Actualités,  Langue (Fr)

VANF sur Malagasy Miray

Voici un article paru aujourd’hui dans l’express de Madagascar. VANF sur Malagasy Miray.

« Puisque tu pars

Par NASOLO-VALIAVO Andriamihaja

Le syndrome de la diaspora se retrouve pas plus loin qu’à 120 km de Tana. Des « immigrés » Merina s’y inventent une convivialité qui serait parfaite indifférence des uns envers les autres sur l’esplanade du Palais des Sports à Mahamasina.
En octobre 2006, j’avais commis une chronique (en thème et sa version) sur la diaspora malgache de France. Passablement piquée au vif ou franchement amusée, celle-ci (au moins une partie, parce qu’elle n’est pas non plus monolithique « la diaspora ») réagit en se donnant rendez-vous sur un « kianja » (malagasy.wordpress.com malagasymiray.net et les liens connexes vers d’autres espaces plus personnels).
Il faut dire que j’avais abordé le phénomène « blog » par un côté assez austère : celui de l’ancien premier ministre français, aujourd’hui maire de Bordeaux, Alain Juppé. La légèreté se doit d’être sérieuse sinon on verse dans la bêtise. Aujourd’hui, un ami, qui plus est de ma génération, lance une invitation à la cantonade à rejoindre son espace de discussion online : je me demande si je m’y ferai jamais. Pourtant, on y lit finalement quelque chose qui n’est pas nécessairement primaire, nunuche ou scandaleux. « Malagasy Miray » vaudra d’ailleurs toujours infiniment mieux que les conneries que débitent à longueur d’année les politiciens locaux dont personne, malheureusement, ne voudrait à l’exportation.
La diaspora donc, disais-je, celle-là au moins, m’a l’air plutôt sympa. Bien sûr, la diaspora n’est jamais aussi exécrable que quand elle prétend faire la leçon avec le confort de 10.000 km de recul. Mais, un « hédoniste, adepte d’Epicure et partisan du Carpe Diem » ne peut être tout à fait mauvais, concédons-le. Quelqu’un capable de s’arrêter à pareille citation – « faire et en faisant se faire et n’être que ce que l’on s’est fait » – non plus. Certains témoignages inspirent le respect comme celui-là, au détour d’une discussion sur la fatalité de rester ou le choix de partir : « Je ne pardonnerai jamais à ce pays de ne pas avoir su retenir mes enfants ».
Une tragédie qui remonte à 1988. L’époque des dernières années d’un Service national même pas optimisé en rigueur et discipline ou spécialisation, mais occupé à jouer à la belote. Des ultimes soubresauts également du socialo-communisme aux multiples ravages dont Madagascar ne s’est toujours pas relevé dix-sept ans après la chute du Mur de Berlin. Une époque où la parité du Franc Malgache avec le Franc Français ne mettait pas encore Ivato à des années-lumière de Roissy.
La Chronique en question, sur les « Gasy d’Andafy », était documentée à mon vécu propre et celui des proches que j’ai observés en entomologistes de nos petites manies. Moi aussi, il m’était arrivé de faire venir du Rhum Vieux (ou moins vieux) de chez Dzama, que je sirotais en solitaire (parce que la diaspora Gasy n’est pas agglutinée) dans la pénombre d’une nuit d’hiver et d’entendre monter sur quelque radio FM parisienne les accents pathétiques de « Mitanilanila ilay masoandro ». Le cocktail Erick Manana – « Rhum 52% du volume » a vite fait de rompre la digue des larmes de la nostalgie du pays.
« J’aime ce pays », devais-je dire un jour à une de mes cousines, née là-bas, qui y a toujours vécu et qui ne s’indigne même plus que je lui dise qu’elle n’a rien de Malgache à confondre les machos de chez nous avec les fils de Don Corleone. J’aime ce pays parce que c’est le mien. C’est mon droit de me faire à la décrépitude des infrastructures, de me résigner à la ruine du service public, de composer avec le pourrissement de la mentalité. A une autre époque, je m’engueulais avec la diaspora. Depuis, je ne crois plus que ce soit un devoir pour tout le monde d’avoir à supporter l’insupportable par nationalisme militant. »

17 commentaires

  • tomavana

    D’abord, rugueux au premier contact, j’avoue avoir été sensible au VANF sur le ton des confidences [ses années Europe] 🙂

    Reste la question, VANF finirat-il par se laisser amadouer et rejoindre le kianja de Malagasy miray ? Je suis de ceux qui souhaite le plus grand nombre possible, alors VANF serais tu timide ?

    Merci Elodieriana 😀

  • lova

    C’est un bien joli cadeau de Noel avant l’heure que cet article. 🙂

    Les clins d’oeil, les anecdotes et puis la belle conclusion….;)
    Je me joins a Tomavana pour esperer que VANF vienne se joindre a nous ou peut-etre nous gratifier d’ un status de « honorary guest writer  » si il faut laisser du temps au temps 🙂

  • JoGanY

    Hip hip,
    Si c’est pas top ça ! La barre est placée tellement haute et l’émulation est à son paroxysme. Il y a un air de Premier de la classe qui s’accroche sur le sourire du type à lunettes sur la bannière à droite, hmmm…
    Allez un hop hip de plus pour l’invitation de VANF !

    (passage vite fait bien fait…)

    ciao all

  • Malagasy aty California

    Merci Elodieriana!
    Et si tu passes par là VANF (je sais que cela t’arrives!), misaotra tompoko ô, dia miandry anao izany ny « kianja » Malagasy Miray e.

  • Iko Zatra

    Allez je me lance dans cet espace commun. Ce n’était pas faute d’interet si je ne me suis pas manifestée avant. C ‘est juste le facteur temps.
    Vous attendez Vanf, je m’engoufre avant.

