi, ce sentimentd appartenance à un peuple ne se développe vraiment que quand on est loin puisqu on peut se comparer à d autres, alors le jour où les gens de ma fac ont été éberlués d entendre que je mangeais du riz tout le temps et qu y avait de tout dans mon pays (or, pierres précieuses, le désert, la forêt, animaux, couleur de peau, fruits et légumes…) je me suis dite que j appartiens à une « race formidable », le pays du moramora (on y vit bien)… …….. et qu y a que les malgaches qui peuvent « se débrouiller vraiment avec les moyens du bord » (voyez, les canettes de bière recyclées en petites voitires, des trucs bons pour la poubelle ailleurs mais utilisable après quelques modif pour un malgache. lol)

  • Nivo

    – Pour nier et acquiescer, j’émets des sons qui nous sont uniques (an an an!, ein ein !…)
    – Lorsque j’entends un do-do-do-re ici dans le lointain héxagonal, je ne peux m’empêcher de penser à une insulte
    – Je connais la fille du cousin germain de ma grand-mère et le demi-frère de la belle-mère de ma tante
    – Mon nom ne parviendra jamais à rentrer dans des formulaires normaux, et ne contient aucun « e »

    Et pourtant, les touristes connaissent sans doute 1000 fois mieux mon pays que moi…. mais le touriste mettra sans doute plus 1 sec et demi pour prononcer Ambohidratrimo Antehiroka 🙂

  • vola

    @Nivo:
    > Je connais la fille du cousin germain de ma grand-mère et le demi-frère de la belle-mère de ma tante

    Hey, c’est pas des descendants de Rainitovo eux aussi ? Arf arf arf, je déconnais Lova, faut pas le prendre mal 😉

  • lilia

    @ hjm, de 1) soit c’est l’éloignement qui nous pousse vers nos racines et l’interrogation sur nos origines, afin d’expliquer/justifier notre différence,
    ou de 2) c’est parce qu’on se frotte à des gens qui se posent pleins de questions d’existensialisme ??!

    @ Nivo. Éé (oui oui oui), io ilay izy !!!! Mais ayant habité aux Antilles françaises, je peux t’attester que nous avons des points en commun avec eux dans les expressions… ils en ont d’autres aussi plus spécifiques (du genre tchip au lieu de notre tssssss, le pfffffffff français !)
    Mais chacune des expressions que tu souffles ci-dessus évoque en moi un sentiment unique que nous (gasy) seuls pouvons comprendre 🙂

  • Su

    Je crois qu’une distinction s’impose : la question de Lilia n’est pas « Qu’est-ce qui, d’après vous, fait qu’un Gasy est Gasy? » mais « Qu’est-ce qui fait de vous un Gasy ». C’est une question personnelle. Quand je dis que ma langue maternelle m’identifie comme Malagasy, cela ne veut pas dire que ceux qui ne parlent pas le teny gasy ne sont pas des gasy. Je ne mange pas du riz tous les jours non plus, mais quand je fais cuire du riz à la manière malagasy (j’en prépare de beaucoup d’autres façons), je suis Gasy.

    En somme, tant qu’une personne a du sang gasy qui coule dans ses veines, cette personne est indéniablement Gasy, mais c’est à elle, et elle est libre de le faire, de se reconnaître, de s’identifier ou de se sentir comme telle.

    Lilia> Je ne suis pas au Québec mais en Ontario , mais les Ontariens à un degré moindre se tutoient, il y en a qui s’offusquent quand même. La question de tutoiement ne se pose évidemment pas en anglais.

    Malagasy aty Californie> Let’s say that I adapt myself, which, to me, means that I do not blindly do whatever other people in my surrroundings do. I do it at my discretion, without hurting anyone’s feelings. For example, I am not obliged to say « tu » to everybody, and when I don’t, people do not shun me. So, I keep on behaving like the Malagasy me.

  • lilia

    Non Su, la question est plus vaste que ça.
    Dans mon post, j’expose notamment le cas du chinois. Est-il aussi gasy que l’un ou l’autre d’entre nous qui a commenté ici ?
    D’où par voie de conséquence la question en titre et en conclusion, qu’est-ce qui fait de vous un gasy.

    Chacun a répondu en parlant de soi (ce qui est normal et … permis !) mais ma question reste entière pour les non-gasy-mais-culturellement-gasy.

