Non classé

Guerre féroce sur les litchis

Fruit exotique de la période de Noel par excellence, les letchis ont été au menu dsquowhawydune émission de radio que je suis épisodiquement : ça se bouffe pas ça se mange, émission du samedi 6 janvier 2007 de 12h05 à 13h01 (1) – par Jean-Pierre Coffe.
Cette émission a été enregistrée à Saint Denis de La Réunion en novembre dernier lors dsquowhawydun déplacement de 4 jours de lsquowhawydéquipe Coffe. Il faut ajouter que dsquowhawydautres thèmes culinaires de ce département français dsquowhawydoutre-mer ont été traité par Coffe lors des précédentes éditions.
Elles ont été très instructives. Jsquowhawydapprécie la volonté de cette chaîne radiophonique publique de remplir une de ses missions que jsquowhawydestime moi que doit remplir un service public csquowhawydest de défendre son pays, sa culture, patrimoine et ses produits fussent-ils« commerciaux.
Je reviens donc sur les licthis, thème principal de ce billet.
En effet, avec les fruits de saison du département français La Réunion, les litchis, la mission que ssquowhawydest attribuée Coffe est largement remplie et même plus : il a déclaré la guerre aux litchis de Madagascar !
Je dois vous avouer que jsquowhawydai bondi plus dsquowhawydune fois quand jsquowhawydai entendu les attaques lancées par Coffe. Csquowhawydest assez typique chez lui dsquowhawydêtre radical.
Je msquowhawydemportais en disant : « csquowhawydest facile pour eux, ils sont subventionnés à mort ».
Monziko avec son sang-froid (français) et surtout son légendaire recul ( et souvent justifié) devant toute situation a su dépassionné le débat.
Lsquowhawydargument de taille (et de différence avec Madagascar !) avancé lors de cette émission csquowhawydest la recherche de la qualité. Lsquowhawydobjectif pour les professionnels réunionnais, csquowhawydest dsquowhawydobtenir un label IGP, Indication Géographique Protégée (2) (à la date de lsquowhawydenregistrement début novembre 2006 ils savaient officieusement qusquowhawydils ont atteint leur objectif«). Il faut reconnaître que csquowhawydest toute la filière qui a travaillé en synergie pour lsquowhawydatteindre : du chercheur (pour le conditionnement du fruit) au producteur sous lsquowhawydœil bienveillant de la Chambre de commerce, en passant par le transitaire, en utilisant entre autres le concept Colipays, concept que vous avez du voir dans les bureaux de poste donc je ne fais pas plus de pub pour eux.. Ce travail commun sur la qualité depuis 3 ans si jsquowhawydai bien compris, effectivement ça doit coûter un certain prix, qui peut justifier des subventions probables, jsquowhawydai appris que la récolte de La Réunion produit par an entre 3000-4000t et en exporte 400t par avion. Voilà, jsquowhawydaimerai bien connaître les réactions des professionnels de Madagascar sur cette attaque, sachant qusquowhawydils se sont regroupés eux aussi dans une filière GEL : Groupement des Exporateurs de Litchis, et que Madagascar envoie aussi par avion des litchis, donc avec la politique de lsquowhawydIGP, ces litchis malgaches ne pesent pas lourds, dsquowhawydautant plus que dsquowhawydaprès le GEL, il y a 60t/an envoyé en avion 15% donc par rapport aux 400t réunionais.
En septembre dernier, une plateforme dsquowhawydéchange du GEL avec les exportateurs & importateurs français a eu lieu à lsquowhawydambassade. La présentation donnée par le président Simon RAKOTONDRAHOVA, président du GEL a été claire et a donnée de lsquowhawydespoir à une certaine cohésion des professionnels et surtout quant à leur volonté dsquowhawydavoir une place sur la scène internationale et de défendre la qualité des litchis malgaches. (Emission entendue sur Echos du Capricorne en décembre dernier (3)).Jsquowhawyden ai mangé des litchis malgaches cette année : ils sont bons. Malgré la couleur de leur peau qui nsquowhawydont rien à voir avec le souvenir que jsquowhawydai, malgré le lsquowhawydutilisation du souffre qusquowhawydon fait subir au fruit dont je ne connais pas lsquowhawyd impact sur la santé, mais cela ne doit pas être nocif puisque autorisé (à noter que les USA nsquowhawydautorisent pas). Malheureusement, je ne sais pas si le souffre influe sur le goût, cela fait longtemps que je nsquowhawydai pas mangé de litchis cueillis sur lsquowhawydarbre !