    Tous les signes m’obligent à apporter ma part de brique.
    J’ai réussi enfin à répondre dans mon espace perso, à Tattum l’infatigable, à son commentaire de début décembre, (comment elle fait d’ailleurs pour commenter et écrire des billets dans tous ces espaces ? : » .
    [..]..le malagasy Miray que vous avez monté est [..] un bon concept » lui-ai-je dit.
    Autre signe ce nouvel article de Vanf, par qui le vent de l’introspection sur la bilagosfera est arrivé.

    Le problème c’est que je ne vois pas encore la forme à donner à ma brique? Surtout que je suis très occupée à conjocturer sur l’histoire de ces Merina immigrés à 120 kms de Tana frappés du syndrome de la ‘diaspora’ ?
    Depuis quand ils ont immigrés ? de quel patelin de l’Imerina viennent-ils ?
    quelle est cette convivialité ? est-ce que c’est génant aux yeux de Vanf ? etc bref, soit le vin chaud de toute à l’heure ne s’est tjrs pas dissipé et m’embrouille le cerveau tel le brouillard de Tana vers 16h , soit
    j’ai du mal à me projeter dans le contexte vanfien…

    A suivre donc
    Iko

  • Tattum

    Pour une bonne surprise, ça en est une! Excellent le « cocktail Erick Manana – “Rhum 52% du volume”
    J’aime particulièrement la conclusion, mais à la question: Etes-vous prête à rentrer? , aucune réponse spontanée, ni même réfléchie ne m’était venue à l’esprit.
    Et je réitère également l’ invitation de se joindre à Malag@sy Miray.

    Merci Elodieriana, you rock!
    Waow Lova , clap!clap!
    Iko> Ravie de te compter parmi nous. Mais je publie peu ici, du moins peu d’ articles. 😉

  • lovarakoto

    Etre cite de telle maniere par un auteur aussi creatif que VANF rend paradoxalement bien humble.
    C’est a cet instant ou l’on se rend compte que les evenements qui nous faconnent et qui nous definissent, c’est aux gens qui nous entourent qu’on le doit: La famille, les camarades de classe, les enseignants et les auteurs ( blgogeurs ? 😉 ) nous transmettent leurs experiences et il en tient qu’ a nous de nous en enrichir.
     » faire et en faisant se faire et n’être que ce que l’on s’est fait » c’est Merleau Ponti qui l’extirpe de son vecu et qui fut alors partage sur la route des hydrocarbures par les parents en revenant de l’Esca quand un morveux ( hehehe ) refusait d’y mettre du sien.
    « Je ne pardonnerai jamais à ce pays de ne pas avoir su retenir ses enfants”.
    C’est le frere de mon pere qui l’a exprime spontanement un soir de Juin 88 en voyant son frere se demander si c’est une decision sage que de laisser partir sa fille seule a l’etranger. Ce frere etait alors moderement implique dans les affaires du pays; et dans cette phrase se trouve plutot un aveu de l’ echec de sa part, de son frere et de sa generation de creer un avenir meilleur pour le pays que de montrer du doigt un quelconque X ou Y qui aurait ete la personne en charge a ce moment.
    Il y a parfois des regrets que l’on a plus de mal a s’avouer que d’autres.

    Merci encore a VANF et a Elodieriana d’avoir raviver des souvenirs lointains mais encore bien vivaces.

  • elodieriana

    Azafady fa nanjavona ikalakely!!! Tratry ny noely en retard et bonne année pour certains mais bon, désolée, j’ai disparu…pour se reposer quelque part. Vive Lova évidemment mais pas moi, je ne fais que relayer le message 🙂

    à bientôt

  • Aiky

    Excelente année à tous!

    Merci du clin d’oeil de notre cher VANF à ceux qui ont apporé leur humble contribution. Je vois beaucoup d’émotions dans les commentaires ci-dessus, c’est sûrement l’effet des lumières de Noël?

  • Vaomiera

    Tratry ny taona rahavana!
    Comble de l’ironie: quand j’étais encore à Mada, il ne s’est pas passé un jour sans que je n’achète l’express de madagascar pour lire et relire les fameuses chroniques de VANF.
    Encore maintenant, c’est un rdv numerique indispensable à la survie de ma part malgache car les infos ne nous donnent que des faits mais les coups de gueule de VANF traduisent son humeur du moment, donc une certaine émotion.
    Je n’aurai jamais cru qu’un jour, à travers de telles péripéties, on se retrouverait ici avec VANF. Et qui sait, peut-être qu’il nous lira de façon régulière, avec un certain intérêt pour notre humeur du moment en tant que « gasy d’andafy ».
    Simple retour des choses.
    Vaomiera

  • Tattum

    Blog fait par une agence? Il y aurait donc un marché pour concevoir des blogs à vocation pro?
    Le nom de domaine ne me surprend pas… Et continuera, continuera pas après les élections?

  • Toky

    Tout le monde n’est pas geek, et je dirais au passage que même le blog d’Alain Juppé a aussi été confié à une agence. Là n’est pas le problème. C’est un blog et continuera après les élections. La candidature n’est pas le but ultime, d’ailleurs il l’a dit.

  • Tattum

    Toky> geek, tout comme webdesigner, sont des qualificatifs qui se dévergondent, perdant de leur niveau de maîtrise et de créativité, tout le monde voudrait en être étiqueté, quelques-uns le sont vraiment. 🙂

    Non je ne voyais pas la conception du blog par une agence en tant que problème, juste que je trouve que c’est une bonne chose que le service ait été assuré par une agence malagasy, ce que j’ai omis de préciser.
    Maintenant, on va pouvoir commenter les chroniques de Vanf en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.