    Merci à toi, j’ai beaucoup apprécié ton approche 😉

  • lova

    A world-famous musician wrote a message on hjk’s blog 2 days ago. He wrote to thank him for honoring the memory of his friend, Andy Razaf. He went on saying that he was very curious about the Malagasy culture, that he would love to visit the country and wonders if maybe he has Malagasy origins….
    In my mind, although the man has never been to Madagascar, does not speak the language, nor know whether he has roots there, this man is just as « gasy » as any of us.
    My point is, in the end, what makes us deserving of being gasy is whether we care about Madagascar and its people, any other factors are merely circumstances.

  • tomavana

    > we care about Madagascar and its people

    In what I deserve of being Malagasy if I do not even care about my people, my homeland ? 100 % agree with you Lova 😀

  • elsifaka

    lilia > pour les-non-gasy-mais-culturellement-gasy : de toutes façons, le peuple malgache est déjà un mélange, et je crois – je n’en suis pas sûr – mais je me plaît bien à le croire – que les malgaches voient les similitudes avant les différences, quand un étranger arrive, il voit d’abord l’Homme avant de voir l’étranger. du coup tout le monde peut potentiellement être malgache. c’est juste une question de coeur, le sang n’a rien à faire la dedans… si un peu mais un malgache possédé par l’esprit du pirate John Smith ne se dit pas malgache, il se dit anglais ! du coup, plus généralement, tout le monde est un peu potentiellement ce qu’il veut.

    L’état Vietnamien donne la chance à n’importe qui de devenir Vietnamien. Il suffit de passer un examen (que même un vietnamien n’est pas sûr de réussir) sur la langue (une des plus difficiles du monde) et la culture vietnamienne… tout le monde est donc potentiellement vietnamien, il suffit de le vouloir.

  • Rajiosy

    la question de l’identité est un piège. elle (la question) nous enferme. j’ai lu aujourd’hui qu’on est ce que l’on fait. il y a un adage biblique de l’Exode qui dit originellement en hébreu « naase ve nichma » -> « nous ferons et nous écouterons » (j’ai consulté en malgache c’est très mal traduit).

    nous ferons et seulement après nous écouterons

  • Tattum

    Lilia> en fait, dans mon cas, s’intéresser de près à la culture malagasy ne l’a pas non plus rendu gasy même de coeur. D’autres le font, mais je n’incite pas à apprendre la langue ou à connaître toutes les subtilités de nos us et coutumes par exemple pour qu’il devienne incollable, par contre je réponds toujours à sa curiosité. Je trouve que chacun conçoit son attachement, son intérêt et le mélange constitue sa forme d’ identité..

    En tout cas, très intéressant de lire tous les commentaires.

  • lilia

    Elsifaka, devenir Malgache (sur papier) est plus difficile que devenir Français ou Canadien. Le sujet mérite un post entier !
    Devenir Vietnamien semble être le record 🙂

    Rajiosy, aborder ce genre de sujet impose toujours une délimitation. C’est le propre de tout débat.

    Tattum, exact : s’intéresser ne veut pas dire forcément devenir… J’adhère !

  • LTR

    Bon, j’ai pas pris le temps de relire tous les 28 précédents commentaires mais ce billet ma particulièrement interpellé! Franchement ce qui fait de moi un gasy c’est avant tout parce que j’y suis né et j’y ai grandi (evidement!) Mais aussi tout l’héritage culturel que j’ai acquis ou qu’on ma simplement apris… ça peut aller des petites choses comme le simple fait d’arroser le coin d’un mur avec du rhum avant de s’enfiler la bouteille avec les potes, jusqu’aux choses moins évidentes comme la timidité, l’humilité ou l’hospitalité et le plus important le fiavanana… des valeurs souvent rares dans ce monde de brute… Ensuite je couple tout ça avec mes expériences personnels et mes influences, et au final ça fait de moi un gasy authentique, unique mais en même temps rattacher à mes racines… j’apelle ça l’individualité collective!

  • lilia

    Bonjour LTR,
    Merci pour ton témoignage et bienvenue sur MM !
    J’ai visité ton site, ton portfolio et ton blog 😀
    J’ai essayé de laissé un commentaire sur le blog mais j’obtiens une erreur Network Error (tcp_error)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.