Non classé

J’ai calculé le salaire minimum malagasy

Vous êtes en droit de dire « c’est quoi ce titre », car vous êtes en droit et parce que je ne suis pas économiste mais j’avais envie de le faire. 🙂
Pour me rendre compte très vite que ce n’est pas un exercice facile tant il existe de scénarios. D’abord partie pour calculer le minimum nécessaire si je m’y retrouve par le plus grand des inattendus et aux antipodes de la fuite des cerveaux, j’ai finalement essayé de me repositionner dans le cas d’une personne lambda représentative de la société actuelle malagasy. Avec toutefois quelques éléments de disconvenance, voire de dissimilitude pour cause de décence idéalisée du minimum. Les calculs se basent sur des prix recueillis en avril 2006.

1 Ariary = 5 Fmg
1€ = environ 2600 Ar pour avoir un ordre d’idée, tout en tenant bien compte de la différence de niveaux de vie de ces sociétés.

 Scénario 1: Personne célibataire vivant seule, travaillant loin de son domicile 5 jours par semaine (ni week-end ni jours fériés), ne possédant pas de voiture, en parfaite santé et ne prévoyant pas de tomber malade dans les années à venir, débarquant dans le scénario déjà vêtu de la tête aux pieds et dont l’intérieur est déjà un minimum aménagé. Par ailleurs, on l’imagine manger du riz deux fois par jour en tant que bon Malagasy, de la viande 5 jours sur 7, dont au moins un repas équilibré (riz, plat, fruit) le week-end. Un monde parfait et légèrement disconvenant donc, je l’accorde. Pour le reste, le calcul est tiré vers le bas par défaut.

Dépenses mensuelles:
Trajets professionnels (en taxi-be): 12 000 Ar
Trajets personnels: 2 400 Ar
Repas (petit-déjeûner): 700 Ar
Repas (midi au travail): 10 000 Ar
Repas (midi, WE): 8 760 Ar
Repas (soir): 4 900 Ar
Loyer: 50 000 Ar (électricité mais sanitaires, douche et partie cuisine possible extérieurs)
Charbon: 3 000 Ar
Savon + dentifrice: 1 600 Ar + 1 600 Ar
Jiro sy Rano (eau et électricité): 10 000 Ar
PPM (produits de première nécessité): 2 070 Ar
Frais divers: 10 000 Ar

TOTAL salaire minimum du scénario 1 = 117 030 Ar soit 45€
Le loyer représente ici 43% du budget. Sur la base qu’il doit en constituer le tiers, le salaire minimum devrait être de 150 000 Ar soit 58€.

 Scénario 2: un ménage, le couple travaillant tous les deux, loin de leur domicile, 5 jours sur 7, habitant un logement décent avec eau courante, électricité, sanitaires à l’intérieur, sans voiture, sans enfant, sans dettes, sans famille à aider. Et reprenant les autres conditions du scénario 1.

Sur la base du même calcul, dont certaines dépenses ont été multipliés par 1.5 et le loyer évalué à 120 000 Ar:

TOTAL salaire minimum du scénario 2 = 248 920 Ar soit 124 460 Ar par personne soit 48€ par personne
De même, le loyer représente ici 48% des dépenses mensuelles du couple.
Idem, le salaire minimum devrait être de 360 000 Ar soit 180 000 Ar par
personne soit 69€.

 Scénario 3: une famille, reprenant les conditions des scénarios 1 et 2, avec un enfant en classe primaire à l’école publique à proximité de leur domicile. Idem, il ne doit pas non plus tomber malade, ni avoir quelconque bobo ou accident, ou devant se contenter de soins gratuits (rare)…

Les frais supplémentaires concernent le budget alimentaire de l’enfant, déjeûnant notamment chez de la famille moyennant une participation journalière de 300 Ar lorsque ses parents travaillent, une légère augmentation des dépenses énergétiques, pour les PPM, son écolage et ses fournitures scolaires ramenés mensuellement. Et peu de caprices.

TOTAL salaire minimum du scénario 3 = 275 290 Ar soit 137 645 Ar par parent soit 53€ par parent
De même, le loyer représente ici 44% du budget mensuel des parents. Idem, le salaire mensuel devrait être au minimum de 180 000 Ar par parent soit 69€, et considérant un enfant par un facteur 1.5, celui-ci devrait être de 270
000 Ar soit 104€.

