Non classé

Malgachoscopie- Exil…

JJG« Que la vie t’apprenne
Mais que tu restes le même
Si tu te trahissais nous t’aurions tout à fait perdu
Garde cette chance
Que nous t’envions en silence
Cette force de penser que le plus beau reste à venir
et loin de nos villes,
comme Octobre l’est d’Avril
Sache qu’ici reste de toi comme une empreinte
indelebile… »

« Puisque tu pars » J-J. Goldman.
En cogitant sur le « pourquoi »et le « comment » de la diaspora Malgache et de ses habitudes, ce morceau de l’album « entre gris clair et gris foncé » me revient souvent en tête. A d’autres, cette chanson et ce passage pourraient paraitre ringard, pire meme niais. Pourtant, remis dans le contexte de l’exil des étudiants malgaches des années 80-90, cette chanson véhicule un poids affectif et nostalgique non négligeable.

Fin des années 80, Antananarivo.
Ma soeur, fraîche lauréate du bac, prépare ses valises pour la France et les classes préparatoires.
Déjeuner dominical avec la grande famille, officiellement pour la fete nationale, officieusement pour un dernier au revoir. L’ambiance est chaleureuse, comme souvent, rires aux eclats, jeu de cartes, et bien sur, à manger: « ny tsisy aza aroso » 🙂
Un des cousins met en marche la chaîne Hi-Fi, et joue l’un des 5 CDs presents ( et oui, ça ne nous rajeunit pas) , puis chante en choeur avec une cousine « Puisque tu pars ». Ma soeur s’arrête , sourit puis son visage se crispe et elle quitte subitement la salle. Elle sait alors, comme le reste de la famille, que ces moments de bonheurs se feront plus rares, et que déchirement est ineluctable….il y a des situations plus faciles à gérer à 16 ans.
Je connais la reaction à ces histoires d’exil, une rengaine assez commune:
« C’est un choix deliberé que la famille doit assumer. C’est déja une chance unique qu’elle obtienne cette opportunité, d’autres n’ont pas eu cette chance….etc »
Tout cela est certainement vrai. Mais ayant vécu personellement les sacrifices de ma famille durant cette periode, le vide impossible à combler, les conversations télephoniques trop rares car trop chères et les histoires d’adaptation ardue, j’ai du mal à critiquer la tendance de la diaspora malgache à essayer de recréer un peu de son « chez-soi » à l’exterieur.

« You do what you have to do to survive ».

Les habitudes de la diaspora sont parfois comiques et il est toujours trés sain de pouvoir rire de soi et des siens.
Mais l’exil n’est jamais totalement choisi. On ne quitte pas son pays, sa famille, et son cocon avec gaité de coeur. Le déchirement est variable selon les personnes mais toujours present, sinon on il ne serait pas un sujet permanent de la blogosphère, n’est-ce-pas ?
La situation a changé, et c’est tant mieux. Il y a de nos jours une alternative réelle à l’exil pour une formation compétitive à domicile et et une belle carrière menée de bout à bout à Madagascar. Ce n’etait pas toujours le cas. Une phrase de mon oncle en 1988 me marque encore:
 » Je ne pardonnerai jamais à ce pays de ne pas avoir su retenir ses enfants.  »
Car à choisir, à opportunité égale pour obtenir une formation académique complète, la majorité d’entre nous aurait preferée poursuivre son épanouissement à domicile. Ou au moins, avoir le choix.
La diaspora a-t-elle parfois des habitudes curieuses ? Absolument.
Mais elle mérite aussi notre bienveillance car bien souvent, elle essaye juste de se construire un avenir meilleur, en dépit de circonstances souvent défavorables.

PS: En dépit des apparences et du ton nostalgique de ce post, j’ai beaucoup ri et apprecié l’article de VANF. 🙂
lova

13 commentaires

  • Tattum

    « Puisque tu pars », niais? Non, c’est une question de génération, comme Ice ice baby ;). Oh moi aussi, je l’ai passé et repassé, en l’adressant tantôt pour moi-même, tantôt pour d’autres..
    La vie est faite de départs.

    « il est toujours trés sain de pouvoir rire de soi et des siens »: c’est aussi mon avis, malheureusement, je doute que tous le partagent… Enfin, sinon il n’y aurait pas ces propos si enflammés parfois dans des forums sur des sujets abordés avec humour ou dérision pour mieux faire passer la pilule..

    A l’heure où pratiquement tout le monde de notre génération travaille à Madagascar, j’ai échangé des conversations intéressantes avec certain(e)s. Comme d’un copain qui relatait que dans sa boîte, untelle diplômée d’une école sur place était mieux placée et mieux rémunérée qu’untel rentré avec son DESS français en poche. Le fait de soulever le sujet laisserait à penser que ce n’est pas normal. Moi je dis: tant mieux. C’est avant tout une question d’homme (ou de femme), de qualités et non de la nationalité du diplôme. Même si ailleurs, on souffre moins du manque des moyens pour acquérir le savoir…
    M’enfin, ton oncle a raison. La preuve, nous sommes encore nombreux, loin, et sans la conviction de rentrer…
    Merci à toi 😉

  • Vola

    QUe les vents te mènent
    où d’autres âmes plus belles
    sauront t’aimer mieux que nous
    puisque l’on ne peut t’aimer plus

    (écrites de mémoire ;-))
    Joli post Lova !

