Actualités,  Environnement,  Langue (Fr)

Protéger l’eau, c’est défendre la vie | Vu du ciel de YAB


Hier soir, j’étais devant mon poste de télévision pour suivre l’excellent ‘Protéger l’eau, c’est défendre la vie’ de Yann Arthus-Bertrand. Dédié à l’eau, il s’agit du second opus de la série de quatres émissions consacrées à l’état de la terre de Yann Arthus-Bertrand [Protéger l’eau, c’est défendre la vie | Vu du ciel | France2 TV, jeudi 4 janvier 2007, 20:50 h].

« On ignore la valeur de l’eau… Tant qu’on n’en manque pas ! » cite YAB qui nous invite à ses côtés pour faire le tour du monde de la situation de l’habitant face à l’eau. Il se sert de son art aérien pour nous dévoiler des réalités insoupçonnées que vivent déjà certains habitants de la Terre.

Comme j’aime les belles photos, j’ai aussi aimé l’émission de YAB qui se sert de beaux et larges plans aériens pour nous ouvrir les yeux. Ouvrir les yeux sur la réalité des restrictions liées à l’accès à l’eau pour la grande majorité des habitants de notre planète, sur les dangers de la raréfaction de l’eau potable et les risques liés au deséquilibre du cycle de renouvellement/regénération de l’eau. La mise en lumière des pratiques qui ont déjà conduit à la disparition progressive de l’eau de la Mer d’Aral et la Mer Morte.

Raconter l’émission alourdirait inutilement ce post alors voici juste quelques chiffres pour vous faire patienter en attendant mieux :

– Chaque être humain a besoin de 30 à 50 litres pour ses besoins vitaux quotidiens [boire, cuire ses aliments ou se laver].

– 1 milliard d’hommes et de femmes n’ont pas accès à l’eau potable.

– à peine 0,3% du volume d’eau total que compte la planète est accessible directement à l’homme. Le reste est emprisonné dans des nappes phréatiques profondes et dans les glaces des deux pôles.

– 41 % des terres de la planète sont des déserts ou des quasi-déserts.

– 600 millions d’hectares sont en voie de désertification.

– 800 millions de personnes souffrent de la faim.

– 70% de l’eau douce utilisée sert à l’agriculture.

– 4500 personnes meurent chaque jour des conséquences directes ou indirectes de la consommation d’une eau insalubre.

– 50 villes de plus de 6 millions d’habitants manquent d’eau.

– Amman, la capitale de la Jordanie ne distribue de l’eau sur son réseau qu’une fois par semaine. Le reste du temps ce sont les camions-citernes qui sillonnent la ville et les réservoirs domestiques qui prennent le relais.

– A Madagascar seuls 3% des gens de la campagne et 34% de ceux de la ville disposent de l’eau potable.

Je laisse le dernier mot à Danièle Mitterand « à force de poursuivre comme unique but le profit, on va finir par se retrouver assis sur un matelas de billet sans pouvoir accéder à de l’eau potable » [citation de mémoire d’après son intervention dans l’émission]. De la matière à réflexion pour les Malagasy de Madagascar à propos des apprentis exportateurs d’eau.

Sources ONU, OMS, PNUE, UNESCO via ‘Vu du ciel’ et UNICEF via Express de Mada. Les quatres émissions sont : La biodiversité: tout est vivant, tout est lié | Protéger l’eau, c’est défendre la vie | Une Terre à sauver | La mer et les océans [disponible en DVD chez Vu-du-ciel >>]

[Vakio koa Fiarovana ny aina ny fitandrovana ny rano >>]

[jetez un coup d’oeil à l’album de l’émission chez L’internaute.com >>]

[interview de Yann Arthus-Bertrand – L’internaute.com >>]

[Safe water and more … about Canzee water pump – Lova >>]

[visitez le worldwatercouncil.org pour l’eau virtuelle >>]

« L’eau virtuelle est le volume d’eau utilisé dans le processus de production de nos aliments et de produits divers. Par exemple, pour produire un kilo de blé, il faut environ 1 000 litres d’eau. En d’autres termes, la quantité d’eau virtuelle de ce kilo de blé est de 1 000 litres. Pour un kilo de viande, il en faut en moyenne de 5 fois à 10 fois plus. Ainsi, la consommation par personne de l’eau virtuelle contenue dans notre alimentation varie selon le type de régime alimentaire. »

26 commentaires

  • lova

    Coucou Tomavana,
    Tout d’abord, superbe photos ! Merci encore de nous rappeller l’importance de l’eau et pourquoi on se doit d’en faire meilleur usage.
    Je vais me permettre (si Many le veut bien) de faire le lien sur le post ou il se pose la question du bien fonde de l’exportation de l’eau de Mananara et un autre article que Tattum avait lie sur ce sujet:
    Many: interlude
    express: gestion de l’eau s’impose via Tattum

  • tomavana

    Coucou Lova, merci à toi pour tous ces liens.

