Langue (Fr)

Île… était une fois Madagascar à Genève

Je sors de la conférence-projection de “Île… était une fois Madagascar” réalisée et commentée en direct par Antoine.

Je me rends sur les flans de la vieille-ville de Genève. J’arrive aux abords de la Salle Centrale de la Madeleine, c’est noir de monde. Le temps d’attacher mon vélo, je cours à la caisse. Il ne reste plus que des places au balcon ou aux deux premiers rangs. J’opte pour le deuxième rang. J’avance, aile doite, rangée D, deuxième fauteuil du couloir, c’est le numéro D 22.

A 15:30 h précises, le présentateur monte sur la scène et résume la biographie d’Antoine en guise d’introduction. Le voilà qui arrive à son tour, grisonnant, barbe en bataille, l’éternelle chemise à fleur tahitienne [ou hawaïenne] des lunettes sans cadre, pareil à lui-même, décontracté. Plaisantant, il commence par se plaindre du présentateur qui lui a coupé l’herbe sous les pieds en racontant son histoire à sa place. Mais nullement ébranlé, il s’adonne à des confidences « revenir ici me fait quelques chose … », car il connaît bien Genève.

Antoine raconte qu’il a vécu son adolescence [15-19 ans] sur les bords du lac de Genève [français il préfère la mention de lac Léman]. A Thonons-les-Bains très exactement [à 35 km de Genève, sur la route d’Evian (44km)]. « Pour moi, à chaque fois que je viens à Genève, c’est l’Amérique » Pour preuve, il cite pêle-mêle ‘le nom’ du magasin de jouet à deux pas de la salle et demande à la salle de le corriger quand il cite une marque de cigarette d’antan qu’il fumait en cachette de ses parents lors de ses escapades. La salle acquiesce bruyamment, elle reconnaît en Antoine un des leurs. Elle est conquise. Vous ai-je dis que la moyenne d’âge des spectateurs était d’environ 65 ans et que ma charmante voisine frise les 90 ans à été à Mada dans les années 80 ? [Antoine est né en 1944]

« J’ai construit de mes mains un voilier … Vers les deux-tiers de mon tour du monde imaginez mon émotion lorsque j’aperçois une bande de terre à l’horizon … Ma terre natale que j’ai quittée une trentaine d’années plus tôt à l’âge de deux ans … c’est là que je vous invite en voyage … Maintenant ! »

Dire que le concept de Connaissance du Monde convient à Antoine est un euphémisme tant on se demande si ce n’est pas pour lui que le concept a été créé. D’abord, prenez une salle de taille moyenne [500 places] située en plein centre ville. Une scène minimaliste avec dans le coin une simple chaise, une table avec un lampe de lecture et une bouteille d’eau minérale, sans oublier le micro. Les lumières s’éteignent, les images des Tsingy de Bemaraha défilent sur l’écran, réglage fin du volume de la bande son et « l’Antoine show » peut débuter.

[googlevideo=http://video.google.com/googleplayer.swf?docId=2632065763311993274]

bande-annonce de « Île… était une fois Madagascar » de Antoine

Antoine prend le micro et commente en direct les images projetées sur l’écran géant. Il connaît son texte, se nourrit de la réaction de la Salle, improvise, vérifie que son rythme colle à l’image. Simple, clair sans chichis. A l’image de cette assemblée de sexagénaire.

Je laisse le mot de la fin à Antoine « dans mes films, je pense à vous et je laisse à d’autres le soin des destinations extrêmes et compliquées. Car vous devez vous dire si ce cioullon d’Antoine y arrive, alors moi aussi. » Flattée, la salle tout entière rit. Au cas où le message ne serait pas assez claire il assène en guise d’adieux « rendez-vous à Madagascar car moi c’est sûr j’y retourne ! » Salve d’aplaudissement. Rideaux !

Véritable VRP de Madagascar Antoine connaît son métier, je vois des rêves dans les yeux de tous alors qu’ils vont faire la queue pour la dédicace de DVD ou de livres. Moi aussi j’ai des images plein la tête et il fait encore 14° C quand j’enfourche mon vélo. Quelle belle journée, mieux je tiens mon post du jour !