Qu’en est-il ailleurs?
A titre indicatif, le salaire minimum légal en janvier 2006 est de 82€ en Bulgarie, 90€ en Roumanie, 437€ au Portugal, 1269€ au Royaume-Uni, 753€ aux Etats-Unis.

17 des 25 pays de l’Union Européenne possèdent un salaire minimum légal, interprofessionnel, appelé SMIC (salaire minimum interprofessionnel de croissance) en France.
Dans des pays comme l’Allemagne, la Finlande, l’Autriche, l’Italie, Chypre, la Suède et la Suisse, le salaire minimum interprofessionnel n’existe pas. Dans ce cas, s’appliquent les salaires minima négociés entre partenaires sociaux. Il existe donc autant de salaires minima que de branches professionnelles.

Pour en savoir plus

Ah! Au fait, en janvier 2006, le salaire minimum malagasy est de 56 686 Ar soit 22€, le fonctionnaire lui est un peu mieux loti, somme toute relative, cela va sans dire, avec 104 000 Ar soit 40€.

Vous pouvez maintenant éteindre vos postes et vaquer à vos occupations habituelles. (pour plagier les Guignols)

Tags:

28 commentaires

  • Malagasy aty California

    Interessant!!! Une chose qui a ete omise dans ton calcul c’est qu’a Madagascar comme aux States, il est permis d’avoir plusieurs emplois. Je ne connais pas beaucoup de Malagasy qui ne se consacre qu’a un seul emploi. La majorite des Malagasy ont un emploi a plein temps et une autre source de revenu (afera ou autre etc..). Mais cela ne repond absolument pas a la question »comment fait le Malagasy pour s’en sortir? ». I have no idea.

  • lova

    J’ai bp aime l’inclusion des autres pays a titre indicatif. L’heterogeneite des standards de vie est tjrs difficile a bien integrer quand on est bloque sur son quotidien…. merci pour cette expo tres parlante.

  • morgane

    On nous avait dit que le salaire minimum s’élevait (ou s’abaissait?) à 30€… On était donc un peu au dessus des données officielles. A l’aide d’une simple règle de trois, on se rendait vite compte que la plupart des produits devenait inabordable.

  • Mia

    Je trouve que c’est très intéressant ce que tu viens de mettre Tattum 😉

    Pour compléter ton expo, je pense que le Repas de midi au travail revient plutôt à 20 000 ariary (1000 ariary/repas parfois 1400 ariary – et ce sera en général riz+plat). Certaines sociétés proposent cependant une cantine qui coûte 10000 ariary/mois. Si par contre, tu peux amener ton repas de chez toi, je pense que tu peux arriver à 10 000 ariary voire moins.

    Pour la JIRAMA, je ne sais pas si c’est encore possible de nos jours de payer seulement 10000 ariary … Mais là, je ne pourrais pas t’éclairer car j’ai des appareils qui consomment beaucoup (fer à repasser, bouilloire …)

    Pour l’instant, le salaire minimum officiel est à 50000 ariary, et ton exemple montre bien qu’avec ce salaire il est difficile de joindre les deux bouts ! Et comme tu dis, il faut prévoir de ne pas tomber malade car les soins restent assez chers dès qu’il s’agit d’opération délicate : une opération, faire des analyses médicales etc.

  • Tattum

    McMalagasy> le double revenu se comprend aisément quand tu vois en effet les sommes, ridicules, disons-le, que peuvent gagner grand nombre de Malagasy. Afera et biznesy sont des mots qui m’énervent quand je les attends (association d’images dans ma tête) mais je comprends tout à fait en tant que moyen de survie mais moins en pure économie parallèle, je ne me verrai pas me faire blâmer pour sortir un peu ma tête hors de l’eau…
    « Comment fait le Malagasy pour s’en sortir? » Il ne s’en sort pas. Sinon Madagascar ne ferait pas partie du lot de queue des pays les plus pauvres au monde. Un comble quand on voit nos ressources, et j’avais envie d’écrire ce post avec cynisme tant je ne serai jamais capitaliste et n’envierai jamais les conditions d’esclavage moderne chinoises pour dégager leurs prix: avec le salaire minimum malagasy, le droit de crever dans son assiette vide est-il compris ou en sus?