    Je viens de visiter la discussion chez Many et j’en arrive à la même conclusion que c’est dommage. Ma proposition [développée dans l’article en malgache] serait de consacrer l’intégralité des produits de la vente du fleuve Mananara à la problématique liée à l’eau douce à Mada : rénovation et amélioration des infrastructures existantes, création de nouvelles usines de traitement des eaux usées des grandes villes. Mais surtout pas à acheter du pétrole ou tout autre produit de consommation susceptible d’être nuisible à terme pour l’eau. Dans ce sens, le cycle de l’eau se bouclerait quand même, une part prélevé pour le bien d’un grand nombre.

  • ikoz

    Super cette sensibilisation de cet enjeu planétaire – L’or bleu comme ils disent les ..altermondialistes.
    J’apporte juste une note musicale – zéro liens virtuels malheureusement –
    Une agréable surprise dans l’album de Dominique Dimey, une chanteuse française, dans son album ‘Touche pas ma planète’ a une superbe chanson qui s’intitule ‘EAU SECOURS’.
    Ca commence par :
    ‘J’ai fait un cauchemar
    Il n’y avait plus d’eau
    Dans les lacs et les sources
    Les rivières et les mares…’
    [..]
    Et ça se termine par :
    [..]
    Petites larmes salées
    Pour arroser mon coeur
    Rano, aqua, water.

    C’est beau hein.
    PS. elle aime Mada en fait, elle est déjà allée là-bas et y a enregistré avec des enfants de rues, un album sur les droits des enfants, avec entre autres une chanson …sur l’eau.

  • Tattum

    Merci pour ce post! 😉
    Vu, vu, tout comme le premier d’ailleurs! 😀
    Je n’allais pas manquer une si belle émission sur mon thème de prédilection (sciences de l’environnement axées sur l’écosystème aquatique!) en plus présentée par un de mes photographes préférés! En tout cas, j’aime l’humilité et la simplicité qui se dégage de son visage , et plus proche du sujet, son émission m’a permis de découvrir d’autres réalités dans des contrées que je connaissais peu voire pas.
    Eh oui,hélas, l’eau sera l’enjeu principal du XXIè siècle, on en est là, le pétrole à côté ça sera du futile…

    Pour revenir au cas de Madagascar, saviez-vous que la partie sud-ouest de l’île, oui cette même région qui nous apparaît aride, de Tuléar à toute la région méridionale, repose en fait sur une vaste nappe phréatique? Parfois, un puits d’à peine 1m suffirait pour l’atteindre…
    C’est comme le paludisme, il suffirait de s’y pencher à peine un peu plus pour trouver le remède pour l’éradiquer.

  • lova

    @Tomavana,
    Tu demandais si il y avait des ONG qui s’occupait de ce probleme.

    Voici un temoignage du travail de « WaterAid » a Ambolotara:
    « Everything has changed here. Everything, » says Ramanandraisoa, « We no longer need to go and search for water and the health of the children has changed. There is hardly any diarrhoea now. Before, there was lots of disease. And now I no longer have backache through going to collect water. »
    http://www.wateraid.org.uk/uk/what_we_do/where_we_work/madagascar/429.asp

    Sur’eau a Madagascar:
    http://www.psi.org/our_programs/products/water_chlorination.html

    et enfin:
    SafeWaterSytem (SWS) pendant les cyclones:
    http://www.cdc.gov/safewater/publications_pages/2001/mong_2001.pdf

    Legerement hors-sujet mais bon…

  • Many

    ooh ça faisait longtemps que je n’étais pas passé sur Malagasy Miray. Y a plein plein de posts intéressants ici. Vais aller lire tout ça et après seulement je reviens pour commenter 🙂

  • Rajiosy

    personne ne semble avoir relevé l’incroyable reforestation entreprise du côté du Néguev en Israel. mampanonofy rehefa mahita an’i Dago. il paraît que la forêt a beaucoup à voir avec l’eau et la préservation des sols.

  • tomavana

    @ Ikoz je ne connaissais pas Dominique Dimey, j’ai vu que son album est entièrement engagé pour la cause de la préservation 😀 en reprenant le slogan des années 80 ‘touche pas à mon pote’ 😉

    @ Tattum >Parfois, un puits d’à peine 1m suffirait pour l’atteindre… il suffirait de s’y pencher à peine un peu plus pour trouver le remède pour l’éradiquer.

