Culture,  Langue (Fr)

De la marmite en chocolat et les ennemis de la République


« Ainsi périssent les ennemis de la République ! » Comme le veut la tradition, encore une fois la marmite en chocolat n’a pu résister aux coups de poing du plus jeune et de l’aîné de l’assemblée qui ont symboliquement uni leur poing à ce dessein.

La fête de l’Escalade, véritable fête nationale de la République de Genève a été dignement célébrée ce week-end. Cette fête qui commémore « la miraculeuse délivrance » était le seul moment où la très calvinienne cité ose se lâcher. D’abord il y a tous ces enfants qui se déguisent, puis la course de l’Escalade la plus grande course populaire d’Europe [20’000 coureurs] puis la cortège de l’Escalade qui est le plus important cortège historique d’Europe [900 participants costumés].

« C’est dans la nuit du 12 décembre [ndlr. la nuit du 11 au 12], en l’an 1602, que les armées [ndlr. 2’000 hommes] aux ordres du duc Charles-Emmanuel de Savoie ont tenté d’attaquer [ndlr. en escaladant les fortifications de la cité] la cité de Genève. Réveillés en sursaut, les habitants [ndlr. 12’000] résistent à l’envahisseur et le chassent hors de la cité. A cinq heures du matin Genève est libre … »

De cette nuit de lutte contre l’envahisseur la mémoire ne retiendra comme symbole que l’acte de bravoure de la « mère Royaume ». Catherine Cheynel [épouse de Pierre Royaume, potier d’étain qui deviendra graveur de la monnaie, réfugié à Genève peu après les massacres de la Saint-Barthélémy, en 1572] mère Royaume donc, cette étrangère qui n’hésita pas à jeter par la fenêtre sur les assaillants, sa marmite de soupe de légumes bouillante afin de préserver sa terre de refuge. Ce sont les chocolatiers qui ce sont chargés du reste du symbole en le transformant en marmite de chocolat remplie de légumes en massepain destinée à la casse, au partage et à perpétuer la mémoire …

lire aussi Plus de 100’000 personnes sous un ciel de cinéma [tdg]>>

‘Défilé des collégiens’ [Galerie d’image tdg]>>

‘Cortège de l’Escalade 2006’ [Galerie d’image tdg]>>

‘L’Escalade 2006 en image’ [Athos99 aka Michel Bobillier]>>

9 commentaires

  • Many

    Moi et l’histoire on n’a jamais été vraiment bons copains. Mais je suis toujours content qu’on j’apprends des bribes d’histoire par ci par là 🙂

    Merci pour ce petit cours. Comme le dirait un certains « adolescent » que je connais :

    je me sens un peu plus culturé

    MDR

  • Tattum

    C’est la vue du chocolat qui m’a irrésistiblement attirée. 🙂 Je sens que mon foie va souffrir en cette fin d’année…
    J’aime la symbolique en tout cas, et on en apprend tous les jours. Ce serait le contraire qui serait triste.

  • tomavana

    @ Many je te rassure le commerce a depuis longtemps repris ses droits sur l’histoire, en plus du grand théâtre costumé en vieille-ville ce sont les vins chaud, les soupes et les marrons chaud qui attirent les 100’000 personnes en vieilles-ville 😀

    @ Tattum un véritable traité d’histoire en mangeant du chocolat ? En tout cas je dois confirmer que la méthode est terriblement efficace 😀 et dès son plus jeune âge l’enfant genevois a la fête de l’Escalade gravé dans sa mémoire 😀

  • tomavana

    Tu viens de me conforter dans la théorie farfelue que je suis en train d’échafauder, ‘de bon petit plat comme support de la mémoire’. En somme le contre-pied constructif de ‘ventre creux n’a pas d’oreille’ 😉

    Alors n’hésitez pas partager vos exemples de spécialité culinaire associé a un événement. Tiens, il y a déjà la banane du patriarche malgache pour la circoncision.

  • lova

    « Tiens, il y a déjà la banane du patriarche malgache pour la circoncision. »
    😀 !!!!!
    Non seulement je n’ai plus faim de fondue, mais mon parrain est maintenant a son pinnacle dans mon estime….
    pour la theorie « plat-memoire »:
    Mosakika = le « bord » de Mahajanga… :).

  • Tattum

    mosakika=souvenirs de Mahajanga 😀 Pas mal!
    Hmm.. La fête du Vin à Bordeaux, un évènement incontournable, et hum! après avoir goûté des vins alsaciens, je suis tentée de dire: pour les meilleurs vins français! Côté mémoire (c’est-à-dire qu’on la perd rapidement après quelques verres), hmm… l’effigie de Bacchus! 😀
    Allez, je ferai bien de réfléchir pour trouver quelque chose de mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.