  • hjk

    En terme de Malgachoscopie ton post est le premier que j’ai lu et ceux depuis … le 15 novembre 😀 hacking oblige :p
    Et comme à chaque post qui parle de toi je me vois dedans … mais ça je te l’ai déjà dis sauf que je ne me lasserai pas de le répéter car c’est la vérité. On a vecu a peut près les même expériences, et en ressent les choses a peu près de la même façon … Après tout on est a la même racine/culture Gasy comme dirai tattum. En plus nous somme issue de la même génération. Et je suis persuadé que nous somme la bonne si ça contine … (Dès fois je m’exprime mal mais je sais que tu me comprend.)

    J’ai noté la phrase de ton oncle ,au chaud, car je suis absolutely like totally and definitively d’accords avec lui.

    Belle note Lova. Content de t’avoir connu gars ! Ne change rien.

  • Lilia

    J’ai beaucoup moins souffert que toi car mon détachement s’est fait plus jeune et en famille.
    Mais quoiqu’il en soit, je suis sure qu’on en sort grandi. Il n’y a rien qu’à voir la richesse de notre blogosphère… Chacun y apporte sa part, beaucoup de respect et d’estime mutuels !
    Ça ne se passe comme ça partout.
    En tout cas tu y contribues grandement par ta vision des choses depuis ton Indiana d’adoption.

    Hé au fait, je croyais qu’on ne devait pas poster le billet sur ce sujet ici, mais chacun sur son blog ?
    Y en a un qui comprend toujours tout de travers 😛

  • Nivo

    Hello Lova,

    Ton billet m’a bcp touchée… parce que c’est vrai que j’ai une réaction qui tend plutôt vers la méfiance lorsqu’on me parle de la diaspora. Non que je la dénigre, j’essaie juste de la mettre dans ma vie à petite dose et à ma façon. J’ai beaucoup de mal à avoir un jugement objectif et impartial de la diaspora telle que je la vois en France, et ne lui laisse quasiment pas le bénéfice du doute. Comme l’a si bien dit, j’oublie souvent la rudesse de l’exil…

    Merci en tout cas 🙂

  • Malag@sy

    Salut tout le monde,
    Desole du retard pour la reponse sur les commentaires. Merci du fond du coeur. J’ai presque fait le tour de tous les posts et je me delecte de tant d’experiences aussi variees et pourtant aussi reconnaissables :).
    > tattum,
    merci d’avoir publie le post. J’aurai ete coupable de fitoana gasy sinon…( allez un autre cliche pour la forme…:) )
    >Vola,
    une personne m’a dit une fois que JJG, c’etait la « musique de carrefour. » 🙂 J’assume totalement 🙂 il y a des choses qui prennet trop de temps a expliquer 🙂
    >Hjk,
    Hacker irreparable :)))) ! Thanks mate !
    >Lilia,
    « Y en a un qui comprend toujours tout de travers 😛 »
    Ooooops 🙂 ! Guilty as charged !
    >Nivo,
    je lis ton post en simultanee et je souris en pensant aux heures de colles aux lycees, pur rebellion contre l’exil force dans mon cas 🙂
    « What does not kill us, makes us stronger » 🙂

  • hjk

    Lova, il faut peu-être demander aux « admin » de te donner une signature/identifiant pour ce blog (le hacker que je suis n’arrive pas. faut peut être demander a tattum) …. du coup je t’ai presque confondu avec malagasy in california quand tu as signé malagasy … heureusement que je reconnais ton cross over drible 😉

  • Malagasy aty California

    Goldman is the best French singer ever (according to my little sister!). Il y a aussi une autre chanson de lui qui colle vraiment bien avec les gens qui parten: la-bas.
    [Sorry guys, but I still could not figure out how to use accent with my ibook.: ( ]
    Alors Lova, puisque tu pars, parle nous de la-bas! -That was so eaaaasyyyyyyy!-
    🙂

  • JoGanY

    Hey Lova,

    Nous avons déjà discuté de cet exil (en live plizz in Montreal) et tu te souviens comment nous avons ri quand nous avons découvert que le monde est très petit petit? On parle toujours de Diaspora avec un D majuscule comme d’une grande Dame qu’on adore de loin. Nous savons très bien que nous sommes dedans jusqu’au cou et qui aime bien châtie bien, non?
    Pour la question du retour, il va falloir que tu postes un truc sur ta théorie des générations là. Tu sais bien cellel-là où tu dis genre 2010 déjà pour un Bon retour? Enfin bon bref, je suis OP pour ce délai en tout cas, le temps que je me blinde en intelligence pour pouvoir affronter les dinosaures du pays (oupss j’ai dit un truc politiqument incorrect)

    bzzzzzz

  • Malag@sy

    Hello Jo,
    Absolument 🙂 That was good times…. it is a small world after all. That’s a good post idea about the dependency ratio. I need to retrieve the theory behind it. Dinosaurs are your friends 🙂 like Barney 🙂
    Cheers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.