Donc des questions se posent : comment réagit le GEL, le CTHT (Centre TechniqueTomasina) a t-il suffisemment de moyens pour faire des recherches et trouver vite ?

Et vous qusquowhawyden pensez-vous ?

IkoZ
Notes :
(1) précision trouvée sur le site http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/casebouffepas/
(2)
sur le label IGP : http://terroirs.denfrance.free.fr/p/textes_lois/label_IGP.html
(3) émission écoutable sur / http://emap.fm/ondemandpart.php?id=13 et Zooma Capricorne du vendredi 8 décembre 2006. Je mets ici les noms des invités de lsquowhawydémission de Coffe, car la semaine prochaine ce ne sera surement plus sur le site de France Inter:
Frédéric FABYPDG de Colipays, exportateur de letchis et autres produits réunionnais.
Dominique BARCATOULA, Producteur de letchis sur une exploitation de 6 hectares avec une production dsquowhawydenviron 80 tonnes de letchis par an. Et exportateur via la coopérative COOP FRUITS.
Guy DERAND Président de la chambre dsquowhawydagriculture, également Président de lsquowhawydOCTROI – Organisme Certificateur
Jacques JOAS Chercheur au CIRAD, travaille sur la recherche dsquowhawydun nouveau conditionnement, et sur les diverses possibilités de transformation du letchi.

17 commentaires

  • Tattum

    Comme d’habitude, les sources de tes posts demeurent une éternelle découverte, et c’est ce que j’aime.

    Non pas que je veuille ressortir toutes mes archives, mais j’avais fait un post lors de la campagne des letchis 2005.

    Je dis que si le GEL et le CTHT veulent se lancer dans une démarche de certification ou de labellisation, j’adorerai y participer! Sauf que saurais-je travailler avec mes compatriotes, en gardant toutes mes convictions professionnelles et sens aigü de l’exigence en matière de qualité en usant toutefois de la totalité de mon potentiel de sens de la communication, sans froisser la haute sensibilité malagasy? J’adorerai essayer au moins une fois. 🙂

    Je ris toujours du sens de la provocation de Coffe, chauvinisme et protection de son marché peut-être obligent, mais la scène que je retiendrai toujours de lui et qui résumera sa « grande gueule » à mes yeux restera celle face à un journaliste qui fait remarquer que Coffe a déjà fait faillite 2 fois dans ses propres affaires, du haut de ses talents de consultant et de donneur de leçon. Perso, ça m’éclate! Mais ça n’enlève rien à sa renommée on va dire. 🙂

    Quant au soufre, je suppose que les doses ont été étudiées et contrôlées, car il permet la conservation du fruit en stoppant (ou freinant fortement) sa maturation. Pour la première fois depuis que je suis ici, j’en ai acheté tant ils me manquent, mais il est certain que cela n’a rien à voir avec ceux qu’on trouve sur les étals malagasy en décembre..

  • lova

    Interessant la difference sur le soufre. Considerant les risques reportees pour les asthamtiques et les autistes, peut-etre que les autres options comme le miel ou l’Aloe Vera pour Madagascar seraient a etudier…. Je pense que le danger du soufre est minime comme tu le dis mais c’est surtout les consequences estethiques (coloration marron) qui font souffrir les ventes.

  • Vola

    OT: oups, je vais enlever vite fait les photos de letchis cueillis sur l’arbre de mon blog … Origine: Réunion 😉
    J’aurais bien demandé à en avoir de Mada, mais c’est moins pratique de les faire partir en avion depuis Tamatave pour Paris.
    Et puis tout le monde sait que les meilleurs letchis viennent de …

    OK je sors 🙂

  • Rajiosy

    euh
    j’ai acheté cette année de façon très peu patriotique des litchis « de qualité » provenant de l’île Maurice. ils étaient aussi bons et plus frais que les litchis que les parents nous envoient d’habitude par avion lorsqu’une connaissance voyage en fin d’année. beaucoup plus sucrés que ceux de Mada achetés chez Auchan qui étaient pourtant de meilleure qualité cette année. et pas du tout soufrés !