    Lova> oui la difficulté a résidé dans le choix du schéma du quotidien. J’ai essayé d’imaginer la personne lambda, avec le souci de binarité qui existe dans des sociétés comme à Madagascar où la classe moyenne n’existe pas réellement, ou t’es pauvre ou t’es classé riche (le tout à remettre dans le contexte) . Mais next time, je m’essaierai à une vraie étude stat, avec un panel que j’aborderai dans la rue. Qui vivra verra!

    Morgane> La notion de « s’élever » du montant du smic malagasy est relative en effet! Je me pose toujours mille questions lorsque je vois ces femmes sortir des zones franches par exemple.. C’est toute la redéfinition du salaire minimum qui mérite d’être revue…

    Mia> J’ai en effet choisi un calcul par défaut et au rabais. Le minimum du minimum.. Et on en est loin encore, hélas…
    Et comme je disais, le choix des scénarios est compliqué. Il s ‘agit ici de la vie dans la capitale, mais l’on sait que c’est que tout est le plus cher.. Enfin, excepté à Nosy-Be et à Ilakaka!
    Pour la Jirama, je n’ai recoupé que très peu de chiffres, et j’ai écarté la consommation de mes parents…
    En tout cas, merci pour tes précieuses précisions. 😉

  • Aiky

    La remarque de Malagasy aty Californie est très pertinente. en effet, la majorité des malgaches ont souvent des « vadin’asa » comme on dit ou littéralement une épouse du travail principal?

    Je suis à Madagascar et ce n’est pas toujours évident de terminer le mois. Je dirai que le scénario 1 est assez difficile à trouver parce que déjà il faut avoir le temps de comaprer tous les prix.

    Mais j’avoue qu’on s’en sort tant bien que mal 😉 aller je refais les calculs et je reviens commenter en détails ici

    bonne année à tous

  • Madagascan

    Très intéressant… A noter qu’en Province, l’électricité est plus chère qu’à Tanà.
    Un petit site « amusant » pour se situer sur l’échelle des richesses mondiales:
    http://www.globalrichlist.com/

    Etonnant, car avec 45 euros par mois (540 euros annuels), on se place dans les 60% les plus riches…

  • Tattum

    Commenter est un métier (ne se fait pas à la va-vite). 🙂

    Aiky> Comme je disais, les Malagasy se passeraient bien des vadin’asa si leur boulot, principal, leur permettait de vivre un minimum décemment.. Je doute qu’on cumule les nombres d’heures de travail uniquement parce qu’on est allergique à l’oisiveté. Hélas…

    Je vois ce que tu veux dire du fait que le scénario 1 soit rare, si fait que j’ai bien tenu à bien préciser qu’il y existe des éléments de dissimilitude, quelque peu à l’écart du culturel et du quotidien. Je connais effectivement peu de célibataires qui aient quitté le toit parental pour voler de ses propres ailes, faute de pouvoir subvenir à ses besoins seuls, et l’entraide familial n’est jamais de trop. Ce qui peut à terme être interprété comme une conception culturelle de la non-indépendance du ménage des jeunes avant leur mariage (et encore…). Perso je m’étais juré qu’à 20 ans, je ne serais plus sous le toit parental, j’ai réussi.
    Mais il faut voir dans ces scénarios et calculs non pas la situation actuelle à Madagascar, en tant que parmi les pays les pauvres du monde, mais en tant que ce qu’elle devrait être…
    Aussi, j’attends impatiemment tes calculs alors. 😉

    Madagascan> Merci pour le lien, je découvre. Avec 264€ annuel, soit le smic malagasy actuel, on fait partie des 91% des plus riches du monde!!! Edifiant! Plus de 90% de la planète vit donc avec 22€ mensuel maximum…
    Mais Madagascar a tout intérêt de se fier à d’autres repères pour se développer!

