Non classé

Pigeon achète

Ou comment se griller devant votre famille qui habite au bled.

Le principe quand on fait du shopping à Tananarive, c’est de ne jamais se vanter auprès de sa famille qu’on a fait l’affaire du siècle.
Parce que 90 % du temps, ils vous regardent avec des yeux merlans frits quand tout fier de vous-même, vous annoncez tambour battant le prix que vous avez arraché au vendeur larmoyant-j’ai-10-gosses-et-ma-belle-mère-à-nourrir-en-vendant-ce-sac au bout d’une demi-heure de marchandage.

Tout simplement, parce qu’eux, sans même négocier (ou en tout cas, moins longtemps), ils l’ont pour 10 fois moins cher.

Un de mes passe-temps préférés à Tananarive (faut dire, y a pas grand chose d’autre à faire quand on n’a pas d’amis dans une ville), c’est le shopping. J’aime beaucoup tout ce qui est artisanat. Parce que quand je rentre sur Paris, je peux crâner avec mes jolis sacs et paniers.Héhéhéhé :-).

Bref, quand on fait les courses en ville, les prix ne sont pas affichés. Alors je tente de me renseigner avec mon accent pourri et hésitant, tâtant la marchandise et esquissant une moue dubitative sur la qualité du sac (bien qu’en mon for intérieur, je suis sûre qu’il ira avec tous mes habits et qu’il va seoir à mon teint mais il faut garder une certaine maîtrise de soi. Surtout quand c’est un très très joli sac).

Bref, à chaque fois, c’est le même rituel :
– Ohatrinona ? (C’est combien ?)
– 50 000 miady varotra (50 000, mais on peut négocier)
Je convertis en euros. L’erreur à ne jamais faire. Ouah, ça fait rien du tout, ça !
Je baisse un peu le prix pour la forme, parce qu’il faut négocier, c’est le jeu.
C’est bizarre, la marchande conclue très vite le deal.
J’en déduis que je me suis encore faite avoir.
Zut.
Surtout ne pas avouer à la famille combien je l’ai payé.
Je comprends pas, je dois avoir une grosse pancarte sur mon front « be vola »(très riche). La prochaine fois, je me renseignerai sur les prix pratiqués …

4 commentaires

  • tomavana

    Mampahatsiaro ahy ilay mpampianatra ‘Marketing’ izay milaza fa ny ‘vidiny rariny’ dia rehefa mifanaraka ny roa tonta. Amiko tsy voa mihintsy ianao, na dia sarotra amin’ny havana aza ny mahatakatra izany.

    😉 Samy efa nandalo teo daholo

  • Malagasy aty California

    I know exactly what you’re talking about. And we are all happy to buy and buy and buy!!! Unfortunately, helping the craftsman by buying their goods for a reasonable price is considered as « showing off » by the others. But, hey, who cares? We are so happy to buy that « vita gasy » thing!!
    🙂

  • tomavana

    traduction pour Vola >> Les propos d’un prof de Marketing me reviennent à l’esprit, ‘le prix juste’ est celui qui satisfait les deux parties. Pour ma part tu ne t’es nullement fait avoir, même si l’expliquer à ta famille à Mada est une autre paire de manche.

    😉 Nous sommes tous passé par là

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.