  • tomavana

    perso pas de letchis pour nous cette année 🙁

    > démarche de certification ou de labellisation …
    Pourquoi ne pas rêver à ‘d’une pierre deux coups’ en améliorant aussi la rétribution des cultivateurs pour leur donner assez de moyens pour assurer la qualité 😀

  • Aiky

    L’éternelle bataille entre le letchi provenant de l’île Maurice, de La Réunion, de l’Afrique du Sud et de Madagascar a toujours existé. Jusqu’à présent, c’est celui en provenance de Madagascar qui innonde la majorité du marché européen mais ayant vu que le fruit en provenance de La Réunion commence à égaler celui de Mada, les différentes autorités commencent à ériger des barrières.

    Les conditions climatiques sont quasiment les même dans ces pays. Les conditions douanières et les subventions diffèrent. Si on arrive à trouver une meilleure technique de conservation, on pourra toujours offrir des produits compétitifs sur le marché européen.

    Mais j’ai déjà mangé le letchi de La Réunion mais c’est un peu fade par rapport au letchi malgache même si c’est aussi juteux. Je ne demande qu’à goûter les autres fruits des autres pays si vous pouvez nous en procurer 😉 ce serait cool!

  • Tattum

    Tomavana> entièrement d’accord. Assurer la qualité pour les clients, mais on sait aussi que le meilleur moyen d’y parvenir, c’est encore de motiver avec les moyens qu’il faut pour fournir un travail de qualité.
    On n’a rien sans rien! 😉

  • Iko Zatra

    Aiky, j’abonde dans ton sens, une meilleure technique de conservation veut dire que le problème/la solution est complètement du ressort du CTHT : j’ai lu sur le site de Tattum qu’ils ont du financement européen (en 2005), l’ont-ils trjs, trouvent-ils quelque chose d »industriellement » exploitable ? Dans l’émission de Coffe, ce dernier a ‘exhorté’ tout le monde de ne pas aller donner leurs avancées téchniques aux ennemis commerciaux d’en face (i.e. nous)…
    Toujours est-il que je pense qu’il y a de la place pour tous les litchis sur le marché (mondial! allons-y) qui n’est pas saturé : sur les étals des maraichers, dans les hyper/grandes surfaces avec différents étiquetages : bio, ethic, équitable, rouge…ce n’est pas tout le monde qui peut s’offrir la qualité qui vaut son prix..
    Dans un monop, je cherchais les litchis dans le stand de fruits exotiques, eh ben non, ils étaient à côté des clementines d’espagnes!
    des simples fruits de saison quoi…
    ce qui me gène à l’issu de cette guerre commerciale, c’est cette idée de filière Pays, qui mettent tous les produits concernés du pays dans le même sac : bon ou mauvais…

  • rotsaka

    Bonsoir
    Pour avoir mangé des litchis de Mada à Mada, en France, du litchi de la Réunion sur place et andafy etc… je peux vous dire que les meilleurs litchis que j ai mangé c est … au Vietnam. Rappelons que l origine du litchi c est la bas en Asie.

    Non, zut, damned, des trublions de plus.

    Concernant la qualité entre litchis respectifs, honnetement cela depend tellement des lots que ce n est pas significatif et les litchis dont je me suis empiffré sur la route de Manakara etaient delicieux et ptts noyaux. Le tout après se joue en terme de stratégie commerciale au niveau des opérateurs : qu est ce qu on met a disposition des conso. Si les operateurs veulent se goinfrer sans reflechir le marché risque certainement de connaitre le destin de celui de la vanille : perte de confiance des importateurs pour tas de pbs (qualité, délai…), baisse des prix et baisse en gamme du pdt au final.

    L IGP Réunion ne fera qu indiquer aux conso francais l origine du pdt et elle n est pas une garantie de qualité. Evidemment La Réunion a une bonne image et on risque de voir apparaitre apres la vanille bourbon, le litchi bourbon qui sera synonyme de qualité. Mais théoriquement si les opérateurs malgaches se debrouillaient correctement, les tonnes réunionnaises ne devraient etre qu un concurrent mineur destiné à un marché de niche de qualité. C est de bonne guerre et chacun doit se positionner en consequence. Quoi reprocher aux reunionnais et a Coffe, biz is biz et au grand jeu du commerce, pas de quartier, a chacun de defendre son beefsteak (de boeuf ou de zebu ?).

    Au lieu de cela j ai constaté avec stupeur qu en hiver 2005/2006 le litchi malgache se positionnait en produit banalisé : gros volumes en vrac sur les etals et prix cassés : 1,5 euros le kg a Auchan et Carrefour idem pour pas faire de jaloux. La qualité me paraissait pas extra par rapport a certaines années mais bon cela peut etre subjectif.

