Fruit exotique de la période de Noel par excellence, les letchis ont été au menu d’une émission de radio que je suis épisodiquement : ça se bouffe pas ça se mange, émission du samedi 6 janvier 2007 de 12h05 à 13h01 (1) – par Jean-Pierre Coffe.
Cette émission a été enregistrée à Saint Denis de La Réunion en novembre dernier lors d’un déplacement de 4 jours de l’équipe Coffe. Il faut ajouter que d’autres thèmes – culinaires de ce département français d’outre-mer – ont été traité par Coffe lors des précédentes éditions.
Elles ont été très instructives. J’apprécie la volonté de cette chaîne radiophonique publique de remplir une de ses missions – que j’estime moi que doit remplir un service public – c’est de défendre son pays, sa culture, patrimoine et ses produits fussent-ils… commerciaux.
Je reviens donc sur les licthis, thème principal de ce billet.
En effet, avec les fruits de saison du département français La Réunion, les litchis, la mission que s’est attribuée Coffe est largement remplie et même plus : il a déclaré la guerre aux litchis de Madagascar !
Je dois vous avouer que j’ai bondi plus d’une fois quand j’ai entendu les attaques lancées par Coffe. C’est assez typique chez lui d’être radical.
Je m’emportais en disant : « c’est facile pour eux, ils sont subventionnés à mort ».
Monziko avec son sang-froid (français) et surtout son légendaire recul ( et souvent justifié) devant toute situation a su dépassionné le débat.
L’argument de taille (et de différence avec Madagascar !) avancé lors de cette émission c’est la recherche de la qualité. L’objectif pour les professionnels réunionnais, c’est d’obtenir un label IGP, Indication Géographique Protégée (2) (à la date de l’enregistrement début novembre 2006 ils savaient officieusement qu’ils ont atteint leur objectif…). Il faut reconnaître que c’est toute la filière qui a travaillé en synergie pour l’atteindre : du chercheur (pour le conditionnement du fruit) au producteur sous l’œil bienveillant de la Chambre de commerce, en passant par le transitaire, en utilisant entre autres le concept Colipays, concept que vous avez du voir dans les bureaux de poste donc je ne fais pas plus de pub pour eux.. Ce travail commun sur la qualité depuis 3 ans si j’ai bien compris, effectivement ça doit coûter un certain prix, qui peut justifier des subventions probables, j’ai appris que la récolte de La Réunion produit par an entre 3000-4000t et en exporte 400t par avion. Voilà, j’aimerai bien connaître les réactions des professionnels de Madagascar sur cette attaque, sachant qu’ils se sont regroupés eux aussi dans une filière GEL : Groupement des Exporateurs de Litchis, et que Madagascar envoie aussi par avion des litchis, donc avec la politique de l’IGP, ces litchis malgaches ne pesent pas lourds, d’autant plus que d’après le GEL, il y a 60t/an envoyé en avion – 15% donc par rapport aux 400t réunionais.
En septembre dernier, une plateforme d’échange du GEL avec les exportateurs & importateurs français a eu lieu à l’ambassade. La présentation donnée par le président Simon RAKOTONDRAHOVA, président du GEL a été claire et a donnée de l’espoir à une certaine cohésion des professionnels et surtout quant à leur volonté d’avoir une place sur la scène internationale et de défendre la qualité des litchis malgaches. (Emission entendue sur Echos du Capricorne en décembre dernier (3)).J’en ai mangé des litchis malgaches cette année : ils sont bons. Malgré la couleur de leur peau qui n’ont rien à voir avec le souvenir que j’ai, malgré le l’utilisation du souffre qu’on fait subir au fruit dont je ne connais pas l’ impact sur la santé, mais cela ne doit pas être nocif puisque autorisé (à noter que les USA n’autorisent pas). Malheureusement, je ne sais pas si le souffre influe sur le goût, cela fait longtemps que je n’ai pas mangé de litchis cueillis sur l’arbre !

Donc des questions se posent : comment réagit le GEL, le CTHT (Centre TechniqueTomasina) a t-il suffisemment de moyens pour faire des recherches et trouver vite ?

Et vous qu’en pensez-vous ?

IkoZ
Notes :
(1) précision trouvée sur le site http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/casebouffepas/
(2)
sur le label IGP : http://terroirs.denfrance.free.fr/p/textes_lois/label_IGP.html
(3) émission écoutable sur / http://emap.fm/ondemandpart.php?id=13 et Zooma Capricorne du vendredi 8 décembre 2006. Je mets ici les noms des invités de l’émission de Coffe, car la semaine prochaine ce ne sera surement plus sur le site de France Inter:
Frédéric FABYPDG de Colipays, exportateur de letchis et autres produits réunionnais.
Dominique BARCATOULA, Producteur de letchis sur une exploitation de 6 hectares avec une production d’environ 80 tonnes de letchis par an. Et exportateur via la coopérative COOP FRUITS.
Guy DERAND Président de la chambre d’agriculture, également Président de l’OCTROI – Organisme Certificateur
Jacques JOAS Chercheur au CIRAD, travaille sur la recherche d’un nouveau conditionnement, et sur les diverses possibilités de transformation du letchi.