  • jogany

    Hey Tattum,

    Commenter est un métier ou le job des insomniaques. Il ne faut pas se mettre non plus à croire qu’un post n’est pas intéressant quand il ne réceptionne pas la quantité incroyable de commentaires qu’il mérite, ce que je viens de dire le vaudra pour le reste des articles de ce super blog MM.
    Il faudrait aussi supposer une chose très très très réel…c’est que les 3 repas par jour sont très très très aisément réduit par 3 donc équivalent à 1 avec un apport calorifique avoisinant les… »impossible à survivre » et cela par jour ou à tous les 2 jours. Sachant que 70% des malgaches vivent dans le milieu rural, du secteur informel ou du bordel des zones franches il va s’en dire que bien évidemment…l’autre question est : Où trouve-t-il la force d’accomplir ces dures tâches avec si peu d’apprts nutritifs? Sans doute dans la volonté et l’espoir…ben…..d’assurer un landemain meilleur….pour qui? ben….pour la ribambelle d’enfants qu’il reste à nourrir…

    non pas du tout, aucun pessimisme n’est de mise, juste un constat, pas grand chose quoi

  • hjm

    super analyse et super blog au fait. mais y a plein de choses qui font que le niveau de vie soit à une telle situaion. j admets tt ce qui a été dit mais je pense qu il ne faut pas occulter non plus le fait que c est ce « vadin’asa » informel qui tire ce pouvoir d achat vers le bas. pourquoi toujours attribué la dépréciation du pouvoir d’achat aux capitalistes (« patron vazaha » généralement) la plupart du temps alors qu on sait pertinemment qu’il y aurait pas mal de changements qu’aucun « patron » ne pourrait empêcher si le malgache daignait aller de l’avant. et quel investisseur, privé j entends, s amuserait ailleurs à claquer son argent dans un pays où ses bénéfices seraient anihiler par une concurrence informelle qui frise le ridicule? ne négligeons pas non plus la façon assez surprenante, tatonnante et au feeling, avec laquelle les politiciens (et non techniciens) conduit cette économie à l’agonie. bref, je pense que dans ce cercle vicieux, les solutions ne pourront venir que du malgache (citoyen) lui même et non d’un messie quelconque ou d un « fampiakaran-karama » à tt bout de champ. cette dernière solution n’est d’ailleurs que source d’inflation tant que la maladie n’est pas traitée à sa source. Seul un changement de mentalité amorcerait le changement d un tel état de choses.

    encore flicitation pour le blog

  • Malagasy aty California

    hjm- Je ne crois pas que le vadin’asa soit « toujours » informel. J’ai connu des fonctionnaires qui pour « survivre » avaient une épicerie pour certains, des bus pour d’autres, et même un qui avait une agence de voyage.
    Bref, la liste est longue! Et je crois que mon utilisation du mot « afera » vous a conduit à cette conclusion.
    En ce qui concerne le changement de mentalite, c’est un terrain « sensible » car souvent accompagne de plusieurs « clichés ».
    Mais je suis 100% d’accord qd vous dites que « les solutions ne pourront venir que du malgache (citoyen) lui même », cela s’appelle « prendre des initiatives » et en économie souvent on rajoute le mot « privé ».

  • hjm

    effectivement, je ne peux rien en redire sur les « vadin’asa » productif que vous avez cité. mais je tiens à préciser, a partir d’un exemple assez parlant je trouve, que selon une étude de la Banque Mondiale effectuée suite à l emballement de l’économie malgache conséquente de la détaxation de 2004, une des causes majeures de la dépréciation de la monnaie malgache est le comportemet spéculative de ces « mpanao afera justement ». je sais très bien a quel point c est difficile pour le malgache de survivre vu son pouvoir d’achat et de se sortir du cercle vicieux du sous développement, moi même j’habite Dago, mais un comportement rationnel appuyé d une vision « intertemporelle » (et même intergénérationnelle » peut être) serait plus productif (a long terme cette fois ci) et c est dans ce sens d’ailleurs que je concoit le mot « mentalité »