[Jusqu’au 14 janvier 2007 | “Île… était une fois Madagascar” à la SCM, Genève | renseignements +41 22 310 02 32 | billets Service culturel Migros +41 22 319 61 11 | horaires]

[“Île… était une fois Madagascar” sarimihetsiky Antoine ao Genève >>]
[Interview Téléjournal de 12:45 – TSR1, jeudi 11 janvier 2007 (4 min.) >>]
[Interview de Antoine au micro d’Alain Maillard- émission ‘Recto-Verso’ – Radio ‘La première’ (RSR1), mercredi 10 janvier 2007 (50 min.) >>]
[DVD et livres chez antoine.tv >>]
[Antoine selon wiki >>]

9 commentaires

  • rotsaka

    Bonjour
    Effectivement Antoine bon VRP de Mada mais franchement j avais vu son reportage et j’avais pas trop aimé.
    Evidemment a chaque fois du plaisir a revoir Mada mais mais mais…

    Très touristique, un peu comme le Ushuaia sur Mada, on a un peu l impression que Mada est une gigantesque carte postale dans laquelle les malgaches agrémentent les photos.
    Au final des paysages magnifiques mais pas bcp d’émotion ni d’échange.

    J’aime bien plus les reportages plus axés sur la vie, le quotidien ou les régions de Mada mais plus au niveau des malgaches ou des gens de Mada et non pas a hauteur de bermuda de touriste (ou d ULM de futur ex candidat a la présidence).

    A ce titre le reportage de S Peyron sur les vezos etait assez sympa, de meme le reportage de Thalassa sur les zanatany (ce vieux pecheur de pres de 80 ans vivant a Diego dans son boui boui et reclamant une nationalité malgache qu on lui refusait juste parce qu il voulait etre enterré la m avait tiré les larmes et pas mal de colere) ou les reportages sur les chercheurs malgaches travaillant pres de Diego, sur les anciens combattants malgaches (sur TV5, de la colere aussi) ou etc etc…

    Bref moins de tourisme, plus de vie et d emotions

  • Tattum

    Ca fait plaisir de te retrouver Rotsaka. On espère ne pas t’avoir trop spammé de mails depuis. 😉

    Concernant ce film d’Antoine, effectivement, je l’ai apprécié pour son caractère et son dessein très touristique en effet. Sans pour autant ne vouloir voir que cette facette de Madagascar, je trouve que ces reportages méritent tout de même d’être vus (ainsi qu’Ushuaïa, perso j’essaie de collectionner les dvd). Ils datent un peu mais la nouvelle vague, les plus récents se rapprochent de la population locale et ne relèvent pas des super productions comme Ushuaia donc plus terre à terre..

    Merci en tout cas pour ce témoignage Tomavana. Vélo à la place du ski ity sisa! On a même repris les sentiers de randonnée!

  • tomavana

    @ Rotsaka merci de donner ton avis. Je comprend ton point de vue.

    En Suisse, les ‘Mada events’ de concerts ou d’auto-promotions organisé avec les autorités, opérateurs économiques et autres compagnies aériennes restent le plus souvent dans le cadre restreint des habitués pro-Mada [expat, zanatany, familles, amis … jeunes]. En plus du fait que que je n’ai retrouvé aucune tête connue, ce qui m’a interpellé cette fois-ci, c’est l’engouement des sexagenaires 😉 Une tranche très disputées en terme de part de marché sur le terrain du tourisme.

    @ Tattum je suis curieux de nature, découvrir des nouveautés fait partie de mes plaisirs [simple ?]. Antoine connait pas mal de ‘spots’, sûrement hors de prix mais qu’importe, il n’est pas interdit de rêver 😀

    Alors, pas de neige chez vous non plus ? 🙂 J’espère juste que l’hiver ne se fasse pas en mai 🙁 Derien pour le post c’est un peu de ta faute 😉

  • tomavana

    Immense succès ! Les cinq jours [six séances] ont tous été complets, et aujourd’hui, dernier jour, pas moins d’une centaine de personnes ont dû être refoulées à la porte par manque de place [les consignes de sécurités suisses sont très strictes en la matière, ‘aucune personne debout admise’].