    Au final sur ce créneau bas de gamme, gros volume, des concurrents apparaitront certainement assez vite (type Thailande, VN…).Et si on se met sur la qualité il faudra revoir bcp de choses sur les volumes et les cond logistiques ainsi que les traitements pour arriver au meilleur produit.

    S en prendre a Coffe ou au CTHT ne fera pas avancer le schmilblick, Mada s est deja flingué sur le marché du café, untemps sur celui de la vanille, esperons que les opérateurs réagiront sur le litchi.

    Je rappelle que quand les op prennent les pbs a bras le corps ca peut tt de meme donner des résultats spectaculaires et les paysans de la région de Tana qui fournissent de grandes marques europeennes en legumes en savent qq chose.

  • Iko Zatra

    Rotsaka, je suis très intéressée pour en savoir un peu plus sur cette expérience des paysans de Tana : c’est quelles légumes, c’est quel pays européen pour le débouché J’ai vu des haricots verts sur l’étal de mon maraicher en France (Ile-de-France), qui a été présenté comme de très bonne qualité – par rapport aux kenyans mais cela n’a pas duré longtemps…

    Quand à s’en prendre à Coffe, je pense qu’il faut faire une contre-communication i.e. démontrer qu’il a tort de tout mettre dans le même sac.
    La demonstration est simple : présenter un produit de bonne qualité.
    On en arrive donc au CTHT, c’est quand même l’organisme de recherche qui peut apporter une certaine qualité…à moins que tu me dises qu’est-ce qu’il ya d’autres comme possibilité…je ne sais pas ce qui s’est passé avec la vanille, ni le café…

  • rotsaka

    Ci joint un petit texte issu du site de l ISCAM a propos de haricots verts mais il existe d autres entreprises qui le font, c est 1 exemple parmi d autres :
    « Le jeudi 23 novembre, Lamia GIBLAIN, DG de OIM.JB. a tenu une conférence devant les 4MDE. Créée en 1929, cette entreprise est connue pour ses bonbons et ses divers biscuits, mais elle exerce également des activités dans dsquowhawydautres domaines tels que lsquowhawydexportation dsquowhawydharicots verts vers l´Europe et le tannage du cuir de bœuf. Csquowhawydest auprès de 9000 paysans des alentours dsquowhawydAntananarivo que les haricots verts sont recueillis, puis acheminés vers lsquowhawydEurope dans de gros pots. Le marché européen étant particulièrement exigeant que ce soit en matière de qualité ou de traçabilité, on peut affirmer que cette société est parvenue à un certain niveau de performance. Pour L.GIBLAIN, lsquowhawydobjectif est de pouvoir reproduire ces mêmes normes dans le pays. »
    Au final, un cahier des charges clair, un contrat avec les paysans, un prix garanti et un debouché identifié : la clef du succès.

    Sur une autre rmq d un post précédent : Il y avait un financement mais je ne sais pas si il existe encore de l UE, je pense que oui, le fonds STABBEX d appui aux exportations, sur ce fonds ont été financés pas mal d opérations concernant aussi bien le café que le litchi ou d autres produits d exportation.

    Si le CTHT peut réunir les acteurs des filières, si il peut mener des etudes et des recherches, si il peut faire se rencontrer des producteurs et des débouchés (sur des foires internationales par exemple) ce n est pas lui qui produit, qui pilote la filiere et qui definit les règles ou les prix.
    Ca c est le role des acteurs : associations de producteurs (Fikambana divers, TranoBe ny Tantsaha…), Etat et ses services, collecteurs, exportateurs…
    Ce que dit Coffe n a pas un impact déterminant et il a beau jeu de défendre le litchi de la Réunion (ou la lentille ou…) car en face qui parle a Mada ? Personne ne parlera pour les malgaches et ce sont les malgaches les mieux placés pour se défendre mais il faut des politiques et des hauts fonctionnaires qui s impliquent et se battent. Un peu comme l ont fait les pays d Af de l Ouest en s attaquant aux USA a l OMC a propos du coton.