  • Tattum

    Hjm> Le calcul n’a pas été refuté par l’expert en écomonie de MM, ouf! 😉
    Tout à fait d’accord que la situation ne viendra pas d’ailleurs, nous possédons notre devenir.
    Le genre de vadin’asa (complément de travail), ou afera qui nuit au pouvoir d’achat et à l’économie s’illustre par exemple par ces personnes qui glandent à longueur de journée dans leur voiture ou à proximité le long de l’avenue de l’Indépendance, selon qu’ils se disent vendeurs ou réparateurs de gsm par exemple. Si on pouvait faire fortune en restant assis dans sa voiture, boire de la bière, fumer et attendre que ça se passe tout en ramenant probablement un peu d’argent à la fin de la journée, je choisirais l’oisiveté, la vraie. 🙂 En attendant, ça peut apparaître indécent envers ceux qui triment dans les zones franches par exemple, ou comme l’ensemble de la population tout court.
    C’est vicieux, les gens sont tentés par l’économie parallèle à cause d’un salaire misérable, et on ne peut pas non plus tout augmenter en un coup de baguette. Mais nombre d’économies se sont relevées, pourquoi n’y arriverait-on pas?

  • Shadow

    Hi Tattum,

    Sans fausse modestie, je n’aime pas trop le qualificatif d’expert en économie car je pense que je n’en suis pas un. D’alleurs, l’expert (surtout si c’est un bon) est celui qui dit les choses de façon très simple (ce que je n’arrive pas à faire). A titre d’illustration, au sein de l’Administration Malagasy, j’en connais un, réputé et reconnu comme l’un des meilleurs de par ses formations et ses expériences. Quand je discute avec lui et que je lui demande : « quoi de neuf M. le Directeur ?« , il me répond : « rien, si ce n’est la hausse des prix, le prix d’une boîte d’allumettes a beaucoup ces derniers jours, etc…« . Ce que je voulais dire à travers cette anecdote, c’est que finalement, les experts savent s’exprimer clairement et simplement sur les sujets qui touchent monsieur tout le monde. Et toi, en lançant ce topic, tu vas dans ce sens là. Mais à travers cet exemple, nous voyons aussi que la question du revenu et des salaires est effectivement très problématique pour les Malagasy même pour les cadres de haut niveau (comme ce Directeur qui se plaint du prix des allumettes) et pas uniquement les fonctionnaires moyens qui ont un double emploi, qui ouvrent une petite épicérie, …

    Cela dit, j’aimerais quand même apporter deux remarques sur le sujet. La première est que le caractère très informel de l’économie Malagasy rend difficile une véritable compréhension de cette économie et partant de là, complexifie considérablement les actions et politiques publiques à mener (du moins, si l’objectif est de vraiment rechercher l’efficacité). Quand nous voyons par exemple que le secteur informel assure environ 75% des emplois salariés à Madagascar (selon les données des Tableaux de Bord Social de l’Instat), cela ne facilite pas les politiques de salaires à mettre en oeuvre, les négociations entre partenaires sociaux, …

    Ma deuxième remarque concerne l’utilisation des chiffres. Je n’aime pas trop les comparaisons entre pays pour dire par exemple que dans tel pays, le salaire minimum est de 100$ et que dans tel autre c’est de 10$. Il est vrai que les comparaisons sont inévitables et sont même utiles, mais il y a beaucoup de précautions à prendre avant de se lancer dans ce genre d’exercice. Il y a par exemple ce que les économistes qualifient de théorie de la parité du pouvoir d’achat. 1$ dans un pays n’a pas la même valeur que 1$ dans un autre pays. Par exemple avec 300Euros par mois, même les chambres de bonnes de 9m² sont difficiles à trouver dans une ville comme Paris. Par contre, avec 300Euros soit environ 4,000,000Fmg ou 800,000Ariary par mois, on peut prétendre à un bel appartement voire à un petit villa sympa à Antananarivo. Ce que je veux dire par là, c’est qu’il faut faire attention devant les raisonnements en monnaies étrangères. D’ailleurs les politiciens ont bien compris cela qu’ils aiment en jouer pour dire que le revenu minimum à Madagascar n’est que de 30Euros (par exemple). Cela permet d’attirer facilement les attentions des étrangers mais cela donne une fausse compréhension de la réalité.

  • Tattum

    Shadow> Merci pour ces précisions et c’est pour cela que j’avais précisé: « tout en tenant bien compte de la différence de niveaux de vie de ces sociétés » avant l’énoncé des scénarios.
    Sûr qu’on ne vivrait pas pareil à Madagascar avec le smic français en effet!!