    Tu me conforte dans mon idée. Sans vouloir simplifier, 1m c’est vraiment pas profond et si c’est un manque de moyen, l’argent de Mananara pourait servir à financer le création de puits plutôt qu’à l’achat de pétrol.

    @ Lova tu n’es pas hors sujet. Il faut bien commencer quelque tard et comme nous manquons de sources 😀 Je serais curieux d’entendre l’avis des ‘pro’ qui sont sur le terrain à propos de cette idée.

    @ Many tu sors déjà de l’hibernation ? 😉 Heureux de te revoir parmis 🙂

    @ Rajiosy tu as raison c’est pour quand chez nous ? 🙁
    4 millions d’arbres planté à partir de 1963, ‘la forêt de Yatir’ créé de toute pièce pour stopper la progressoin le désert du Néguev vers le Nord, selon le rêve de David Ben Gourion [un des pères fondateurs d’Israël]. Si ma mémoire est bonne la Lybie avait entreprit une démarche similaire.

    Encore qu’il faut bien choisir l’essence des arbres à planter et le boulot effectué à la palmeraie de Ketura, Israël est très important : choisir les ‘arbres les moins gourmant en eau et les plus adaptés à l’écosystème’ 😉

  • Tattum

    El Sifaka> je me répète un peu, Tonga soa sur Malag@sy Miray. 🙂
    La Haute Qualité Environnementale est le must et l’idéal pour sa maison. Mais très onéreuse également, enfin, à ma connaissance, à ce jour en tout cas. En France par exemple, certes qui n’est pas un modèle de conviction écologique, seuls les nouveaux bâtiments publics ou administratifs, quelques écoles également, ont choisi la HQE.
    Projet ambitieux pour Madagascar, à moins d’en appliquer juste les concepts avec notre sens de la débrouillardise, mais de là à en être certifié, il va avoir de la marge! Mais les lodges (dont je n’ai toujours pas pris le temps de me pencher sur leurs caractéristiques) devraient mettre cela en avant..

    Tomavana> disons que c’est un peu plus vicieux que ça. Il y a une part de désinformation de dire que cette région sud est aride, en surface oui, et l’unique explication n’est pas le manque d’eau ou une pluviométrie très faible, on omet toujours les cas d’invasion de criquets par exemple. Effrayant spectacle, il ne reste plus rien après leur passage.
    Dans l’absolu, je soutiens que cette région n’est pas aride vue qu’elle repose sur une nappe phréatique. Par contre, en voulant aider, on a déjà été confronté à des personnes, futurs bénéficiaires concernées, qui refusaient de creuser, j’en suis tombée des nues. Moyens qui manquent, sûr, contribution, aide et non assistanat, à insister également…

  • tomavana

    @ Tattum >Il y a une part de désinformation …
    Aurais-tu une idée à qui profite le ‘crime’ ?

    Ayant vu une reportage sur la lutte antiacridienne à Mada qui consistait à répandre de grande quantité de produit toxique 🙁 je me dis que c’est un cercle vicieux.

    Si j’abonde dans ton sens de ne pas se laisser pièger dans l’assistanat pour le cas des villages, j’avoue ne pas comprendre pourquoi de grandes agglomérations comme Antrsirabe ou Fianarantsoa doivent aussi délester l’eau : « L’eau commence à devenir un luxe pour tout le territoire » [Express 17.11.2006].

  • Tattum

    Très bonne question. Ce n’est pas très cohérent et pourtant c’est un fait. A la Banque mondiale, la FMI, ou parce qu’il faut maintenir une pression sur la population, ou parce que nos géologues ne se manifestent pas assez. j’en profite pour dire qu’on a été plus pressé de creuser pour le pétrole que des puits pour la vie. 🙁
    J’avoue que sur le moment, qui était du temps du président impotent, ça devait bien être le dernier de ses soucis, et l’heure était plus à l’action qu’à la réflexion..

