Hier soir, j’étais devant mon poste de télévision pour suivre l’excellent ‘Protéger l’eau, c’est défendre la vie’ de Yann Arthus-Bertrand. Dédié à l’eau, il s’agit du second opus de la série de quatres émissions consacrées à l’état de la terre de Yann Arthus-Bertrand [Protéger l’eau, c’est défendre la vie | Vu du ciel | France2 TV, jeudi 4 janvier 2007, 20:50 h].

« On ignore la valeur de l’eau… Tant qu’on n’en manque pas ! » cite YAB qui nous invite à ses côtés pour faire le tour du monde de la situation de l’habitant face à l’eau. Il se sert de son art aérien pour nous dévoiler des réalités insoupçonnées que vivent déjà certains habitants de la Terre.

Comme j’aime les belles photos, j’ai aussi aimé l’émission de YAB qui se sert de beaux et larges plans aériens pour nous ouvrir les yeux. Ouvrir les yeux sur la réalité des restrictions liées à l’accès à l’eau pour la grande majorité des habitants de notre planète, sur les dangers de la raréfaction de l’eau potable et les risques liés au deséquilibre du cycle de renouvellement/regénération de l’eau. La mise en lumière des pratiques qui ont déjà conduit à la disparition progressive de l’eau de la Mer d’Aral et la Mer Morte.

Raconter l’émission alourdirait inutilement ce post alors voici juste quelques chiffres pour vous faire patienter en attendant mieux :

– Chaque être humain a besoin de 30 à 50 litres pour ses besoins vitaux quotidiens [boire, cuire ses aliments ou se laver].

– 1 milliard d’hommes et de femmes n’ont pas accès à l’eau potable.

– à peine 0,3% du volume d’eau total que compte la planète est accessible directement à l’homme. Le reste est emprisonné dans des nappes phréatiques profondes et dans les glaces des deux pôles.

– 41 % des terres de la planète sont des déserts ou des quasi-déserts.

– 600 millions d’hectares sont en voie de désertification.

– 800 millions de personnes souffrent de la faim.

– 70% de l’eau douce utilisée sert à l’agriculture.

– 4500 personnes meurent chaque jour des conséquences directes ou indirectes de la consommation d’une eau insalubre.

– 50 villes de plus de 6 millions d’habitants manquent d’eau.

– Amman, la capitale de la Jordanie ne distribue de l’eau sur son réseau qu’une fois par semaine. Le reste du temps ce sont les camions-citernes qui sillonnent la ville et les réservoirs domestiques qui prennent le relais.

– A Madagascar seuls 3% des gens de la campagne et 34% de ceux de la ville disposent de l’eau potable.

Je laisse le dernier mot à Danièle Mitterand « à force de poursuivre comme unique but le profit, on va finir par se retrouver assis sur un matelas de billet sans pouvoir accéder à de l’eau potable » [citation de mémoire d’après son intervention dans l’émission]. De la matière à réflexion pour les Malagasy de Madagascar à propos des apprentis exportateurs d’eau.

Sources ONU, OMS, PNUE, UNESCO via ‘Vu du ciel’ et UNICEF via Express de Mada. Les quatres émissions sont : La biodiversité: tout est vivant, tout est lié | Protéger l’eau, c’est défendre la vie | Une Terre à sauver | La mer et les océans [disponible en DVD chez Vu-du-ciel >>]

[Vakio koa Fiarovana ny aina ny fitandrovana ny rano >>]

[jetez un coup d’oeil à l’album de l’émission chez L’internaute.com >>]

[interview de Yann Arthus-Bertrand – L’internaute.com >>]

[Safe water and more … about Canzee water pump – Lova >>]

[visitez le worldwatercouncil.org pour l’eau virtuelle >>]

« L’eau virtuelle est le volume d’eau utilisé dans le processus de production de nos aliments et de produits divers. Par exemple, pour produire un kilo de blé, il faut environ 1 000 litres d’eau. En d’autres termes, la quantité d’eau virtuelle de ce kilo de blé est de 1 000 litres. Pour un kilo de viande, il en faut en moyenne de 5 fois à 10 fois plus. Ainsi, la consommation par personne de l’eau virtuelle contenue dans notre alimentation varie selon le type de régime alimentaire. »