    La comparaison en euros servait surtout de repères de « valeur », car tous ne sont pas encore à l’aise avec l’ariary, tandis qu’avc les autres pays, c’était pour avoir une idée des différences de niveaux de vie entre pays, bon ok à l’échelle d’extra macro-économie. 🙂
    Ce sujet est né suite à des discussions la dernière fois que je suis rentrée, tant tout le monde râlait de ne pas gagner correctement sa vie, cadre, non-cadre, tout le monde…
    Au plaisir de te lire ici en tout cas.

  • Helisoa

    Bonjour à tous,

    merci à Tatum pour ces remarques pertinantes !

    C’est vrai que de nos jours, LA VIE EST DURE PARTOUT surtout dans les pays « en dévelopement » comme A MADAGASCAR.

    En tant que Malgache, je suis de plus près d’abord LES MANIFESTATIONS DE CETTE dite DIFFICULTE SUR LA VIE DES MIENS.

    Comme pour tout, nous sommes à Madagascar, ET SANS LE SAVOIR, par la force des choses,en avance par rapport à tout le monde en ce qui CONCERNE LES MUTATIONS SOCIALE ET ECONOMIQUE !

    D’abord, le RECYCLAGE DE TOUT CE QUI PEUT ETRE RECUPERER: je l’ai connu et vécu depuis que je suis sur terre ! et cela est enter dans le mode de vie malgache (malagasy way of life) !

    Ensuite, l’ADAPTATION ECONOMIQUE à la chèreté de la vie: tout le monde est obligé de jongler avec au moins travaux !
    Quan on n’est pas habitué, c’est très dur ! Mais maintenant que c’est mis en place et rôdé, le train est sur les rails et croyez-moi dans certains pays d’Europe où les NOUVEAUX PAUVRES SONT EN NOMBRE CROISSANT: un peuple INTELLIGENT qui s’ADAPTE VITE ET BIEN comme les Malgaches serait une aubaine !
    Mais pour cela, le cas de Madagascar est presque UNIQUE au monde car le peuple y est en majorité TRES JEUNE: donc adaptabilité et souplesse intellectuelle et de vie élevées !

    Enfin, je dirais, tout cela est bien beau pour moi qui ne vit que 1 à 2 mois par an, la vie dure que les Malgaches mènent ! Oui, mais ce n’est pas parce que mon corps y est absente que je ne fais rien !
    C’est bien beau ces adaptations, ces mutations vers UN AVENIR DE MONDIALISATION proche ! Mais à quel prix ? !
    Sans vouloir être prétentieuse, je dirais: « c’est là qu’intervient notre rôle de Malgaches au-delà des mers (je n’aime pas le mot DIASPORA car cela englobe des contextes dramatiques et autres que les nôtres)= Tendre la main aux nôtres qui sont prêts pour AFFRONTER L’AVENIR = C’est une opportunité qu’il faut SAISIR A BON ESCIENT pour investir dans les domaines clés du développement (Agriculture BIO= PAS DE PESTICIDES, PAS DE PRODUITS CHIMIQUES, PAS DE PROVENDES conçues « à la barbare » faites avec carcasses d’animaux etc…- Riziculture qui doit être à la portée de tous !
    – Pharmacopée – Gestion de l’exploitation des sols – Gestion de la vie urbaines: aménagements PAS AU DETRIMENT DES RIZIERES, NI DES MANGROVES, NI DES MAREES SALANTS – Gestion des Panneaux de PUBS qui envahissent sauvagement les villes (la cata !)- Contribuer à l’assainissement des villes (l’état se leurre s’il croit pouvoir tout faire, il doit travailler avec le peuple malgache à qui il doit donner l’autorisation de créer des PME, PMI avec des directives et lois d’aménagement stricts – Gestion de l’exploitation des eaux, forêts, mers et surtout le SOUS-SOL…)

    Bref, l’Etat malgache a le devoir de laisser le peuple malgache créer des entreprises en vue de CREER DES EMPLOIS pour DONNER UN POUVOIR D’ACHAT (CLASSE AU NIVEAU DES NATIONS DONT LE PEUPLE TRAVAILLE) AU PEUPLE MALGACHE qui ne demande que de travailler mais pas n’importe comment, ni pour d’autres poches que les leurs bien sûr !