    J’ai rajouté deux interviews d’Antoine [au ‘téléjournal 12:45’ et plus longuement dans l’émission radio ‘recto-verso’].

  • rotsaka

    Re bonjour
    Juste pour préciser que je crois qu il est important qu on parle de Mada dans le monde le plus possible. Quelle que soit la forme ce n est pas trop grave.

    A ce propos petite parenthese j avais été très surpris par la réaction de l Ambassadeur de Mada en France qui avait fustigé la vision misérabiliste (soit disant) de l emission Des Racines et Des Ailes a propos de Mada. Ce me paraissait une emission juste et empreinte d humanité mais peut etre est il des choses qu il faudrait cacher ? Le peut on vraiment au règne de l internet et de l info en continue ?

    Mada bénéficie d une image excellente dans une bonne partie du monde. Mais comme je le signalais dans un post on a du mal a definir ce qu est Mada avant d y etre allé (et le film Madagascar ne va pas faciliter les choses).

    Maintenant comment concrétiser réellement cette bonne image en touristes « sonnants et trébuchants » et en voyageurs passionnés. La encore des choix à faire mais il n est qu a voir le prix des billets en été pour savoir que Mada ne pourra se développer comme ses concurrents nombreux (1 billet A/R sec (plus de 1000 euros souvent) = 2 fois le prix d une semaine tout compris dans certains hotels de Tunisie ou du Maroc (entre 450 et 500 euros)).
    La Rép dominicaine, Cuba, la Croatie, le Maroc et la Tunisie ont fait le choix d un tourisme de masse avec un rapport qualité/prix des prestations très très avantageux. Résultat bcp de monde dans ces pays sur des zones bien définies. Des effets négatifs mais une politique agressive qui semble maitrisée : appui de l Etat et dynamisme des op privés (a voir le dvpt du tourisme de santé en Tunisie pour la chirurgie esthetique, en qq années, ou le dvpt du tourisme de « vieux » au Maroc pour la retraite).

    Mada ne me semble pas encore avoir réellement définie une politique claire en matière de tourisme : haut de gamme, sac a dos… Pour les sacs a dos, le prix du billet est bloquant, pour les hauts de gamme le niveau des prestations est frustrant (peu d hotels de tres bonne facture). Un peu de tourisme style Club Med a Nosy Be avec les italiens (mais il semble qu il y ait qq ennuis, je ne sais pas ou cela en est) mais bien loin de représenter une vraie destination.

    Mada est un pays francophone (meme anglophone maintenant non ?), un excellent niveau d education (j etais sidéré par le niveau des eleves de SFX a Fianar par exple) qui jouit d une excellente image et avec des potentialités touristiques et de loisirs enormes : au final 300 000 touristes plus ou moins. Affligeant a comparer avec les iles voisines ou meme les destinations d Af de l Ouest ou je peux vous garantir qu il y a pas le quart de la moitié du potentiel malgache.

    On me fera pas croire que rien ne peut etre fait de ce coté et que Mada ne peut pas aisément depasser ses voisines mauriciennes ou autre. Il n est pas question de rentrer dans le « il n y a qu’à », « il faut qu’on » mais zut tt de meme on pourrait attendre des autorités un volontarisme un peu plus affirmé en terme de tourisme.

    Avec le post sur le litchi, c’était ma période mégalomanianque : Rotsaka ministre omnipotent et omniscient du tourisme et de l agriculture conduit Mada sur la voie de la prospérité. Je redescends un peu de mon étoile pour en revenir au douloureux principe de réalité. Je ne détiens pas la vérité mais j exprime juste un avis, des idées, certainement pas des solutions car si c etait si facile… Au final pensons global et agissons local.

  • tomavana

    A Aix-en-Provence, les deux dernière conférences d’Antoine ce mardi 27 février 2007, dès 14:30 et à 17:00 au Cinéma Renoir [cours Mirabeau 24, 13 100 – Aix-en-Provence, FR]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.