    Quant à la lutte antiacridienne, il doit avoir possibilité d’agir de manière plus biologique probablement, mais là je laisse la place à l’expert en la matière, ici membre. 🙂

    L’eau a toujours été un luxe, ce n’est pas parce qu’on parle davantage aujourd’hui qu’il l’est devenu, ça fait 30 ans qu’on est en droit de s’alarmer… 🙂

  • Helisoa

    Bonjour,

    permettez-moi de vous diriger vers mon blog de Cartoons où vous verrez quelques cartoons de conscientisation pour santé, environnement etc… dont LA VALEUR DE L’EAU :
    http://bd-helysoa.oldiblog.com

    En ce qui concerne le problème de déforestaion à Madagascar, je peux vous dire que vu tout que ce qui a été fait, n’a été que SUPERFICIEL, de la poudre aux yeux ! Je peux affirmer en tant que géographe qui a fait l’étude des formes d’érosion à Madagascar

    *( -Thèse LAVAKA des ahutes terres malgaches 1983, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, direction A. GADARD
    – Mémoire de maîtrise Cartographie géomorphologique LAVAKA du milieu cristallin et les MOGOTES du milieu karstique – Photo-interprétation, terrains de Belobaka, Antonibe: Hautes terres, moyen-ouest, nord-ouest de Madagascar, université d’Antananarive, département de géographie, 1977)*

    Le milieu malgache et sa protection n’ont jamais et ne sont pas encore les PRIORITEs NATIONALEs MALGACHEs:

    1- Il y a des reboisments, oui, mais quel type de reboisement ?
    Des ha de terrains plantés de PINS dont les aiguilles tombent sur les sols qui (deviennent très acides) sont condamnés, incultes, inapropriés à jamais pour la culture !
    Des PINS pour qui ? pourquoi ?
    Pour la société de construction d’allumettes, de maisons, meubles OUI; mais Où ? qui profiteront des métiers créés ?
    Les billes de bois seront exportés et seuls les produits finis REVIENDRONT à Madagascar dont les habitants doivent encore débourser beaucoup pour acheter !

    2- Il y a aussi des ha de terrains plantés d’eucalyptus géants ! Ouaouhhh! Là c’est à se demander si l’on a affaire à des spécialistes ou des amateurs !
    A vrai dire, il faut poser la question autrement: Reboisements faits par QUI? POUR QUOI?
    Reboisements nullement pas pour les beaux yeux de la Nation malgache !

    Un VRAI REBOISEMENT EST UNE ENTREPRISE QUI EST ETUDIEE selon des données bien définies:
    *Sites à reboiser
    *Qui reboise , Pourquoi
    *Que reboiser, pourquoi et comment
    *CHOIX DES ESSENCES BIEN ETUDIEES selon besoins du pays (ombrage, perrénité, fruits, bois, endémicité…bref, RNETABILITE A LONG LONG TERME !)
    *Gestion des reboisements
    *Gestion des suivis
    *Gestion des SURVEILLANCES DES POUSSES
    *Surveillance et gestion des incendies !
    *Legislation de reboisemens, suivis, surveillances, exploitations des plantes adultes

    SUR LE PLAN TECHNIQUE:
    Je n’arrête pas de dire que
    – Les plantes à reboiser doivent être choisies selon les milieux à reboiser et selon les buts à atteindre.
    A Madagascar, c’est MORTEL de reboiser du PIN et de l’EUCALYPTUS GEANT, du MIMOSA NAIN (revoir d’autres variétés qui seraient plus adéquates)!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    J’ai déjà dis plus haut les méfaits du PIN!
    L’eucalyptus géant dit australien – son pays d’origine(qui est différent du petit eucalyptus malgache utlisé dans la pharmacopée) est NEFASTE A TOUS LES TERRAINS car il essèche les terrains environnants (5km de diamètre) et en profondeur (10m en moyenne). Afrique du Sud, depuis 2000 mène une campagne d’arrachage de tous les eucalyptus géants sur son territoire car on a observé que toutes les nappes d’eau autour de ces arbres sont asséchées
    et ne reviennent plus !
    Et nous à Madagascar, on persiste pour les utiliser en reboisement ! Ingorance des techniciens ou …?

    – En Frace une dame un jour m’a dit: « vous, peuple malgache vous ne réfléchissez pas, vous n’arrêtez pas de brûler votre pays ! »
    J’ai mordu mes lèvres pour ne pas répondre à UNE IGNORANTE QUI GROIT POSSEDER LE SAVOIR car je n’ai pas voulu lui dire des choses qui pourraient heurter son amour propre.

    Mais entre nous, sachez que même si vous reboisez l’essence adéquat pour le milieu malgache et l’économie du pays, tant que l’on arrose le pays de pesticides à chaque fois qu’il y a des vols de criquets; tant que l’on arrose le pays de pesticipes offerts sous couvert de l’aide au développement pour RENTABILISER LES RECOLTES MALGACHES au détriment de l’utilisation des engrais locaux conçus et connus des agriculteurs depuis des millénaires…
    Notre pays est et sera toujours aux prises avec les problèmes d’érosion, de sècheresse, de famines cycliques qui de ces faits semblent être plutôt ENTRETENUES que « naturelles » !
    Oui, car en écologie tout est lié !