    Amitiés,

    Olga HELISOA

  • Mirindra

    Salut! j’ai trouvé vraiment intéressant cet article….
    Je pose une question et j’espére que tu pourra écrire qualque chose su cet argument: un européen à Mada avec 360euro par moi, comment vivrait?

    Et: pour ouvrir une activié commerciale, pizzeria, ou tipe mc-donalde, combien d’argent il foudrait, pour: acheter le magasin, etc?

    Il y a mon email aussi, ce sont à dire le vrait des informations personnels que je demande, moi j’écris de l’italie.

    Si tu ne veux pas répondre dans ton site, réponds-moi par email, je t’en serai reconessante…
    merci! Mi

  • Tattum

    Mirindra> L’économie ou les études de marché, ce ne sont pas vraiment mes domaines de prédilection. Ces chiffres méritent d’être mis à jour, que je n’ai pas pris le temps de faire en novembre dernier.
    Boutade: si combien même je savais quel investissement il faut pour ouvrir un macdo à Mada, j’en parlerai à personne. 🙂
    D’autres personnes du blog te seront sûrement d’une meilleure aide, le business et moi, ça fait trois, miala tsiny..

  • rotsaka

    Sur une des réponses précédentes, Helisoa, je crois.

    C est bien de connaitre les potentialités de son pays mais pour avancer il faut aussi savoir ce qui freine. Meme une voiture puissante, si on lui laisse le frein a main, elle n avance pas vite.

    Les avantages comparatifs de Mada sont nombreux : jeunesse nombreuse et éduquée en particulier sur les hauts plateaux où les chiffres de scolarisation sont assez corrects, volonté de bosser, ressources naturelles pléthoriques, potentiel touristique important etc…

    Maintenant il faudrait se demander pourquoi ces avantages comparatifs n’arrivent pas a s exprimer ? Certainement car ils ont leur pendants : les facteurs limitant le developpement. La démographie galopante est le coté obscur de la jeunesse nombreuse, le gaspillage des ressources minieres et forestieres, le chomage, la faiblesse des infrastructures que ce soit touristique, industrielle ou de transport sont autant de freins au developpement…

    On dit « biby tsy misy loha, tsy mandeha », comment Mada pourrait avancer sans cette tete, dans une anarcho demcratie ou peu de regles sont respectées, ou la corruption regne, ou la justice n est pas rendue , ou le cadre legislatif ne permet pas d investir, et ou la securite se degrade de jour en jour ?

    L’Etat ne fait pas ou plus son travail depuis trop longtemps, il ne joue plus son role d encadrement, il empiete sur le privé quand il lui faudrait dans un premier temps assurer ses missions regaliennes : securite des biens et personnes, acces aux soins et a la scolarite, justice…

    J’ajoute puisque je ne suis pas malgache, que Mada ne pourra pas se developper en autarcie, aucun pays ne l a fait. C est toujours une ouverture qui a déclenché la spirale du développement. Il n est pas question de vendre le pays mais de permettre a des gens d investir sans craindre de perdre leur visa ou leur bizness du jour au lendemain. Et dans ce cadre, Mada est vraiment mais vraiment tres en retard. Et c est pas l EBDM qui y change grand chose. Les tentations nationalistes et parfois limite xenophobes que je constate par moment ne presagent rien de bon.

  • resakaambonylatabatra

    mba anaovy vahaolana anankiray azafady o !
    Je trouve la discussion très intéressante mais il y en a qui sont là pour décourager ! c’est bien, continuer comme ça ! mais les vrais, ceux qui mettent leurs mains à la pâte ne vous écouterons pas ! Bon courage ! Travaillons ! Au boulot ! Nous avons des pains sur la planche, mais ce n’est pas pour cela qu’il faut réculer ! Tsy ambany valera !!!!!!!!!!!!!!!

  • Luciano

    Bonjour,

    Je suis actuellement devant une opportunité d’aller travailler a Madagascar mais je suis à la recherche de quelques reseignement comme suit.