    La qualité existe a Mada, encore faut il la préserver (en renouvellant les arbres et en les entretenant), la chercher (en payant un bon prix pour un bon litchi), la conserver (en assurant transport dans bonnes conditions) et la valoriser (en trouvant des debouchés). A partir du moment ou les paysans savent qu ils vont etre payés et a quel prix, ils pourront s engager. Ma question c etait : Mada desire t il axer ses ventes sur la qualité (auquel cas il y a du boulot vu ce que dit Coffe et il faut réviser l image actuelle en mettant en oeuvre de bonnes pratiques) ou Mada vise t il le bas de gamme tout venant (ce qui semble plutot etre le cas de ce que j ai vu ces années passées en France) auquel cas Coffe n a pas tort mais cela ne doit pas gener car on peut bien vivre en vendant des pdts bas de gamme il suffit de faire du volume (cf les chinois et leurs chinoiseries…).

    Une solution serait peut etre de viser a la fois la masse (bas de gamme) et la qualité avec pourquoi pas un litchi différencié « protégé » ou « labellisé » mais cela demandera forcément des efforts contants car le label n est pas acquis. A quand le litchi de Irondro…

    A propos du café, le marché mondial s est cassé la gueule a cause pour bcp de la production plethorique en robusta du VN (grace a un appui de la Banque Mondiale, merci la Banque Mondiale). Le robusta malgache utilisé bcp dans les mélanges a eu alors du mal a conserver sa place et a convaincre. Pas bien défendu ou pas assez bon, on ne sait. Les prix diminuant, les paysans s en sont détournés et n ont pas entretenus ou replantés : résultat : café encore moins bonne réputation etc etc… Heureusement les prix ont réaugmenté relançant l interet du café pour les paysans.

    A propos de la vanille, quand la vanille a flambé des gens ont voulu jouer au malin : qualité bof pour prix tres elevé (jusque 300 dollars le kg je crois me souvenir)… résultat les acheteurs se sont détournés de la vanille naturelle ou de Mada pour la vanille de synthese ou d autres pays. Qui accabler ? personne d autres que ceux qui en voulant gagner le jackpot ont tué la poule aux oeufs d or.

    Au final ne pas chercher de responsable mais réagir,

  • jogany

    wow Rotsaka clap clap clap et on s’emballe et on en apprend de ces choses dont des fois on a l’intuition on voudrait en savoir plus et on attend que quelqu’un vienne nous expliquer le B.A BA + point de vue critique. C’est tip top sur le letchi avec élargissement sur la vanille et le café car on a bien entendu loupé un chapitre sur ce domaine. Bien que la préoccupation essentielle du jour reste sur la valeur de Beckham à LA, je tiens à me joindre à vous tous dans la discussion (et en passant à vous souhaiter une merveilleuse année 2007). Je n’ai pas lu un seul mot mais vraiment pas une seule virgule de la fameuse charte Verte du MAP du Gouvernement pour l’agriculture malgache et pourtant je suis curieuse de savoir si jamais il y a la moitié d’un paragraphe qui se projette dans la direction où tous ces commentaires nous mènent. Dans le sens où, il est sera bien beau de planifier l’agriculture et d’objectiver les récoltes et même de privilégier certaines domaines et destinations (du genre auto-suffisance en riz, non? oui? pas du tout?) Mais y’aura-t-il un soutien à cette machine? Une espère d’organisme pas vraiment dotée de superpouvoirs autres que celle de la rigueur et bien entendu d’une goutte de chauvinisme et de professionnalisme pour protéger tous ces beaux fruits de la Terre du pays?

    Parce que…c’est bien de suer, on ne va pas toujours en vouloir aux cyclones et à la Nature….

    bizz y’all

    ps: hey Rotsaka on attend impatiemment un petit post bien emballé ou pleins de petits posts tiens!

  • rotsaka

    Bonjour
    un article ce matin dans La tribune pour signaler une tres bonne compagne de litchi, la premiere en 10 ans apparemment, a suivre alors…

  • rotsaka

    Re bonjour
    Pour les gens intéressés je conseille la lecture de ce petit document (359 pages) sur les opportunités/menaces forces/faiblesses de Mada.
    Extremement complet et bien documenté, un chapitre a propos du litchi et une veritable mine d infos sur Mada et ses partenaires.
    Bonne lecture

  • JoGanY

    Mais oui mais oui on est toujours intéressés, non? tous en choeur…oui!
    Bon ben on s’attelle à la lecture (on va mettre Vogue Magazine de côté pour les pauses café au boulot et se concentrer sur un peu plus sérieux….)
    brb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.