    Et, je peux l’affirmer selon, mes recheches sur les formes d’érosion en LAVAKA qui ravagent Madagascar, les LAVAKA sont des formes qui matérialisent LE DESEQUILIBRE CLIMATIQUE DU GLOBE.
    Il y a des lavaka anciens qui se remettent à creuser ! En effet, le milieu malgache étant depuis le quaternaire, en DESEQUILIBRE PRECAIRE, il suffit

    – d’un feu de brousse (chez nous, ce sont des incendies géants sur un territoire grand comme la moitié de la France qui durent des semaines et cela depuis des décennies! J’ai passé enfance et adolescence dans les feux de brousse !)

    – d’un peu de pesticide pour faire remonter les minerais de fer et créer des croûtes lattéritiques dures comme fer ! dont les paysans connaissent bien l’origine, les méfaits et voilà pourquoi ils ne veulent pas utiliser les pesticides qu’ont leur offre (?)

    En conclusion
    Une chose dont je suis certaine: QUAND ON MELE LA POLITIQUE POLITICIENNE DANS LA TECHNIQUE, LES RECHERCHES on aboutit dans LE CHAOS. C’est nous à Madagascar, c’est LE DESERT QUI NOUS GUETTE !

    Courage à tous !

    Amitiés,

    Olga HELISOA

  • Tomavana

    Triste constat que tu dresse là Helisoa 🙁 après cela je me demande s’il vaut mieux un Lavaka ou un Eucalyptus géant ? Doit-on envisager de suivre l’exemple Sud-Africain que tu cite et commencer par arracher avant de replanter ?

  • Helisoa

    C’est vrai ! c’est un vrai casse tête, mais il faut avoir la foi selon un proverbe malgache qui dit « TSY MISY MAFY TSY LAITRAN’NY ZOTO ! » traduction: « La vaillance vient à bout du pire ! » Et les Malgaches restés au pays et ailleurs bougent pour cela ! Non !

    Ooua basy !

  • Tomavana

    Quand on parle des loups … lu pour vous ce matin dans les-nouvelles.com [rubrique société/07.03.2008] :
    « L’OSTIE [Organisation Sanitaire Tananarivienne Inter Entreprise] a procédé à un reboisement massif, samedi dernier [01.03.2008] dans la commune rurale d’Ambatomirahavavy. 19 000 pieds d’eucalyptus et de pinus K ont été plantés. »

  • Tomavana

    Heureusement que d’autres font autrement « Une opération de reboisement a été menée samedi dernier [23 février 2008] au niveau du fokontany d’Antsahabe […] Environ 1100 pieds de « Ravintsara » ont été mis en terre par toutes les entités qui ont participé à cet événement, lequel a mobilisé autour de 120 personnes. 240 autres plants ont été distribués, deux par personne pour que les vollageois les plantent chez eux.
    La plantation de camphora (ravintsara), dont les feuilles une fois transformées peuvent fournir de l’huile essentielle, a été proposée par les techniciens de Fanamby. » « Fanamby » via Harinjaka | harinjaka.com – 27.02.08 >>

  • Helisoa

    Tomavana : Merci !

    C’est vrai c’est devenu une habitude c’est nous de planter les eucalyptus géants et les pins ! – Personne n’a parlé de leurs effets néfastes aux paysans et ong ! En France, dans le cadre des manifestations culturelles de HELI’S MADAGASCAR Association, je fais des conférences sur les formes d’érosion en lavaka à Madagascar et les modes de lutte contre ces fléaux mais c’est loin d’être suffisant !

    Par contre, on commence à assister à de petits (en nombre mais pas en qualité !) changements, et comme c’est un début nous pouvons être heureux et fiers de ce qui se fait et les féliciter ! Surtout que le RAVINTSARA est une plante bénéfique pour la population !

  • Katie Smith

    « Nobody knows the value of water »

    Yes, this is true. Water is one of the most important thing that we needed to live everyday. But even if we know that fact we still waste the water that we have and use it without thinking about conserving water. We all know that not everybody has access to clean water so we should be thankful that we still have water to use. WE should not wait for the time when we can’t get any water anymore.

    Katie Smith
    My Blog: http://www.allcelebritygossip.com/Watch-Ray-J-Video/

  • Anne Cole

    As we all know, the earth is made up of water. Our body cannot survive without water. We cannot wash dishes, wash clothes and take a bath without water. Finally, we cannot feed our thirst without water.

    Anne’s blog: Anne Cole Swimwear

  • Iraqi Dinar

    The Earth Is Made up of water. As we all know. Our body cannot survive Without Water. water is most important thing that we needed to live everyday.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.