    1/ Le cout mensuelle d’un appart ou une maison en zone securise.
    2/ A combien s’élèverait le cout de vie mensuelle d’une famille de 2 adultes et 2 enfants moins de 5 ans.
    3/ A combien s’élèvent les impôts en pourcentage ?

    Merci de m’aviser si quelqu’un peut m’aider.

    Cordialement

    Luciano

  • Nantenaina

    Bonjour,
    Une mise à jour car depuis, tout a changer.

    Déjà à ce jour : 1€=3000Ar

    Petit déjeuner : 700 Ar/jour comprenant le pain, le sucre, le café,

    Le repas de midi : 2000Ar/ jrs soit 60000Ar/mois à moins que le courageux employé ne mange chez un gargottier de la rue avec les menus et conditions d’hygiène que celà suppose à 1000Ar

    Le loyer a triplé depuis, une petite maison avec l’électricité et l’eau du puit et non du réseau, assez loin du centre ville (30mn de transport en commun) vaut 180 000Ar par mois

    Le frais de transport. 600Ar soit 15 000Ar/mois par jour si le trajet se fait avec une seule ligne qui n’est pas le cas de certain, obligé d’utiliser une interconnexion de ligne généralement en venant des périphériques.

    Pour me faciliter la tâche, je reprend les rubriques du premier post:

    Dépenses mensuelles:
    Trajets professionnels (en taxi-be): 12 000 Ar
    Trajets personnels: 4 800 Ar
    Repas (petit-déjeûner): 21 000 Ar
    Repas (midi au travail): 40 000 Ar
    Repas (midi, WE): 50 000 Ar
    Repas (soir): 72 000Ar
    Loyer: 180 000 Ar (électricité, douche,cuisine, toilette possible extérieurs)
    Charbon: 5 500 Ar
    Savon + dentifrice: 1 600 Ar + 2 300 Ar
    Jiro sy Rano (eau et électricité): 10 000 Ar
    PPN (produits de première nécessité): 5 000 Ar
    Frais divers: 20 000 Ar

    Soit un total de : 424 200 Ar

    Si on retien que le loyer doit représenter le tiers du salire net, on devrait payer à l’employé : 540 000Ar soit 180€

  • Mitiyu

    Je trouve que les factures de l’eau et de l’électricité ont largement augmenté depuis.

    j’aimerais bien connaître comment réduire sa facture JIRAMA jusqu’à Ar10,000 car jusque là la moyenne que je rencontre tourne autour de Ar15000 jusqu’à Ar180000.

    Pour le trajet personnel, j’aimerais juste ajouter que si un employé prend au moins deux fois par jour le taxibé pendant 20jours par mois, il doit payer Ar300x2foisx20jours= Ar12000 (on essaie de faire une économie de Ar3000 les week end) et si jamais il faut prendre une correspondance cela donne au moins le double soit Ar24000 ce qui correspond à un peu moins du tiers de SMIG

    Et je suis étonné lorsque je vois dans les petites annonces beaucoup de maisons qui coûtent Ar300millions à Ar600millions ou qu’on loue à Ar1million…

  • Nantenaina

    Pour la facture du JIRAMA, je n’ai compté que l’électricité, car l’eau du puit peut être considérée gratuite (voir polus haut) bien sûr, si la maison dispose de l’eau du réseau, c’est le double, donc 20 000ar de facture mensuelle.

    Dans les annonces, une maison de moyen standing (correct) se loue à partir de 300 000Ar, une maison à 200 000ar comprend 2 chambres de 6m² chacune au plus), une cuisine, une salle de bain, les toilettes dans la cour, de l’électricté et de l’eau (facturé en outre)

    Alors actuellement, je suis pas étonné qu les malgaches ne mangent plus qu’une fois et demie (un déjeuner, et un petit repas le soir) et c’est tout!

    Les déplacements se feraient à pied la plupart du temps.

    Incroyable mais ils survivent encore.

  • ngeza

    Salut à tous,

    Merci Tattum pour ton expo.

    Est-ce que quelqu’un peu m’aider à trouver un travail à domicile comme saisie des documents…..

    D’avance merci.

  • ngeza

    Salut à tous,

    Merci Tattum pour ton expo.

    Est-ce que quelqu’un peut m’aider à trouver un travail à domicile comme saisie des documents…..

    D’avance merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.